Il est toujours délicat, pour un constructeur automobile haut de gamme, d’élargir sa clientèle. Le risque, pour parvenir à proposer un véhicule au prix de vente attractif, est de dégrader l’image de toute la marque… Mercedes, avec cette nouvelle et superbe version de la Classe A, semble avoir résolu ce problème épineux, car dans la Classe A, tout Mercedes est déjà là!

On se souvient de la réputation en demi-teinte des premières Classe A. Une coupe un peu pataude, une suspension trop raide, un intérieur jugé en deçà des standards de la marque…Heureusement, retouche après retouche, la Classe A avait su gommer ses erreurs de jeunesse. Mais dans cette nouvelle mouture, elle passe du statut d’«entrée de gamme» à celui de cheval de Troie!

Et avec la version A200 AMG, que CFAO Motors a mise à notre disposition pour cet essai, nous avons affaire à une authentique berline compacte, moderne et sportive.

Les 2 superbes sorties d’échappement rappellent la vocation sportive de la gamme Amg

Dès le premier coup d’œil, ses lignes originales, à la fois agressives et souples, retiennent l’attention. La découpe anguleuse du long capot moteur, que vient couronner une calandre «diamant» spectaculaire, où trône le sigle à trois branches de la marque, captive le regard. Une appartenance au clan encore soulignée par une jupe lui donnant une garde au sol plutôt réduite, et percée d’ouïes généreuses. Les phares, de dernière génération et directionnels, sont intégrés dans un ensemble optique très effilé… Aucune hésitation: tous les codes de l’identité Mercedes sont bien là! Les jantes noires, très « racing », aux ailettes superbement profilées, sont particulièrement réussies…

Une fois passé le parebrise, dont l’inclinaison, sans être extrême, reste assez prononcée pour conserver l’impression de sportivité, les lignes s’arrondissent, jusqu’à devenir de belles courbes langoureuses sur l’arrière. Très harmonieuse, cette courbure est, c’est vrai, plus répandue. Mais même sous cet angle, la confusion est peu probable: le logo de la marque s’affiche fièrement au centre du haillon. Et les superbes sorties d’échappement trahissent les gênes AMG de la bête.

S’imposer sur le marché des sportives compactes

Mais justement, est-elle si bestiale? Quand on lit, dans la fiche technique du constructeur, que notre modèle est mû par un modeste 1332cc à quatre cylindres en ligne… on est saisi par une angoisse sourde. Bien sûr, on se rassure en pensant que ce (très) petit moulin est suralimenté par un turbocompresseur et déve-
loppe 163 chevaux, pour un couple de 250NM… Il suffira de quelques kilomètres, pour chasser cette ombre. Sans même avoir enclenché le mode de conduite le plus sportif, on est agréablement surpris par la réactivité, le dynamisme… et le son rauque de ce petit bloc. Du coup, on imagine, avec gourmandise, les performances du plus gros moteur de la gamme, qui affiche 1,6l (mais toujours assisté d’un turbo).

Trés intuitive, la centrale de communication occupe une place centale

Quant au confort de l’habitacle, il est, lui aussi, conforme à la réputation de la marque. On a particulièrement apprécié le long écran de communication et sa gestion très simple ! Grâce au nouveau système LINGUATRONIC, la nouvelle Classe A vous obéit parfaitement. Mieux encore: elle comprend votre instructions sans même avoir besoin de les apprendre. Et elle vous parle. Lire des SMS, les dicter et les envoyer ? Pas de problème ! Elle vérifie pour vous la météo sur le lieu de votre destination, change de station de radio ou vous guide jusquʼà chez vous en vous faisant emprunter lʼitinéraire le plus rapide. Il vous suffit de prononcer deux mots : « Hey Mercedes ». La nouvelle Classe A est déjà tout ouïe. En résumé, la Classe A a, aujourd’hui, de quoi pleinement remplir le rôle qui lui avait été assigné à sa sortie, il y a presque vingt ans: attirer chez Mercedes une clientèle plus jeune et au budget un peu contraint. Mais avec la version A200 AMG, elle peut faire bien davantage. Il est, en effet, fort probable qu’elle vienne rapidement s’imposer sur le marché des sportives compactes, jusque-là dominé par… d’autres allemandes.

La gamme des Classe A

Si notre modèle d’essai, la A200 AMG, est vendu RS 2,4 millions, la gamme A offre un choix plus large, avec l’A 180 – qui affiche 122 chevaux – et l’A160. Le premier prix s’établit à Rs 1,5 million.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

A7 Hatchback, élégante et…magnifiquement brutale

C’est une automobile d’exception que le groupe Allied