22.1 C
Île Maurice
lundi, juin 24, 2024

L’apprentissage à Maurice Théorie, pratique et performances !

Au-delà des diverses plateformes d’apprentissage, programmes et centres de formation présents au sein des groupes hôteliers et entreprises de tout secteur d’activité, un grand nombre d’institutions académiques, techniques et professionnelles inculquent un enseignement qualitatif à Maurice.

Delphine Raimond

Notre petit territoire se drape d’un solide tissu pédagogique que l’on sait représenter les vecteurs à la fois du développement économique et de la stabilité sociale d’un pays. Au réseau gouvernemental d’écoles primaires, collèges et lycées gratuits s’ajoutent neuf établissements publics d’enseignement supérieur, dont trois opérant dans des domaines spécialisés. Aussi, une dizaine d’écoles proposent un système 100 % anglais, tandis que cinq autres sont homologuées AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger), dont deux en partenariat. Rappelons à ce propos que 567 établissements français existent dans 138 pays du monde. Enfin, en sus du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) – sous la tutelle du ministère du Travail, du Développement des RH et de la Formation – des centaines d’organismes privés dispensent divers programmes d’apprentissage très complets, s’adressant aux étudiants comme aux actifs.

L’enseignement supérieur à Maurice

Doté de supports informatiques, technologiques et éducatifs répondant aux standards internationaux, le réseau mauricien d’enseignement supérieur – privé ou public – couvre un grand nombre de branches professionnelles et affiche de multiples partenariats avec des institutions étrangères. En voici un échantillon.

Science et technologie

La vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun ne cesse de souligner l’engagement de son ministère dans la promotion à Maurice des matières STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques), espérant impliquer davantage de jeunes dans ladite filière et favoriser la recherche scientifique.

L’université technologique de Maurice (UTM) à Port Louis, possède une école des technologies et ingénierie innovantes (SITE), créée en 2008 pour relever les défis locaux et mondiaux. Elle regroupe plusieurs départements autonomes, depuis l’informatique industriel jusqu’aux technologies du cinéma et des médias, en passant par la science des mathématiques appliquées ou les TIC (technologies de l’information et de la communication) – aujourd’hui moteurs de l’économie mondiale. Le taux d’employabilité des diplômés dans ce dernier domaine est d’ailleurs proche des 100 %. Dans le secteur du design numérique, l’UTM et la start-up edVentr ont signé l’an dernier une collaboration offrant aux étudiants des formations complémentaires sur la blockchain, la cybersécurité… ainsi que des certifications provenant d’organisations de référence : Microsoft, Adobe, Apple, Unity, etc. Avec une intelligence non artificielle, ce protocole place le monde universitaire face aux besoins réels du marché.

L’université de Maurice (UoM), implantée à Réduit, comprend les facultés publiques de sciences, médecine et sciences de la santé, sciences sociales et humaines, ingénierie, agriculture, droit et gestion, technologies de l’information, de la communication et du numérique.

Actuellement doctorante à l’UoM dans le domaine de la nutrition moléculaire, la jeune Annaëlle Kate Siaw Lim Hip Kam s’est vue représenter Maurice lors de la 72e réunion des lauréats du prix Nobel de Lindau 2023 (consacrée cette année au thème physiologie/médecine) qui s’est tenue en Allemagne du 25 au 30 juin. Elle y a partagé ses recherches sur le potentiel pharmacologique des aliments cultivés localement contre le cancer. Plus de 600 jeunes scientifiques du monde entier ont ainsi rencontré 40 lauréats du prix Nobel, les rock stars de la science ! Précisons fièrement que depuis 2012, une trentaine de Mauriciens ont été sélectionnés pour participer à cet événement.

« Savoir, c’est pouvoir » est la maxime de l’université des Mascareignes (UDM), fondée en 2012. Depuis, la plus jeune université publique a accueilli plus de 10 500 élèves et compte aujourd’hui une soixantaine d’enseignants. Elle offre notamment aux diplômés une double certification, en partenariat avec l’université de Limoges. Ingénierie et durabilité, commerce et gestion, technologies de l’information et de la communication, sont les trois facultés présentes sur les campus de Pamplemousses, Roches Brunes et Bel Air. L’UDM se distingue par son engagement en faveur de la science et la recherche sur la durabilité et les changements climatiques et s’emploie à développer des solutions novatrices, en réponse aux ODD des Nations Unies. À propos de la réduction des émissions d’ici 2030, l’UDM et l’entreprise de construction Transinvest ont dévoilé le mois dernier un projet concret qui permettra à moyen terme de mesurer précisément l’empreinte carbone générée par la construction et la maintenance des routes à Maurice. Cet outil d’assistance à la conception ouvrira la voie à des infrastructures plus sûres, plus abordables et plus durables.

En 2017, le gouvernement mauricien lançait Polytechnics Mauritus Ltd (PML), pour répondre aux besoins émergents de l’État et du secteur de l’industrie en ressources humaines qualifiées. PML forme des professionnels aptes à diriger et transformer l’industrie, à favoriser la croissance et la durabilité à Maurice. Le campus de Réduit, à proximité de la cybercité, abrite le pôle TIC et technologies émergentes. Celui de Montagne Blanche se concentre sur le tourisme et l’hôtellerie. Proche de l’hôpital SSRN de Pamplemousses, se trouve le département des sciences de la santé et soins infirmiers, ainsi que celui de l’ingénierie (architecture, logistique industrielle, aquaculture, etc.) qui délivrera bientôt un diplôme en maintenance avionique. Pour PML, l’apprentissage sur le terrain industriel façonne les managers et leaders de demain !

 Commerce et management

L’Analysis Institute of Management (AIM) à Ébène accompagne les cadres et dirigeants dans le domaine de la finance globale, du marketing et de la communication stratégique, et propose les solutions pour attirer, retenir et engager les talents de l’océan Indien. L’AIM codélivre à Maurice depuis 2006 le Master of Business Administration International Paris (proposé dans sept pays), en partenariat avec la prestigieuse université Paris-Dauphine et l’IAE Paris-Sorbonne Business School. Aux chefs d’entreprise et autres gestionnaires fonctionnels sont proposés des programmes exécutifs et masters en marketing, communication, finance, ainsi que des formations certifiantes pointues sur le bilinguisme numérique ou les modèles de sécurité dans les pratiques digitales. Ces programmes mobilisent des experts des sphères académique et professionnelle tels que les ingénieurs de l’École MINES ParisTech.

Reconnu pour la qualité de son enseignement et sa diversité de formations, le Charles Telfair Campus (CTC), établissement privé d’enseignement supérieur, déploie des programmes conçus pour répondre aux défis spécifiques du marché et s’adapter à la réalité mauricienne. Fort de 25 ans d’expérience et de partenariats prestigieux avec des institutions internationales renommées – l’université Curtin, TAFE North & South Metropolitan en Australie et Vatel Maurice –, le CTC s’engage pleinement dans sa mission de développement des compétences et joue un rôle essentiel dans la promotion de l’éducation et de l’innovation… à Maurice et au-delà.

En outre, depuis 2005, sa Leadership Academy propose aux entreprises mauriciennes des programmes de formation sur mesure, axés sur les thématiques du leadership et du management, visant à élargir et améliorer leurs capacités de gestion et à leur fournir les outils nécessaires pour réussir dans un environnement professionnel compétitif et en constante évolution.

Parmi les organismes formant au management de demain, Uniciti International Education Hub (UIEH) est le pôle d’excellence du groupe Medine dédié à l’éducation. Ses deux campus (Pierrefonds et Cascavelle) regroupent plus de 2800 étudiants (dont 40 % d’étrangers) dans quatre pôles qui sont le digital, l’ingénierie, la santé, le business management et la finance. Le hub est partenaire d’institutions locales et internationales de renom : Grenoble École de Management (GEM) ; l’ESSEC Business School ; Paris II Panthéon-Assas, l’université de droit la plus réputée en France ; Amity, le premier groupe éducatif privé en Inde ; la MCB Institute of Finance, l’université anglaise Middlesex… entre autres ! Des diplômes spécifiques et pointus dans la gestion des réseaux, la cybersécurité, les systèmes d’information, la psychologie clinique et le droit sont délivrés par l’UIEH qui travaille par ailleurs à la création d’un Uniciti Innovation Hub, avec l’objectif d’accueillir des start-ups dans les technologies émergentes. Notons que l’UIEH abrite l’école Vatel, l’antenne mauricienne du premier groupe mondial d’enseignement du management de l’hôtellerie et du tourisme.

Situé à Pamplemousses, l’African Leadership College (ALC) offre une instruction axée sur l’avenir de l’Afrique et son positionnement stratégique dans un monde en mutation. L’organisme ambitionne de former 3 millions de leaders entrepreneuriaux (éco)responsables d’ici 2035, leur administrant les sept méta compétences du XXIe siècle. Combler le fossé entre l’éducation et le monde réel, répondre aux besoins actuels de l’industrie, enseigner les raisonnements et agissements à impact positif sur les communautés du monde… composent les programmes dispensés et évalués en anglais sur quatre années, dont douze mois de stages professionnels. Début juin, quatre étudiants en dernière année (originaires de Maurice, de la RDC, du Cameroun et du Kenya) ont représenté l’île et l’ensemble de la région africaine, parmi des gagnants du monde entier, à l’édition en ligne du HSBC/HKU Asia Pacific Business Case Competition. Le concours sert de plateforme aux étudiants souhaitant démontrer leurs compétences en affaires.

Les domaines spécialisés

L’Institut (public) mauricien de l’éducation (MIE), à Moka, forme les enseignants, démocratise le système pédagogique, en déploie les programmes et manuels et s’investit dans sa recherche. L’Institut (public) mauricien de la santé (MIH) est un centre régional de recherche et de formation du personnel de santé et paramédical, soutenu par le ministère de la Santé et l’agence australienne de développement international (AIDAB). L’École (privée) nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Nantes, la seule institution à offrir un diplôme en architecture et urbanisme à Maurice, est intégrée à l’Uniciti International Education Hub. L’Académie (publique) du design et de l’innovation favorise quant à elle l’excellence pour l’économie créative dans les domaines du design graphique, numérique et multimédia ; de la mode et du textile ; de l’architecture et l’environnement bâti ; des arts, de l’artisanat et de la joaillerie. Notons qu’elle est, en outre, alignée sur le développement des objectifs durables dans le secteur.

Le cinéma d’animation

Le Bachelor européen en film d’animation 2D et 3D s’obtient désormais à Maurice, au sein de l’AIM ! Ce double diplôme québécois et européen est délivré par l’école d’animation RUBIKA – la première en Europe et 3e mondiale – qui fait sa rentrée à Maurice en octobre.

Kaushal Ramlackhan, la DG de l’AIM, nous parle de ce cursus de 3 ans, dont une année à Montréal.

Les perspectives professionnelles ?

Le programme permettra aux jeunes talents mauriciens de faire une carrière dans les plus grands studios d’animation de Montréal, avec la possibilité de travailler un an au Canada après l’obtention de leur diplôme en troisième année. À terme, certains reviendront dans l’océan Indien pour créer leur propre studio. Notre ambition est de valoriser les passionnés de l’art qui sont bien souvent marginalisés et non reconnus à leur juste valeur ! Au sein d’un métier d’avenir, ils pourront vivre de leur passion et partager leurs talents aux plus grands nombres. Les parents et les jeunes ignorent les évolutions des métiers d’avenir dans le secteur créatif ; la demande de professionnels est pourtant grandissante, que ce soit en animation ou en jeux vidéo. Netflix, par exemple, depuis novembre de l’année dernière a lancé Netflix Games, un accès aux jeux vidéo en streaming.

Le contenu de la formation ?

L’artiste porte à travers sa plume un message universel, sociétal ou d’ordre éthique et moral. C’est la raison pour laquelle en plus des cours techniques (dessin anatomique, modélisation, sculpture, etc.), la formation offre dès la première année des cours d’histoire de l’art et de sémiologie, pour développer le regard et la pensée critique, se familiariser à la fois avec les mouvements artistiques, questions et réflexions que portent les œuvres visuelles à travers le temps. En 3e année, à Rubika Montréal, les étudiants seront formés en direction artistique ou encore en techniques de scénario. Les jeunes diplômés auront tous les outils en main pour réussir dans l’industrie créative !

« L’animation ne repousse-t-elle pas toujours les limites ? Et cela ne va pas cesser de nous surprendre, car il y aura toujours de nouvelles choses à découvrir, à expérimenter ! », conclue Kaushal Ramlackhan.

Le rayonnement de l’éducation française

Plus de 5000 élèves – majoritairement mauriciens – bénéficient d’un enseignement conventionné AEFE, au sein de l’école du Nord (Mapou), l’école du Centre Pierre Poivre et le lycée des Mascareignes (tous deux à Moka), le Lycée La Bourdonnais (Curepipe) et l’école primaire Paul et Virginie (Tamarin). Appartenant à la fois à l’Organisation Internationale de la Francophonie et au Commonwealth, l’île porte en outre un bilinguisme qui induit l’enseignement de l’anglais à haut niveau dans tous les établissements français, ce dès la grande section de maternelle.

Dans sa soixante-dixième année, le lycée La Bourdonnais (LLB) à Curepipe (école primaire, collège, lycée général et technologique) regroupe 1441 élèves et 235 étudiants de la MCCI Business School, l’université francophone de la chambre de commerce et d’industrie de Maurice. L’excellent taux de réussite du LLB aux examens se traduisait en 2022 par 100 % d’obtention du Brevet des Collèges, 99 % de réussite au bac général, 96 % au bac technologique et 94 % en BTS. Préparant sa rentrée de septembre dans un gros établissement français de Casablanca, le proviseur du LLB depuis 2020, Bernard Moga, nous confie : « Ces années mauriciennes marqueront durablement mon parcours professionnel, tant elles auront été intenses et stimulantes. » À propos du baccalauréat STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion), le seul de la filière technologique, l’homme précise qu’il est « parfaitement adapté au marché de l’emploi à Maurice, en lien avec les BTS ou licences professionnelles que propose notamment la MCCI Business School » et confie réfléchir « par ailleurs à la mise en place de formations bac + 2 dans le domaine de l’informatique et du numérique », même s’il est encore trop tôt pour en dire davantage. Concernant l’attention portée au suivi et à l’accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers, le LLB déploie un dispositif spécifique appelé « Avançons Ensemble ».

Créée en 1884, l’Alliance française de l’île Maurice (AFIM), la plus ancienne au monde après celle de Paris, compte 6 antennes : Triolet, Goodlands, Mahébourg, Souillac, Rivière-Noire, Rodrigues et le siège à Bell Village. Le réseau mondial de plus de 800 établissements affiche trois missions essentielles : proposer des cours de français, promouvoir et faire connaître les cultures françaises et francophones, favoriser la diversité culturelle. L’AFIM propose des ateliers ludiques, des formations pour adultes et de multiples activités : concerts, expositions, pièces de théâtre, conférences… Sa médiathèque ne compte pas moins de 30 000 ouvrages !

Et pour les femmes ?

Dans notre édition de mars, où les femmes étaient à l’honneur (rappelons qu’elles représentent plus de 50 % de la population), nous vous présentions pléthore de projets et initiatives visant à les former et les faire rayonner dans le monde entrepreneurial.

Les femmes brillantes sont d’abord des filles instruites. Relevons fièrement que le collège (de filles) Patten à Rose Hill s’est démarqué lors de la huitième édition du concours Science Quest 2023, organisé par le Rajiv Gandhi Science Centre (RGSC) et sponsorisé par la MCB. Dédiée aux élèves du cycle secondaire, la compétition visant à promouvoir la science et l’innovation a réuni cette année 45 écoles et collèges qui ont présenté 70 projets ! Les gagnantes dans la première catégorie (grades 7, 8, 9) ont maîtrisé le leur : les effets du système d’irrigation automatique sur la croissance et le développement du plant de céleri à l’aide d’un système de programmation informatique. Bravo les filles !

Organisme parapublic, le Conseil national des femmes entrepreneures (NWEC) opère sous l’égide du ministère de l’Égalité des sexes et du Bien-être familial. Créé en 1999, il est la principale organisation qui fournit assistance, soutien et formations aux femmes entrepreneures mauriciennes – en devenir et existantes –, pour développer leurs compétences et leur autonomisation. Moteur et facilitateur de la bonne culture d’entreprise, le NWEC est à l’œuvre dans tous les domaines professionnels.

Le domaine de l’apprentissage et de la formation à Maurice ne se réduisant pas à ces quelques pages, LGM compte sur la compréhension de tous les acteurs du secteur n’y figurant pas.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,998FansJ'aime
468SuiveursSuivre
420SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES