25.5 C
Île Maurice
mardi, novembre 30, 2021

l’imagerie 3D au service de l’immobilier

Aujourd’hui, et bien plus qu’avant, les acteurs de l’immobilier réalisent l’importance des solutions technologiques pour leur secteur. Qu’il s’agisse du CRM pour la gestion des bases de données clients ou des logiciels puissants pour générer des images de photoréalisme, la pandémie du coronavirus aura consacré tout un vaste ensemble d’outils technologiques qui figurent dans la gadgetière des commerciaux. Mais on ne s’improvise pas James Bond. 

Au commencement était… la lumière ! En 2005, au moment où les promoteurs immobiliers se lançaient dans le Integrated Resorts Scheme (IRS), quelques-uns s’en allaient trouver un jeune graphiste de Curepipe, Michael Nadal, déjà un prodige de l’imagerie 3D de photoréalisme. Jean-François Koënig, qui l’avait embauché dans son cabinet d’architecte, avait fini par réaliser qu’il était tombé sur une pépite. Pendant que d’autres exploitaient les logiciels auto-CAD pour tenter de donner forme aux plans des architectes, Michael Nadal avait déjà compris qu’il fallait concevoir l’image comme pour la photographie, notamment en maîtrisant l’éclairage.

Photo: Anbalaba

En deux décennies, Michael Nadal a signé quelques projets d’envergure. Dépassé aujourd’hui, la simulation de quelques individus que l’on voit déambuler dans le cadre d’un complexe commercial : l’artiste du CGI parvient à créer une foule en plan d’ensemble pour mettre en valeur une rue piétonne. C’est qu’entretemps le cinéma est passé par là : en 2019, Michael Nadal a fait son intrusion dans l’univers hollywoodien en signant quelques minutes d’effets spéciaux dans le film The Red Sea Diving Resort – avec Chris Evans, Sir Ben Kingsley et Haley Bennett.

Entre concurrences et émulations, la maîtrise technique de ces applications est désormais avancée à Maurice. Elle est même recherchée à l’international. Toutefois, si la qualité de ce type de supports marketing s’est grandement amélioré, quelques mésusages mettent un bémol sur certaines stratégies de commercialisation des agences immobilières.

Au moment où les budgets marketing sont rognés à chaque grande crise, il est essentiel de faire un usage optimal des ressources engagées pour les campagnes. Tess D’Halluin, conseillère en matière de ressources du marketing immobilier, considère bien le fait que les promoteurs et les agences immobilières investissent dans des outils digitaux performants afin de se distinguer d’une forte concurrence. Mais, explique-t-elle, cela ne devrait se faire « qu’à la seule et unique condition qu’ils puissent en tirer des statistiques mesurables et que cela leur permette l’identification des visiteurs ». Le principal problème tient au fait de l’emballement par l’audience en ligne.

Tess d’Halluin

Ainsi, nous dit l’experte, « Il est contre-productif de mettre une vidéo sur YouTube en se satisfaisant des centaines de vues si l’on ne connait pas l’identité des visiteurs ; à fortiori quand YouTube vous suggère le projet du concurrent… Une aberration en matière de retour sur investissement ». Les défauts dans la stratégie marketing auront forcément des répercussions économiques conséquentes si l’on tient compte des coûts engagés pour créer les images et les animations digitales.

Tess d’Halluin constate bien qu’à l’ère du 100% digital, « nombreux se montrent encore réfractaires aux nouvelles technologies, jouent d’une autosatisfaction de leur métier par des visites physiques qui s’avèrent pour 95% non concluantes pour toutes les parties».

Elle évoque aussi « la fonction passive (e.g. par l’attente de l’appel téléphonique) qui prédomine encore sur celle des proactifs qui gèrent leur fichier clients par du mailing personnalisé, participent à des networking professionnels, marquent une présence adaptée sur les réseaux sociaux, organisent des conférences, etc. ».

Avec Mymarketimmo notamment, Tess d’Halluin passe elle-même à un deuxième niveau d’exploitation des images générés par le digital. Il s’agit d’une plateforme spécialisée en communication digitale de l’immobilier. Ce dispositif permet d’encapsuler toutes les données d’un bien dans une seule adresse URL, facilitant la diffusion et la lecture des investisseurs davantage ancrés aux biens proposés, et permettant surtout de capter des leads identifiés pour faciliter les démarches commerciales. Trimetys, par exemple, s’est bien sorti d’affaire pendant les 18 mois de fermeture à l’international en adoptant la solution Matterport, une technologie équivalente. C’est bien la démonstration que, loin d’une orientation aussi passagère qu’un effet de mode, la rigueur des métiers demeure une valeur constante.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,494FansJ'aime
468SuiveursSuivre
405SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES