20.5 C
Île Maurice
lundi, octobre 18, 2021

Le MIOD se penche sur les retraites

Le 31 juillet dernier, le Mauritius Institute of Directors (MIOD), en collaboration avec le cabinet d’audit KPMG, présentait le 7ème volet des ses bulletins d’analyse, consacré, cette-fois-ci, aux plans de retraite. 

Soulignant tous l’importance de l’acte de prévoyance que constitue la souscription à un plan d’épargne-retraite (quelque soit sa forme), les différents intervenants se sont attachés à dégager quelques principes simples, contenus dans ce 7ème rapport de l’Audit Committee du MIOD. Madame Sheila Yoodha, présidente de l’Audit Committee Forum a ainsi insisté sur le fait qu’une entreprise respectant scrupuleusement les obligations légales concernant les cotisations aux différents fonds de pension publics, n’a pas forcément une politique adaptée! Celle-ci devrait donc s’attacher à intégrer la cotisation à un fonds de pension privé dans ses calculs de rénumération, afin de permettre à ses employés d’atteindre la règle des 2/3: c’est à dire le maintien d’un revenu, lors du départ à la retraite de l’employé, équivalant aux 2/3 de ses revenus en activité.

CEO du MIOD sur le départ (mais ayant parti-cipé aux travaux), Eddy Jolicoeur a rappelé le rôle néfaste joué par les fonds de pension, lors de la crise financière de 2007-2008 et l’effondrement, voire, l’évaporation de certains d’entre-eux… et donc la nécessité d’un encadrement  légal rigoureux de ces activités.

Invité spécial de l’Audit Committee, le spécialiste international John Chung a notamment pointé du doigt le caractère “plus sexy” des plans d’épargne proposant un lump sum (un capital), pourtant souvent moins rémunérateurs.

Outil d’information particulièrement bien documenté et argumenté, ce septième bulletin de l’Audit Committee du MIOD incite donc les entreprises locales à mieux protéger l’avenir de leurs employés, soit en mettant en place des plans d’épargne retraite de qualité, soit en incitant leurs personnels à souscrire aux plans proposés par les assureurs de la place

Business Mauritius s’inquiète des conséquences du Workers Rights Bill

Parmi les nouvelles dispositions annoncées par les autorités gouvernementales, le Workers Rights Bill comprend diverses mesures destinées à renforcer les droits des travailleurs. Regroupant plus de 120O entreprises locales, l’association Business Mauritius s’interroge sur les conséquences de certaines de ces mesures.

Si le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF) – destiné à suivre l’employé durant toute sa carrière professionnelle, même lorsqu’il change d’entreprise – a d’abord semblé focaliser l’attention des entrepreneurs, Business Mauritius déclare ne pas s’y opposer, d’autant que le gouvernement a entériné la prochaine mise sur pied d’un comité technique conjoint qui devra définir les modalités d’application de cette nouvelle disposition légale. Toutefois, la fédération d’entreprises maintient ses observations concernant d’autres dispositions envisagées, comme celles concernant les contrats de travail à durée limitée et les liens de sous-traitance.

Si les mesures annoncées devaient être appliquées sans concertation préalable, Business Mauritius prévoit un impact négatif particulièrement sensible dans les secteurs de la construction et de l’agro-industrie.

Dans le même esprit, Business Mauritius anticipe de sérieuses difficultés dans l’industrie touristique, “déjà sous pression”, du fait des nouvelles contraintes applicables au “shift work”.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,494FansJ'aime
468SuiveursSuivre
401SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES