Comme l’ensemble des secteurs d’activité, l’industrie automobile est touchée de plein fouet par la crise sanitaire provoquée par la propoagation du Covid19. Presque partout dans le monde, les usines des principaux constructeurs ont fermé leurs portes et certaines marques pourraient avoir du mal à se relever. 

Bien évidemment, les constructeurs chinois furent les premiers touchés. Mais l’étendue du territoire national aura tout de même permis de sauvegarder, même au plus fort de la crise, l’activité de certains sites de production, que ce soit chez les constructeurs ou les équipementiers.

A son tour, l’Italie, avec le confinement de tout le Nord industriel, puis de tout le pays, a rapidement dû cesser toute production automobile. Fiat, Alfa Roméo, Ferrari, Lamborghini ont donc fermé leurs usines.

En France, le groupe PSA (Peugeot-Citroën) a annoncé la fermeture de ses sites de production quelques jours avant l’annonce officielle du confinement national. Deux ouvriers de Peugeot avaient, en effet, été testés “positifs” au Coronavirus… Renault, dont les usines françaises sont closes, a également dû fermer ses sites roumains (Dacia).

Les constructeurs allemands ont également suspendu leurs productions et l’usine sud-africaine de BMW a déjà reçu des instructions pour fermer ses portes avant le début du mois d’avril…

Mercedes et Volkswagen ont également fermé tous leurs sites européens (Portugal, Espagne, Slovaquie…).

Renault et Peugeot peut-être nationalisés

Porsche a indiqué avoir suspendu sa production…

En Angleterre, les usines Ford, Chrysler et Nissan ont déjà fermé. Quant aux marques anglaises, leur production se poursuit, mais reste suspendue à la décision gouvernementale d’adopter, ou non, des mesures de confinement généralisé…

Toyota a pris la décision de stopper ses usines européennes (construction ou assemblage) à compter du 18 mars. Cela concerne des sites situés en France, en Angleterre, en République Tchèque, et en Pologne.

En Amérique du Nord, Honda a fermé ses usines du Canada et des USA. General Motors et Ford ont fait de même (y compris au Mexique).

La Turquie, où sont positionnées un certain nombre d’unités d’assemblage de grandes marques automobiles n’a pas encore donné de consignes de confinement et continue donc sa production… du moins, tant que les pièces détachées lui parviennent.

Partout, les états-majors de ces importantes firmes industrielles, tout comme les gouvernements, cherchent donc des solutions pour atténuer le coût économique et social de cette crise sans précédent…

En France, la solution envisagée pourrait être une nationalisation temporaire des constructeurs…

Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, l’a effectivement annoncé : l’Etat pourrait nationaliser les constructeurs automobiles en difficulté. Déjà présent dans le capital de Renault à hauteur de 15% et de PSA (Peugeot-Citroën) pour 12%, l’Etat français pourrait prendre le contrôle des deux constructeurs… au moins temporairement.

Il s’agirait alors de permettre à ses firmes d’absorber le choc de la crise sanitaire en cours et de survivre au délai nécessaire à la remise en marche de l’économie… En d’autres termes, l’Etat servirait d’Airbag aux constructeurs automobiles français…

Rallyes et Grands Prix annulés

Comme les autres manifestations sportives, les rendez-vous des sports mécaniques sont annulés à peu près partout. Pour la F1, par exemple, se sont les Grands Prix de Zandvoort, Barcelone et Monaco qui sont d’ores et déjà reportés… La saison de Grand Prix Moto est aussi fortement compromise, et pour les mêmes raisons.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Auto : trois mois après le début de la crise de l’essence au manganèse…

Depuis novembre dernier, de nombreux automobilistes ont constaté