Lors d’une cérémonie sur sa ferme à Fond du Sac, en octobre dernier, l’entreprise Equilibre Bioenergy Production a démontré, en procédant à la première récolte d’une nouvelle source de biomasse, comment ce carburant vert peut être facilement cultivé, récolté et enfin, utilisé pour la production d’électricité. 

Lors d’un discours officiel, Paul Edwards, président d’Équilibre, a insisté sur notre besoin urgent de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, afin d’atténuer les effets du réchauffement climatique, aux conséquences catastrophiques pour la planète.

Il a rappelé que selon les préconisations d’un récent rapport des Nations Unies, la production de gaz à effets de serre au niveau mondial doit être réduite de 45% d’ici 2030. D’ici 2050, le charbon devra avoir disparu, tandis que les énergies renouvelables devraient compter pour 85% de l’électricité produite. Le rapport précise également que plus de 7 millions d’hectares de terres  doivent être allouées à la production de sour-
ces d’énergies renouvelables, comme l’Arundo Donax K12.

Reprendre les 15 000 hectares de champs de cannes à l’abandon

Le gouvernement mauricien s’est engagé à réduire l’émission de gaz à effet de serre du pays de 30% d’ici 2030. Nous avons fait des progrès avec le solaire et l’éolien, mais il reste énormément de chemin à parcourir pour atteindre cet objectif”, a déclaré Laurent de Morelos, PDG et fondateur d’Equilibre. “La solution serait d’utiliser les 15 000 hectares de champs de cannes abandonnés, pour cultiver des sources d’énergie renouvelable, sans impacter la production de nourriture. Nous avons déjà testé notre Arundo sur le terrain à Maurice et les résultats se sont avérés excellents”.

Equilibre a commencé son travail avec les petits planteurs de cannes affectés par le déclin de l’industrie sucrière, sur la production d’Arundo, afin de leur permettre de se réapproprier leurs champs. Et projette dans un premier temps, de pourvoir en biomasse les petites chaudières industrielle de l’île afin de réduire l’utilisation de charbon pour la production d’énergie.

La seconde phase du projet consistera à construire une usine afin de transformer l’Arundo en granules à exporter. “La demande pour les sour-
ces d’énergie renouvelables augmente de 25% chaque année, ce qui peut nous permettre de créer un nouveau secteur économique: l’exportation d’énergie.
”, selon Paul de Morelos.

La troisième phase vise la construction d’une centrale électrique générée à 100% par de la biomasse. “Selon la Mauritius Energy Roadmap, le pays doit générer 200 MW d’énergie supplémentaires. Equilibre est en mesure de procurer 30 à 60 MW de cette électricité, et ce, sans aucune émission de carbone. Cela aiderait en outre le pays à atteindre l’objectif de réduction des émissions carbone de 30% d’ici 2030, a affirmé Paul Edwards. “Ce projet pourrait jouer un rôle prépondérant dans le secteur énergétique mauricien et serait très bénéficiaire pour agriculteurs, ainsi partie prenante de cette nouvelle vision énergétique pour Maurice”, a conclu le président d’Equilibre.

A propos d’Equilibre Bioenergy Production

L’entreprise mauricienne Equilibre Bioenergy Production Ltd s’est engagée dans la recherche et les solutions de production des énergies renouvelables, en tissant des partenariats et alliances stratégiques avec des experts sur le terrain à Maurice et à l’international. Les clients ciblés sont les gouvernements de la région océan Indien et de l’Afrique, la société envisageant d’exporter son expertise, ainsi que les porteurs d’initiatives privées de développement d’énergie durable.

Les plus de l’Arundo K12

Cette plante robuste présente une alternative intéressante et durable pour les petits planteurs ayant abandonné la culture de la canne. Moins gourmande en eau que la plupart des cultures, adaptables à des sols très variés, qu’ils soient argileux ou caillouteux et même peu fertiles comme les sols sableux et salins, l’Arundo peut être plantée et récoltée toute l’année, avec un rendement excèdant les 120 tonnes par hectare et des coûts de production inférieurs à ceux de la canne à sucre. Selon des études internationales, 1 hectare d’Arundo K12 produirait 75-90 tonnes métriques de biomasse sèche annuellement, soit une quantité supérieure que celle issue d’autres cultures.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Sans doute bientôt une usine de bouteilles en plastique végétal à Maurice

Lors d’un court séjour à Maurice, Nicolas Moufflet