Pauline Verner : Cette violence reste intolérable

La Journée mondiale de la lutte contre l’homophobie et transphobie est célébrée tous les 17 mai. Cette journée a pour but de promouvoir des actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie. L’occasion de faire le point sur la situation à l’île Maurice, avec Pauline Verner, coordinatrice et chargée de plaidoyer du Collectif Arc-en-Ciel (CAEC). 

Pauline Verner, parlez-nous de votre mission et de celle du CAEC ?

Au CAEC, nous travaillons afin d’atteindre une île Maurice libre de toutes formes de stigmatisation, de discrimination et de violence relatives à l’orientation sexuelle et l’identité de genre et où les droits de tous les citoyens sont équitablement respectés. Nous avons trois missions : celle de faire entendre la voix de la communauté LGBT, celle de travailler pour une évolution positive des mentalités et d’habiliter les personnes LGBT les plus vulnérables et enfin, celle de travailler en partenariat avec les réseaux communautaires, les médias, le secteur privé, les organisations locales et internationales… et bien sur le gouvernement !

En février 2015, le CAEC avait lancé sa première campagne LGBT nationale. Quelles ont été les réactions et les retombées de celle-ci ?

On peut dire que cette campagne a permis au CAEC de retrouver une certaine légitimité : de plus en plus de personnes nous soutiennent ou s’intéressent aux questions de l’homosexualité et de la transidentité. Avant cette campagne, on entendait parler des problématiques LGBT uniquement pour la Rainbow Parade annuelle. Cela nous a également permis de savoir que les Mauriciens sont loin d’être tous homophobes ou transphobes. Le « main issue » n’est pas la sexualité, ni même l’identité, mais toujours le regard des autres ! Nous sommes conscient qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, mais convaincus que les mentalités sont prêtes à évoluer.

Journée mondiale de la lutte contre l’homophobie et transphobieLe CAEC avait également soumis un plaidoyer pour les droits égaux des personnes LGBT à Maurice. Rappelez-nous les principales demandes de ce plaidoyer.

L’amendement de l’article 282, relatif aux crimes à caractère de haine. A ce jour, les violences faites aux individus en raison de leur orientation sexuelle ne sont pas sanctionnées plus fortement qu’avec le Form 58. Ces personnes souffrent et n’osent pas se rendre à la police par honte… si elles se savaient protégées, on compterait moins de suicides… Nous demandions également l’abrogation de l’article 250, criminalisant la sodomie au même titre que la zoophilie. Cet article de loi date de 1838 et bien que la sodomie soit une pratique à la fois hétérosexuelle et homosexuelle, sa criminalisation fait de Maurice un pays homophobe, recensé parmi 55 autres états !

Quelle a été le retour du gouvernement sur celui-ci? Est-ce que des choses ont changé en une année, au niveau des droits des personnes LGBT ?

Si les choses ont effectivement évoluées, ce n’est certainement pas légalement! Malheureusement, les portes des ministères sollicités sont restées closes. L’évolution des mentalités, quant à elle, se fait progressivement. Nul besoin de loi pour permettre aux Mauriciens de se rendre compte que l’orientation sexuelle et l’identité de genre ne sont ni des choix, ni des maladies et que les droits humains fondamentaux des personnes LGBT doivent être respectés…

Le CAEC a vu le jour le 17 mai 2005, date à laquelle la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie est célébrée. Cette année, quel est le thème et quelles sont les actions du CAEC pour ce 17 mai ?

« Back to Basics » ! Après avoir défendus les Droits d’exister et d’aimer l’année dernière, nous axons nos prochains évènements autour du thème « Human ». Nous sommes tous des êtres humains. Qu’importe notre couleur de peau, notre religion, notre orientation sexuelle, notre identité de genre, notre poids, nous devons jouir des mêmes droits au titre de l’Humanité que nous partageons.

Le 17 mai, nous lancerons une campagne digitale sur cette thématique : parfois nous ne nous rendons pas compte de nos propres stigmas ou actes/paroles discriminatoires. Cette campagne visera à sensibiliser les Mauriciens : Moris, enn pei arkensiel ek so bann diferans!

En 2016, quelles sont les pires difficultés auxquelles fait face la communauté LGBT et que faut-il faire pour y remédier?

La solitude et la violence. Quand la famille ou les amis découvrent la «différence » de l’Autre, on constate que le rejet est, malheureusement, encore souvent la première réaction. Nous organisons régulièrement des activités ouvertes à tous, afin que les personnes seules puissent rencontrer d’autres personnes. Nous attendons également l’arrivée d’un financement pour implémenter un projet d’empowerment axé sur l’art thérapie et le soutien psychologique.

La violence, quant à elle, est souvent psychologique : au travail, à l’université, dans le voisinage, la famille… La violence physique se retrouve majoritairement à l’intérieur des cellules familiales et nous avons encore beaucoup de difficultés à en être informés en temps réel. La honte pousse souvent les victimes à se taire. Notre campagne de sensibilisation de l’an passé a justement permis à plusieurs personnes de nous connaitre et de nous contacter. Mais, cette violence reste intolérable.

Il est difficile de comprendre pourquoi en 2016, un article de loi régit ce qui se passe dans la chambre à coucher de deux personnes consentantes …

Journée mondiale de la lutte contre l’homophobie et transphobie
Affiche de la Fondation Emergence, pour la Journée mondiale de la lutte contre l’homophobie et la transphobie 2016

 

Par ailleurs, quelles sont les activités prévues pour la Marche des fiertés 2016 (Gay Pride) ?

Cette année, c’est une grande première ! La Marche des Fiertés LGBT aura lieue au Caudan Waterfront, à Port-Louis. Nous avons la volonté de réinventer l’événement et c’est plutôt bien parti. Quelques premières compagnies ont d’ores et déjà accepté de soutenir l’événement financièrement ou en affichant les couleurs de l’arc-en-ciel pour l’occasion. Dans de nombreux pays, c’est le secteur privé qui a permis de faire évoluer les mentalités, alors au CAEC nous y croyons ! Je reste convaincue que la société civile sera plus forte si le secteur privé devient un allié. Certaines compagnies l’ont déjà compris…

Jamais, je n’ai entendu une Maman ou un Papa dire: « J’espère que mon enfant sera hétérosexuel »

 

Ce sera bientôt la fête des mères. Quel est votre message aux mamans, aux parents, d’enfants LGBT ?

Ce que nous souhaitons pour nos enfants, c’est qu’ils soient heureux.  Certaines Mamans nous confessent leur sentiment de culpabilité, mais ce n’est absolument pas le cas. On ne devient pas homosexuel ou trans parce qu’on est élevé dans une famille monoparentale, stricte ou traditionnelle ! Aucune étude ne tombe d’accord. Pourquoi votre enfant est homosexuel? Pourquoi se sent-il mal dans son corps de garçon ou dans son corps de fille? Nous n’avons pas les réponses. Nous savons simplement que ce n’est ni un choix, ni une maladie. En soutenant votre enfant dans ce moment difficile, vous permettrez à votre enfant de s’épanouir et maintiendriez ce lien de confiance, si important. Bien souvent, quand nous sommes contactés, il est déjà trop tard, les liens sont rompus et les dégâts sont parfois irréparables.

Collectif Arc-En-Ciel : 465 45

Pour en savoir plus sur le Collectif Arc en Ciel

Journée mondiale de la lutte contre l’homophobie et transphobie www.collectifarcenciel.org

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le Caudan Waterfront se prépare pour les fêtes !

Pour marquer la fin de l’année 2019, le