Marque coréenne généraliste, Hyundai n’a cessé, au cours des dernières années, de marquer des points. Ses véhicules ont constamment progressé, en qualité comme en esthétique, au point que ce constructeur, longtemps regardé avec dédain, fait aujourd’hui partie des plus gros vendeurs de voitures, toutes gammes confondues! En proposant la Kona, un agréable petit SUV électrique, aux automobilistes mauriciens, l’importateur local fait un pari audacieux… mais tout à fait sensé.

Petit SUV au style plutôt agréable, la Kona se faufilerait dans la circulation sans attirer spécialement les regards. Mais le modèle aimablement mis à notre disposition portait, sur les flancs, la mention “100% électrique”… et les têtes se tournaient inévitablement! Au cours de cette matinée d’essai sur nos routes mauriciennes, nombreux ont été les curieux à venir chercher davantage de renseignements… signe que le positionnement de l’électrique sur ce segment familial est tout à fait pertinent! D’autant que, dans le trafic encombré de nos villes embouteillées, comme sur autoroute, la Kona dispose des ressources pour se montrer vive et véloce. Avec une vitesse maximale à 167 km/h et un 0 à 100 bouclé en un peu plus de 7 secondes, la Kona ne rivalisera évidemment pas avec les sportives les plus racées, mais remplira parfaitement son rôle de véhicule familial à tout faire.

Des sièges avant chauffants et raffraîchissants

L’espace à bord est d’ailleurs tout à fait conforme à cette vocation. Côté équipement, l’indispensable est bien là, avec, en prime, des sièges avant chauffants et raffraîchissants. Très agréable en cet été austral. Plus sérieusement, on notera la possibilité d’opter pour trois modes de conduite, du plus sage au plus dynamique. Ce choix est aujourd’hui classique. Ce qui l’est moins, c’est le mode de fonctionnement de ce sélecteur, adapté à un moteur électrique. Il n’est pas possible, ici, de jouer sur l’étagement des rapports, ou sur l’injection de carburant. C’est donc l’activation et le dosage du “frein moteur” qui vont permettre de passer d’un mode à l’autre, grâce à des palettes au volant.

Franchement séduit par le comportement de la Kona, son habitabilité et son équipement, on en viendrait presque à oublier sa caractéristique majeure, son moteur électrique. C’est pourtant l’un de ses principaux attraits, par les économies qu’il va générer à l’usage… et par son aspect écologique.

La fin du moteur thermique est inévitable

L’alternative électrique gagne chaque jour en crédibilité. Et si les modèles dotés de motorisation “hybride” pouvaient sembler révolutionnaires il y a encore quelques années, on sait, aujourd’hui que la fin du moteur thermique est inévitable! Les constructeurs tentent, bien sûr, d’anticiper ce passage du pétrole à l’électrique, en proposant, encore timidement, quelques modèles. Les véhicules concernés se situent, généralement, aux deux extrêmités du spectre automobile. Il s’agit donc, soit de micro-citadines, pour qui l’autonomie réduite n’est pas vraiment un handicap, soit de grosses berlines luxueuses, destinées à une clientèle qui pourra financer le surcoût important que peuvent représenter un moteur électrique performant et des batteries à grandes capacités de stockage… La mise sur le marché d’un véhicule intermédiaire, au prix encore contenu, comme la Kona, représente donc une réelle avancée vers la diffusion des voitures électriques.

Rechargement sur borne ou domestique

Le kit de rechargement de la Kona est logé sous le plancher du coffre, alors que la prise de branchement se situe sous une trappe discrète, au coin de la calandre. Les bornes électriques étant encore particulièrement rares à Maurice, le rechargement s’effectuera, le plus souvent, sur une prise domestique, sans aucun risque. Pour une recharge complète, compter 4 à 6 heures. Mais l’on peut tout à fait partir au bureau sans avoir eu le temps de faire le plein de la batterie, et finir le rechargement sur place….

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Alfa Roméo: l’alternative italienne

Lorsque se pose, sur notre île, la question