Le projet qui a suscité un vaste débat à cause du risque de dégradation d’une zone naturelle humide, située sur le site qui doit accueillir l’hôtel, a obtenu du ministère de l’Environnement, en décembre dernier, son certificat EIA – Environmental Impact Assessment -. Mais à l’issue de nombreuses concertations entre le groupe Beachcomber et les ministères de l’Environnement de la Pêche et des Terres, il a été convenu que les travaux entrepris dès février 2019 concerneront seulement la création d’une nouvelle zone humide sur 20 arpents, aménagée à l’arrière de l’hôtel – 310 chambres et 56 unités familiales -. Ceux relatifs à l’établissement hôtelier qui devrait s’ouvrir au public en août 2020 ne débuteront, eux, qu’à l’issue de l’achèvement de la nouvelle zone humide. 

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

The Thirsty Fox, la nouvelle bière d’Oxenham

Le groupe spécialisé dans la production de vins