Dirat-on que Maurice change pour les énergies vertes ? En tous cas, c’est ce qu’initie l’Etat avec son éventail de projets de fermes photovoltaïques à des endroits stratégiques.

Cette énergie gratuite est malheureusement sous-exploitée. Triste constat : surabondamment baigné d’un soleil recherché, y compris par de nombreux tourtistes venus de loins pour en profiter, notre pays se doit de ratrapper son retard dans le domaine de l’énergie solaire.

Mieux vaut tard que jamais: alors qu’en 2015 la production d’énergie photovoltaïque ne représentatit que 0,9% de la production totale d’énergie électrique, le gouvernement s’est (enfin) résolu à favoriser cette énergie naturelle. « Un vaste programme » a été dévoilé par le VPM et ministre de l’Energie et des Services publics, Ivan Collendaveloo, lors de l’inauguration de la première ferme solaire du groupe Harel Mallac à Mont-Choisy le 31 janvier dernier. (Voir hors texte).

8 fermes produiront 80 Mw

Une série de projets sont en cours pour la période 2017-2018. Trois fermes solaires, d’une capacité de 41 Mw, verront le jour à Solitude, Queen Victoria et Henrietta. Trois autres d’une capacité totale de 22 Mw seront opérationnelles en 2018 à Anahita, Petite-Retraite et Petite-Rivière. Ces six nouveaux projets sont entrepris par le privé. On comptera donc huit fermes photovoltaïques privées, incluant celle de Sarako inaugurée en 2014 à Bambous et celle de Harel Mallac.

Ces huit fermes solaires produiront, à terme, 80 Mw d’électricité et contribueront à augmenter la part des énergies renouvelables du bouquet énergétique. La production d’énergie renouvelable était de 23% (681 Gwh) en 2015, selon Statistics Mauritius. Selon Ivan Collendaveloo, le deuxième parc éolien de 24,9 Mw à Plaine-Sophie sera également complété cette année.

De nombreux autres projets sont également en cours. Certains seront entrepris par le Central Electricity Board (CEB), à travers sa filiale CEB Green Energy Co. Ltd.

2 Mw à bas prix pour 70 000 foyers

A titre d’exemple, la production d’électricité de 2Mw de la ferme photovoltaïque d’Henrietta (soit l’installation de 2 000 panneaux solaires pouvant produire 1kW chacun) sera destinée aux familles éligibles au tarif social mis en place par le gouvernement (quelque 70 000 foyers bénéficient d’un tarif préférentiel du fait de leur faible consommation électrique).

Au profit des particuliers

Le Small Scale Distributed Generation (SSDG) Net Metering Scheme sera prochainement relancé. Ce ‘Scheme’ motive la production d’énergie photovoltaïque et éolienne par des particuliers. Ce programme leur permet de ne plus investir gros dans les batteries et de profiter gratuitement du stockage d’énergie du réseau du CEB.

« A Maurice, la technologie préférée des particuliers est le photovoltaïque. Le prix des panneaux solaires a baissé, mais le stockage et la connexion à notre réseau restent cher. Nous avons reçu 1 800 demandes lors du premier programme et 300 particuliers sont déjà connectés à notre réseau depuis l’an dernier », indique un responsable technique du CEB.

Pour cette réalisation, le CEB investira Rs 400 millions sur de deux ans. « La stratégie énergétique à long terme du gouvernement est d’atteindre 35% d’apport des énergies renouvelables dans le mix énergétique national à l’horizon 2025. Ceci demande des investissements financiers conséquents. Nous évaluons constamment le coût de l’implémentation des différents projets », poursuit notre source.

L’énergie solaire ne suffira pas !

Cependant, selon notre interlocuteur, Maurice ne pourra pas dépendre uniquement de l’énergie solaire. « Nous devons nous intéresser à d’autres sources d’énergie afin d’atteindre notre objectif. » Ainsi, le CEB investira également Rs 200 millions à Sans-Souci pour augmenter la production d’énergie hydroélectrique. Nous pouvons en conclure que Maurice est sur la bonne voie en ce qui concerne la production d’énergie à partir de ressources renouvelables. Néanmoins, le chemin est encore (très) long et beaucoup reste à faire.

Harel Mallac produira 2 MW à Mont Choisy

Harel Mallac
Charles Harel, CEO du groupe Harel Mallac, Antoine Harel, président du conseil d’administration de Harel Mallac, et Olivier Crambade, directeur général de Dhamma Energy. – Crédit photo : Fabien Dubessay – Harel Mallac

Elle est la deuxième ferme solaire du pays et la première dans cette région. Sa production de 2Mw, exportée sur le réseau électrique.

Cette ferme est « l’aboutissement d’un rêve » dit Antoine Harel, cheville ouvrière de ce projet. « Nous en sommes seulement aux premiers balbutiements, mais je suis convaincu qu’avec de tels projets, notre pays est sur la bonne voie. » Cette ferme pourrait produire 10Mw dans le futur.

Sous l’égide de sa filiale Solar Field Ltd, filiale du groupe Harel Mallac. Ses 6 440 panneaux polycrystallins, qui recouvrent une superficie de 3,8 hectares et qui possède la particularité de suivre la position du soleil, ont été installés par la firme Gransolar, basée en Espagne. Pour ce projet, le conglomérat mauricien s’est également associé à Dhamma Energy qui s’est bâtie une solide réputation dans la production d’énergies renouvelables à travers le monde. En effet, cette entreprise a actuellement plus de 700 mégawatts de projets en développement, représentant environ 850 millions de US dollars d’investissement.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Maurice, point de rendez-vous de WIOMSA

Du 1er au 6 juillet dernier, se tenait