Né sur les fjords des lacs d’Ecosse, le golf est longtemps resté un “sport de gentlemen”, aux règles complexes et aux traditions extrêmement codifiées. Naturellement importé à Maurice par les Britanniques, ce sport a pris ici, au cours des quinze dernières années, une place inattendue, en devenant l’un des moteurs du renouveau touristique de l’île.

A l’aube du XXIème siècle, après trois décennies d’une croissance constante et insolente, l’industrie touristique locale cherchait un second souffle. Il était évident que la plage et ses plaisirs ne pouvaient plus être les seuls atouts de la destination mauricienne: d’autres nations, plus proches des pays d’origine de nos visiteurs habituels, ou proposant des prestations équivalentes au nôtres à un prix moins élevé, s’affirmaient comme de sérieux concurrents.

Pour retrouver les taux d’occupation des chambres d’hôtels des périodes glorieuses, nombre d’opérateurs explorèrent alors des stratégies de “démocratisation” et de diversification… Ce fut l’époque de l’”ouverture du ciel mauricien”, qui vit atterrir à Plaisance des avions appartenant à des compagnies aériennes au mode de fonctionnement assez proche de celui des charters. Les “incentives groups”, ces voyages visant à récompenser les meilleurs vendeurs d’une firme, et à “inciter” les autres à faire aussi bien, se multiplièrent et, sans trop l’avouer, quelques établissements hôteliers mirent en place des formules pouvant s’apparenter au “all inclusive” (tout compris).

Au milieu de ces tatônnements qui pouvaient infléchir notre destinée vers un tourisme de masse, quelques initiatives tentaient de préserver le caractère exclusif de la destination mauricienne. La “stratégie golfique” s’inscrivait dans cette logique.

Des milliers de golfeurs

Sport encore réservé à une certaine élite économique (le coût des équipements et les droits d’entrée dans les grands golfs européens étant plutôt élevés), attirer les golfeurs, c’était donc renforcer le positionnement “luxe” qui avait longtemps été celui de notre île.

Les hotels Sun, avec la mise en valeur du parcours de Bellemare et la création de celui de l’Ile aux Cerfs, ou le groupe Beachcomber, avec le golf de l’hôtel Le Paradis, au pied de la montagne du Morne Brabant, furent parmi les premiers à s’inscrire dans cette démarche. D’autres établissements, encore en projet, intégrèrent également cette dimension golfique dès leur conception. C’est, notamment, le cas d’Anahita.

Un peu plus de quinze ans plus tard, il est clair que cette vision, à laquelle nous étions quelques-uns à ne pas accorder beaucoup de crédit, s’est bel et bien traduite en une réalité tangible: Maurice fait désormais partie des destinations les plus prisées des golfeurs. Dans les magazines spécialisés, sur les chaînes de télévision dédiées au golf ou sur les forums de discussion entre golfeurs, notre île est ainsi très régulièrement citée. Que ce soit pour louer la beauté de ses “greens” ou rendre compte des compétitions qui s’y déroulent. L’une d’entre elles, l’Afrasia Bank Mauritius Open est d’ailleurs devenue un tournoi important, où s’affrontent des professionnels de trés haut niveau.

Mais au-delà de ces tournois, qui sont en quelque sorte la vitrine de l’Ile Maurice du golf, ce sont des milliers de golfeurs, venus de partout, qui visitent chaque année, notre île!

Un partenariat gagnant avec Mont-Choisy Le Golf

Groupe hôtelier de premier ordre, Beachcomber fut aussi l’un des pionniers du positionnement golfique à Maurice, avec la création du parcours partagé par les hôtels Paradis et Dinarobin. En s’associant à Mont-Choisy Le Golf, le groupe a offert un nouveau superbe green à ses clients.

Grâce à un ensoleillement exceptionnel, la diversité et la qualité de ses parcours, l’île Maurice s’est hissée au rang de destinations golfiques incontournables. C’est dans ce cadre paradisiaque que le groupe Beachcomber a su s’imposer comme expert en la matière, attirant tout au long de l’année les golfeurs, à l’occasion notamment de tournois de golf annuels réunissant amateurs et professionnels. Avec une collection de quatre golfs resorts et l’organisation d’évènements majeurs, le groupe mauricien s’impose comme une référence golfique. Un statut renforcé il y a un an avec la signature d’un partenariat exclusif avec Mont Choisy Le Golf, unique parcours 18 trous du nord de l’île.

La position exceptionnelle du golf du Paradis, entre le Morne Brabant et le lagon attire, chaque année, un grand nombre de golfeurs, de tous les niveaux. Long de 5924 mètres, ce parcours magnifique débute à tout juste trente mètres de la reception de l’hôtel. Les neuf premiers trous sont régulièrement soumis à une brise soufflant de la montagne, alors que les neuf derniers, plutôt techniques, exigent une bonne dose d’adresse. Parfaitement integré au sein du resort, ce parcours de championnat voit se dérouler, tous les vendredis, un tournoi entre les clients du Paradis Beachcomber Golf Resort & Spa et ceux du Dinarobin.

En créant un partenariat avec Mont-Choisy Le Golf, le groupe a donc permis aux golfeurs hébergés dans ses hôtels de profiter d’un second parcours. En effet, Mont-Choisy Le Golf est accessible aux clients des deux hôtels de la péninsule du Morne, mais également et tout à fait logiquement aux résidents des hôtels du Nord de l’île, Trou aux Biches Beachcomber et Canonnier Beachcomber.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Environnement: le golf est-il “durable”?

Cela a longtemps constitué une critique majeure formulée