C’est un constat partout répété: notre pyramide des âges ressemble de plus en plus à celles des pays industrialisés, et la proportion de personnes âgées croît chaque année. Partant de ces données, économistes, sociologues, entrepreneurs et hommes politiques livrent régulièrement leurs analyses, toutes plus pessimistes… 

Dans son rapport démographique, établi pour chaque état membre, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a établi des prévisions concernant l’évolution de la population active (celle qui travaille, et contribute donc à la production de la richesse nationale) à Maurice. D’après ces prospections, cette population active, estimée aujourd’hui à environ 600 000 personnes, ne serait plus constituée que de 450 000 personnes en 2050 et 300 000 en 2100.

Cette fonte, relativement rapide, de la part productive de la population s’accompagnerait d’une hausse proportionnelle du nombre de personnes âgées, et donc de retraités. Cette tendance est d’ailleurs déjà visible. En 2018, il y avait ainsi, presque sept mille personnes de plus ayant atteint l’âge de 65 ans, par rapport à 2017 (139 641 en 2018, contre 132 689 en 2017). Une tendance qui devrait se renforcer dans les années à venir, puisque Statistics Mauritius prévoit un maintien du recul du taux de fécondité.

Une tendance aux nombreuses conséquences

Les implications profondes de ces bouleversements démographiques sont encore difficiles à appréhender.  Toutefois, la plupart des commentateurs locaux semblent s’accorder sur les conséquences suivantes:

  • Le financement des pensions de retraite versées par l’Etat (1,4 milliard de roupies l’année dernière) risque d’être compromis par un accroissement du nombre des bénéficiaires et une diminution du nombre des actifs (qui contribuent, fiscalement, au paiement de ces pensions).
  • Une baisse de la consommation globale (les “seniors” consommant moins que les autres catégories de la population).
  • Une main d’oeuvre disponible moins nombreuse pourrait aussi se traduire par une diminution sensible de la productivité et donc par la perte de quelques points de croissance annuelle.

200 000 travailleurs étrangers supplémentaires

En 2017, la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) a ainsi souhaité que Maurice ouvre ses frontières à un plus grand nombre de travailleurs étrangers. Selon les calculs de cet organisme, l’apport de 200 000 travailleurs étrangers supplémentaires équivaudrait à une hausse de 14% du Produit Intérieur Brut…

Ces analyses, si elles reprennent une partie des observations et des commentaires produits dans d’autres pays soumis aux mêmes tendances, passent curieusement sous silence une partie des conclusions tirées ailleurs…

En effet, certains pays, comme le Japon, qui sont englués dans un vieillissement chronique de leur population, ont pu observer des conséquences plus inattendues, et parfois très positives.

C’est ainsi que le vieillissement de la population s’accompagne d’une épargne plus importante, dont bénéficie, en premier lieu, le système bancaire. Les dépenses liées aux loisirs devrait également connaître une hausse significative, puisque les retraités de demain seront relativement en bonne santé et, appartenant aux générations qui ont connu le développement de l’industrie des loisirs, ils continueront, tard dans
leur vie, à consommer ce type de produits et services.

Enfin, et c’est un aspect rarement évoqué à Maurice, mais dans un pays où il est chaque année plus compliqué de fournir un emploi à chaque jeune, le vieillissement global de la population pourrait bien se traduire par l’effacement du chômage et le retour au plein emploi.

En d’autres termes, et même si le constat du vieillissement est objectif, la lecture que l’on peut en faire reste marquée par une part importante de subjectivité…

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Un budget à faible lisibilité, une mesure essentielle copiée sur l’Inde

Les analystes patentés, les politologues plus ou moins