L’agriculture biologique est un système de production agricole basé sur le respect du vivant et des cycles naturels.

L’appellation aliment biologique désigne des produits certifiés comme étant cultivés selon les principes de production de l’agriculture biologique:

• gestion durable de l’agriculture,
• respect des équilibres naturels et de la biodiversité
• promotion des produits de haute qualité dont l’obtention ne nuit ni à l’environnement, ni à la santé des êtres vivants (végétaux, animaux) ou à leur bien-être.

Ce mode de production est fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse ni d’OGM, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures et la lutte biologique. Le processus de transformation est fondé sur l’utilisation d’ingrédients biologiques, un emploi restreint d’additifs et auxiliaires de fabrication et le recours à des procédés respectueux de l’écosystème et non polluant.

Agriculture biologique: Qu’est-ce que c’est ?

Quel est l’intérêt ?

L’agriculture biologique n’utilise pas d’engrais chimiques, ni de pesticides de synthèse. Ainsi, l’intérêt de l’agriculture biologique est de limiter les pesticides dans l’alimentation et de prendre en compte l’agriculture dans sa globalité. A Maurice, la population est très exposée aux pesticides, comme l’a montré des enquêtes par nos confères de l’express et comme le dénoncent les agriculteurs biologiques interrogés. D’où l’intérêt de cultiver et de manger bio, afin de diminuer notre exposition à ces substances.

A Maurice, la population est très exposée aux pesticides, comme l’a montré des enquêtes par nos confères de l’express et comme le dénoncent les agriculteurs biologiques interrogés. D’où l’intérêt de cultiver et de manger bio, afin de diminuer notre exposition à ces substances.

Quels sont les aliments concernés ?

Tous les aliments peuvent être concernés. En France, dans le cas des aliments transformés, le logo « AB » garantit un minimum de 95% de produits d’origine agricole biologiques, le reste étant composé de produits non disponibles en agriculture biologique en quantité suffisante (produits exotiques, certaines épices…).

A Maurice, nous remarquons de plus en plus la présence de ces produits dans les rayons des supermarchés et chez quelques enseignes spécialisées. En ce qui concerne la production locale, sans organisme certificateur local, les agriculteurs se tournent pour la plupart vers l’organisme de certification internationale Ecocert et produisent, principalement, des fruits et légumes.

Quelle règlementation ?

Dans l’attente d’une réglementation sûre à Maurice, nos agriculteurs se réfèrent aux normes françaises. Voici un résumé. L’agriculture biologique est soumise à une réglementation spécifique européenne applicable par tous les Etats membres. Obligatoire sur les emballages des produits transformés, elle implique que les produits contiennent au moins 95% d’ingrédients bio. Contrairement à l’agriculture conventionnelle, qui utilise de nombreux pesticides, le mode de culture biologique refuse ces produits. Seulement quelques insecticides, herbicides ou fongicides sont autorisés, la plupart étant issus de substance d’origine naturelle.

Elle est complétée par des dispositions nationales supplémentaires. En France, un cahier des charges plus contraignant est imposé. Ce cahier des charges français (CCF) établit les modalités de production des espèces animales, dont les modalités de production ne sont pas prévues par le règlement européen. Il est homologué par l’arrêté interministériel du 5 janvier 2010 paru au JORF du 15 janvier 2010.

Tout au long de la filière, du producteur au distributeur, en passant par les transformateurs, stockeurs et importateurs, les pratiques des opérateurs de l’agriculture biologique sont régulièrement contrôlées par des organismes agréés pour leur compétence, indépendance et impartialité, offrant ainsi des produits de qualité certifiée au consommateur. Ils sont au nombre de cinq en France : Agrocert, Certipaq, Ecocert, Qualité France, et SGS-ICS.

Quels sont les risques ?

Le cahier des charges, très strict, de l’agriculture biologique garantit la sécurité des aliments. Dans l’évaluation de divers risques sanitaires (pesticides, nitrates, métaux lourds, mycotoxines, dioxines, médicaments vétérinaires, farines animales, parasites), de tels aliments bénéficient d’un cahier des charges qui les rendrait globalement plus sûrs que les produits de l’agriculture conventionnelle.

Diane Desmarais, nutritionniste répond  no questions

Agriculture biologique: Qu’est-ce que c’est ?

Quels sont les risques liés à l’exposition aux résidus de pesticides dans l’alimentation?

Nous nous exposons au risque de contracter plusieurs cancers reliés aux pesticides : cancer du sein, cancer du côlon, cancer de l’estomac… Certaines maladies auto-immunes et des complications de santé sont aussi reliées à l’exposition aux pesticides : asthme, autisme, stérilité, malformations à la naissance, Parkinson et Alzheimer. Ne négligeons pas le fait que nous puissions inhaler les pesticides et herbicides pendant le spraying dans nos environs – d’où le lien entre ces substances toxiques et les problèmes respiratoires et le cancer du poumon.

 

Les produits bio sont meilleurs pour la santé ?

Sans aucun doute. Ils sont plus riches en nutriments et dépourvus de poisons ! De plus, ils respectent notre environnement, ce qui protège donc notre santé sur le long terme.

Comment traiter les fruits et légumes de l’agriculture conventionnelle afin d’éliminer des éventuels résidus de pesticides?

Les pesticides sont liposolubles: ils ne disparaissent pas au simple fait de les rincer, malheureusement. L’idéal reste donc de consommer des légumes et fruits bio, c.à.d. cultivés sans engrais chimiques, sans pesticides, mais il faut aussi que le sol soit dépourvu de résidus toxiques. Il faut laisser un sol reposer sans substances toxiques pendant 3 ans pour qu’il devienne « bio » et que les agriculteurs voisins, sur 3 km, n’utilisent pas de produits chimiques ! Cas échéant, on peut tenter de faire tremper nos fruits & légumes pendant quelques minutes dans de l’eau vinaigrée, à laquelle on ajoute du bicarbonate de soude ou un blanc d’œuf. Utilisez également la cuisson vapeur (dans de l’inox idéalement) comme principale méthode de cuisson.

Agriculture biologique: Qu’est-ce que c’est ?

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Escapades en famille à travers l’île

A Balaclava, dans le Nord, le Maritim Resort