23.6 C
Île Maurice
lundi, avril 22, 2024

Littérature vivante en marronnage…

Une grande tradition orale mauricienne a fait son entrée à l’université, lorsque la conteuse Véronique Nankoo a décidé de reprendre ses études, en 2022. L’enseignante en littérature française consacre en effet son doctorat au conte mauricien, ce marronnage culturel hérité des premiers Créoles et des transformations voyageuses de nos histoires de liev ek torti, lion ek sinz, Tizan, Tizann ek Bolom Loulou… Dominique Bellier

Tout n’est pas perdu de nos légendaires veillées mortuaires, des soirées Zistwar fer per et des aventures de Tizan ek Bolom Loulou. Véronique Nankoo veille au grain en colportant le conte d’écoles en bibliothèques et autres centres culturels, même parfois au-delà de nos frontières dans l’île sœur, en festival, pour Kozé Konté par exemple. Elle le fait aussi entrer à l’Université de Maurice pour le tout premier doctorat de la nouvelle option Performing arts. La conteuse, enseignante au St Mary’s depuis 19 ans, est inquiète certes, mais confiante, en constatant que malgré la disparition des traditions orales familiales, les histoires mauriciennes ont continué de s’écrire et de se perpétuer à travers le théâtre engagé d’Henry Favory, Dev Virahsawmy ou Gaston Valayden, des activités d’Abaim sur différents fronts de l’expressivité populaire, ou encore grâce à des artistes aussi merveilleux que Fanfan, Mélanie Pérès ou Daniella Bastien. « On est passé du conte à un spectacle vivant plus conscient », estime-t-elle dans ses hypothèses de recherche. Ce projet explore notre plus ancienne tradition oratoire née dans les camps d’esclavés et les veillées, celle qui a permis aux grands résistants des populations déportées, nos Créoles renaissants, de se ressourcer, de communiquer entre eux et de mettre des mots sur leurs existence et condition… 

Redéployer l’héritage familial

Cette thèse ouvre une fenêtre sur un pan inexploré et tu de l’expression mauricienne. Quand elles existent encore, les veillées mortuaires se déroulent souvent dans les locaux des pompes funèbres, où l’absence d’intimité anéantit la prise de parole du conteur, qui autrefois narrait le vécu du défunt et apportait de la légèreté aux cœurs trop lourds. Dans les familles, la transmission intergénérationnelle a quasiment disparu, sauf à Rodrigues et ici, chez des Perrine mauriciens… Véronique hérite en effet d’un grand-père des plus captivants, qui a marqué les réunions de famille et soirées d’une verve fascinante. D’un ancêtre gardien de cimetière, restent aussi quelques histoires mâtinées de superstitions, sur les moult activités des morts… durant la nuit.
Il y a 20 ans, il suffisait d’inviter le ravanier Fanfan pour amuser la galerie, petits et grands s’esclaffant des histoires de singes, crocodiles et autres lièvres, pastichant l’ignominie du pouvoir colonial. Ces histoires voyageuses, fruits d’un métissage insondable de l’Afrique et des îles, étaient déjà en perdition quand Charles Baissac en a retranscrit, en 1888, dans Le Folk-lore de l’île Maurice. En conteuse assumée, Véronique Nankoo les perpétue avec son mari et quelques autres musiciens. Ils en écrivent même de nouvelles !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,998FansJ'aime
468SuiveursSuivre
420SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES