Peu usuel que cette partie de l’île soit le théâtre d’un évènement de cette envergure. Pour cette première, la manifestation a été un véritable succès! Le public était bien au rendez-vous, ignorant pourtant ce qui l’attendait au menu de la soirée. Qualité de ce qui était donné à voir et entendre en a été le maître mot.

A l’heure de la mise sous presse, le bilan de la fréquentation n’était pas encore connu, mais le nombre de voitures garées sur les bas côtés de la route, à Coteau Raffin, illustrait bien l’affluence causée par Nou le Morne. Pour rappel, cet évènement festif a été organisé autour du 23 août, journée internationale de la traite négrière et de son abolition. Quel autre symbole que celui du Morne pouvait mieux illustrer cette date anniversaire, sur la base de la valorisation de ce territoire empreint d’histoire et des talents des personnes qui y habitent…

Cette soirée évènement a été l’occasion de le rappeler et d’inviter le public à le partager. Sur le site, une exposition photos, organisée comme une haie d’honneur menant jusqu’à la place centrale des réjouissance, pointait l’impérieuse nécessité de préserver l’environnement, dans sa globalité, à commencer par le plus proche de nous, c’est à dire la belle région du Morne. Coin artistique avec le concours de Wallart pour présenter les travaux de 12 artistes, dont Evan Sohun, auteur de l’identité visuelle de Nou le Morne, coin artisanal proposant des objets souvenir aux couleurs de l’évènement et de nombreuses échoppes pour boire et s’alimenter ont permis aux visiteurs de patienter jusqu’à la partie spectacle.

“Requiem pour la Terre”

Et quel spectacle!

Après la production d’un orchestre composé d’enfants du coin jouant sur des instruments recyclés, une adorable mise en scène d’un chemin, non pas aux flambeaux, mais à la lampe solaire devant le public, la scène a accueilli le clou de la soirée: une troupe de danseuses et danseurs évoluant sur une histoire évoquant esclavage et liberté, sur une chorégraphie mêlant sonorités, gestuelles traditionnelles et contemporaines, d’une qualité exceptionnelle!! Les vivas récoltés à l’issue de leur prestation ont été à la hauteur de ce qu’ils ont donné en beauté! La danse a ensuite laissé la place à la parenthèse musicale, assurée par, entre autres, Eric Triton, Menwar, Langaz Ravann, Patyantann… Il y flottait ce soir là comme un air de magie, du sans doute à la pleine lune en formation au dessus de la montagne du Morne… A préciser que les recettes des entrées sont reversées à l’ONG ADM – Action Développement le Morne.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Double focus sur le prochain Kaz’Out

Pour sa cinquième édition, le festival Kaz’Out confirme