Photos: IPG

Le Nouvel An est la période la plus festive et « explosive » pour tous les Mauriciens. Partout à travers le pays, résonne une ambiance bruyante et joyeuse durant le mois de décembre. Comme tous les ans, ce dont l’on se souvient le pus, ce sont les nombreuses pétarades et les feux d’artifices.  

Tout comme pour Noël, une semaine auparavant, le réveillon de la Saint-Sylvestre est une continuation des festivités d’été. Les soldes continuent et les commerces opèrent jusqu’à minuit le soir du réveillon. De nombreuses familles en profitent pour aller camper sur la plage ou dans un appartement en bord de mer. D’autres, moins chanceux, finissent la rénovation et le nettoyage de leurs maisons afin d’accueillir la nouvelle année. Tout cela, sans oublier de préparer la grande rentrée des classes, qui se fait en début janvier ici, en comparasion à septembre en Europe.

Hormis cela, s’il y a une chose que les Mauriciens ne manquent pour rien c’est faire éclater des pétards. En vente partout, les pétards et feux d’artifices sont la signature du passage au Nouvel An. En effet, chaque année les Mauriciens dépensent des sommes astronomiques sur ces derniers. Comment expliquer cet engouement ?

« Pour moi, les pétards et feux d’artifices sont synonymes de joie et de festivités. A Maurice, généralement  la saison la plus active commence à partir de Divali jusqu’aux fêtes de fin d’année. Toutefois, nous constatons que les feux d’artifices sont intégrés dans toutes les occasions. C’est un phénomène de mode et de société », avance Alain Fok Chak, Marketing Manager de Wing Tai Cheong. L’enseigne est une référence dans le commerce d’objets de décorations et, surtout, de feux d’artifices à l’île Maurice. L’enseigne propose des feux d’artifices pour tous les budgets, allant de 25 à 15 000 roupies.

En effet, auparavant les Mauriciens faisaient éclater des pétards pour des occasions spécifiques, notamment pour Diwali, les fêtes de fin d’année et chez la communauté sino-mauricienne, pour le Nouvel An Chinois et pour les enterrements. Aujourd’hui, nous pouvons voir des feux d’artifices, mais surtout entendre des pétards, pour les mariages ou pour fêter la victoire d’une équipe de foot !

Nouvel An à Maurice : Jamais sans les feux d’artifices

Pour moi, les pétards et feux d’artifices sont synonymes de joie et de festivités. A Maurice, généralement  la saison la plus active commence à partir de Divali jusqu’aux fêtes de fin d’année. Toutefois, nous constatons que les feux d’artifices sont intégrés dans toutes les occasions. C’est un phénomène de mode et de société…

Tradition et accessibilité

Toujours est-il que le record est atteint pour le réveillon du Nouvel An. « Nous avons pour habitude de dire, la communauté chinoise, que faire exploser des pétards le 31 décembre permet de chasser tous les problèmes de l’année qui vient de s’écouler. Ainsi, on peut accueillir la nouvelle année dans une atmosphère positive », indique Alain Fok Chak. Selon lui, les Mauriciens sont nombreux à penser  de la même façon.

Aussi, faire éclater des pétards est une question de tradition. Pour le Mauricien typique, le réveillon de nouvel s’organise de la manière suivante : on va camper sur la plage ou dans un appartement en bord de mer. On s’occupe du menu, surtout du barbecue. On n’oublie pas de prendre un gros stock de boissons (majoritairement alcoolisé) et surtout, on achète des pétards et feu d’artifices. Pour notre interlocuteur, le Mauricien dédie « au moins un quart de son budget » réservé aux festivités de fin d’année pour  l’achat des pétards et feux d’artifices.  Ce qui est quand même conséquent.

Un autre facteur qui a accentué ce phénomène est l’accessibilité aux feux  d’artifices. « Auparavant, seuls les hôtels avaient  les moyens de se payer des feux d’artifices. Les particuliers se contentaient d’acheter des pétards et quelques fusées. De nos jours, ils ont beaucoup plus de choix. » Effectivement, si la pyrotechnique était réservée aux professionnels et personnes fortunées, l’avènement des « Pyro Packs » ou coffrets de feux d’artifices automatiques a démocratisé l’accès aux  spectacles de feux d’artifices.

Ces coffrets composés de différents tableaux et bouquets, sont très faciles à mettre en œuvre. Ils offrent ainsi l’avantage de créer un véritable spectacle avec un seul point d’allumage, garantissant ainsi une sécurité maximale. Le tarif des Pyro Packs peut grimper  jusqu’à 50 000 roupies, dépendant du nombre de tableaux, la puissance et la durée du spectacle. Toutefois, il existe des options pour toutes les bourses. « Nous avons des coffrets qui commencent à partir de 1 700 roupies pour des spectacles de deux à trois minutes. En plus, vous pouvez en prendre  plusieurs pour faire durer le spectacle », indique Alain Fok Chak.

Pour conclure, il est de plus en plus fréquent pour la population locale de ramener leurs desserts et bouteilles  de champagne sur les plages le 31 décembre, afin d’admirer les feux d’artifices des hôtels avoisinants. Aussi, les pétarades peuvent durer jusqu’à la mi-janvier, à l’île Maurice. Donc, ne soyez pas étonnés d’entendre des pétards ou de voir des tableaux de lumière dans le ciel.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Tuning et personnalisation: Etre unique à tout prix

L’imitation du voisin, du collègue ou de la