Le tournoi international de tennis de l’océan Indien, parrainé par la championne française Mary Pierce, revient pour sa deuxième édition. Rendez vous à Grand Baie La Croisette du 13 au 26 juin 2016.

Le Mary Pierce Indian Ocean Series, est la seule compétition de tennis du genre à Maurice. Homologué par l’International Tennis Federation (ITF), elle met en avant la nouvelle génération de joueuses de Maurice et des îles de l’océan Indien. Elle leur permet d’être sur la carte du tennis mondial, en entrant dans le circuit ITF Pro.

La compétition se passe en trois étapes distinctes. Chaque étape réunira trente-deux joueuses professionnelles, classées entre la 200ème et la 600ème place mondiale. La première étape se jouera au Tennis Club Moulin Joli à La Possession, la Réunion du 6 au 12 juin 2016. Maurice accueillera les deux autres tournois, au Riverland Sports Club à Grand Baie La Croisette, du 13 au 19 juin et du 20 au 26 juin 2016. Les qualifications pour chaque étape se font le weekend précédent le tournoi. Exemple : qualifications le 11 et 12 juin pour le tournoi du 13 au 19 juin. Chaque levée est dotée de 10 000 dollars américains (environ 350 000 roupies).

Pour rappel, lors de la première édition du Mary Pierce Indian Ocean Series, c’est la Tchèque Marie Bouzkova qui s’est distinguée en remportant la finale du simple dame face à a tête de série n°1, la Française Lou Brouleau, en deux sets 6-3, 6-4.

La joueuse mauricienne Emmanuelle Beer, quant à elle, y avait obtenu ses premiers points sur le circuit de la Women’s Tennis Association (WTA), suite à sa participation à trois étapes de la première édition de la compétition. Elle a ainsi fait son entrée dans la cour des grands et poursuit sa carrière professionnelle.

Cette année encore, nous ne serons pas surpris de découvrir de nouveaux talents lors des différents tournois. Les entrées sont gratuites.

Mary Pierce transmet sa passion pour le jeu

Parlez-nous de vous et de votre parcours à l’île Maurice

Tennis : Mary Pierce Indian Ocean Series à La CroisetteJ’avais entendu parler de l’île Maurice en 2003, lors d’un voyage aux Seychelles. Je m’étais dit que j’aimerais bien y aller un jour. En 2005, j’ai rencontré quelqu’un de l’église chrétienne qui habite à Maurice et il m’a invité à venir y passer des vacances. Ainsi, j’ai été très intéressée de découvrir l’île et les chrétiens d’ici. J’ai adoré ! Les Mauriciens sont très accueillants et c’est un beau pays.
Après quelques jours à découvrir le pays, je suis rentrée en France pour reprendre mes entraînements avec l’espoir de revenir sur l’île prochainement. En 2008, il y avait un programme d’école biblique à Maurice auquel je voulais participer. En revenant, j’ai pris ma décision d’habiter ici et je me suis installée depuis 8 ans déjà. Je voyage souvent, mais l’île Maurice c’est chez moi.
Au fil du temps, j’ai commencé à entraîner des jeunes Mauriciens. Je les ai emmené aux Etats Unis, suivant leur désir de devenir des joueurs professionnels. Emmanuelle de Beer, que j’entraîne, joue sur des tournois professionnels depuis l’année dernière.
A côté de tout ceci, je consacre du temps à l’église chrétienne. En ce qui concerne le tennis, depuis l’année dernière, je suis sur le comité directeur de l’International Tennis Federation (ITF). Je co-dirige la Commission des athlètes de l’ITF et je suis membre du Comité olympique ITF. Je suis également active sur le Professional Tennis Registry (PTR), qui a pour but d’éduquer, de certifier et d’aider les entraineurs et coach à travers le monde, afin de stimuler le jeu. Je suis sur le board du PTR pour faire en sorte qu’il y ait plus de coach femmes à travers le monde. Je commente également les événements à la télé et à la radio. Donc, je fais de nombreuses choses.

 

Le tournoi Mary Pierce Indian Ocean Series en est à sa deuxième édition. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ce tournoi?

Je cherchais des tournois professionnels dans la région auxquels Emmanuelle pouvait participer et j’ai vu qu’il n’y en avait ni à Maurice ni à La Réunion, sauf en Afrique du Sud. Ainsi, j’ai décidé de créer ce tournoi pour les filles de l’océan Indien. Emmanuelle a participé aux trois étapes de la première édition du Mary Pierce Indian Ocean Series. Cette participation lui a permis de récolter ses premiers points sur le circuit de la Women’s Tennis Association (WTA). Depuis, elle se perfectionne et monte en puissance. Il y a également d’autres jeunes mauriciennes, qui ont participé à la première édition et d’autres vont participer pour la première fois cette année. Je réalise que pour les sportifs mauriciens, ce n’est pas si facile que dans d’autres pays. Ainsi, j’aimerai faire en sorte que ce soit beaucoup plus accessible pour elles. Cela permet également de donner de la visibilité à nos joueuses sur la scène internationale et j’espère que cela va inspirer d’autres jeunes filles mauriciennes à se tourner vers le tennis et en faire leur carrière.

Un jour tout le travail payera et la récompense sera très belle. Surtout, il faut aimer le tennis.

 

Quelles sont les retombées de la première édition?

C’est très positif ! Toutes les joueuses m’ont dit que c’était leur tournoi ou un de leurs tournois préférés sur les circuits de 10 000 dollars. Elles ont adoré. Au niveau de l’ITF, ils étaient également très satisfaits, car le niveau que j’ai proposé était bien au dessus de ce qu’on s’attend sur des circuits de cette catégorie. Ils m’ont même demandé si j’organisais d’autres tournois sur l’année…
Je suis également très heureuse d’organiser ce tournoi et d’être en contact avec ces jeunes filles qui sont au tout début de leurs carrières. Ce sont toutes les raisons pour lesquelles, j’ai voulu organiser cette deuxième édition.

 

Quelle est votre appréciation du niveau des joueurs et joueuses mauriciens?

Tennis : Mary Pierce Indian Ocean Series à La Croisette

Il n’y a pas beaucoup de joueurs au niveau professionnel à Maurice . Je pense que l’île Maurice peut faire beaucoup mieux. Il y a des jeunes avec du talent, qui ne le savent peut être pas encore. J’espère que le tournoi Mary Pierce Indian Ocean Series va donner une visibilité au pays et créer une opportunité de travailler avec la Mauritius Tennis Federation et le ministère des Sports pour faire encore plus pour les jeunes sportifs mauriciens.
D’autre part, il ne faut pas négliger le fait que le tennis n’est pas une discipline facile. Il faut investir, acheter les équipements, avoir quelqu’un avec qui s’entraîner et l’accès à des courts de tennis. Là ou j’ai grandi, il y avait des courts de tennis municipaux

qui étaient facilement accessibles. Ce n’est pas forcément le cas ici. Une solution serait d’inclure cette discipline dans les écoles, mais il faut créer les infrastructures pour… c’est possible, mais il y a toute une stratégie à mettre en place. Pour l’instant, je me concentre sur l’organisation de cette compétition. Nous verrons ce que nous réserve l’avenir.

Quelles seront les nouveautés de cette deuxième édition?

Il y en aura certainement. La fermeture des inscriptions est prévue pour le 26 mai (NdlR : après la mise sous presse de cette édition de La gazette) pour la première étape et une semaine après pour la deuxième étape. L’an dernier nous avons eu des joueuses de 17 pays différents, ce qui est quand même impressionnant. Le niveau est très élevé. Je sais qu’il y a des filles de l’année dernière qui vont revenir.
Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura du bon niveau avec des filles qui sont là pour se battre et prendre des premiers points ou gagner de nouveaux points. On pourra s’attendre à voir évoluer des jeunes espoirs du tennis.

Quel est votre conseil ou message aux joueuses pour arriver à atteindre un haut niveau?

On dit qu’il n’y a pas de secrets, mais le voici : il y a beaucoup de travail, beaucoup de sacrifies à faire, des choix difficiles à prendre, de la résilience, de la volonté, de la persévérance… C’est plein de petites choses (rires).
Quand on veut être joueur professionnel, tout ce qu’on fait est important. Ça ne se résume pas à trois ou quatre d’heures d’entrainement par jour. Il faut se donner 24 heures sur 24. Chaque jour, chaque instant compte pour devenir meilleur. Il faut croire en soi, ne pas baisser les bras et se dire que c’est un jeu. Il ne faut pas oublier de s’amuser.
Un jour tout le travail payera et la récompense sera très belle. Surtout, il faut aimer le tennis. Il faut être passionné.

www.marypierceseries.com

Tennis : Mary Pierce Indian Ocean Series à La Croisette
Rosie Van Hoek, Marie Bouzkova, Mary Pierce, Madrie Le Roux et Llze Hattingh.

 

La Croisette et Riverland accueillent la compétition pour la deuxième année consécutive

La Croisette et Riverland, en partenariat avec Ace Tennis, reçoivent la seconde édition du Mary Pierce Indian Ocean Series. « La Croisette invite le public et les joueuses à profiter de toutes les facilités du centre commercial, avec nos nombreux restaurants, points d’accueil et de divertissement. L’accès aux matchs est gratuit et nous invitions tout le monde à venir apprécier cet événement. En tant que sponsor, nous mettons également tous les outils de communication du mall à la disposition de la compétition, entre autres, l’écran géant et l’IPoint », déclare Franck Badoux, Directeur Général de Grand Baie La Croisette. Pour sa part, Riverland GBLC met à disposition les infrastructures nécessaires au bon déroulement des deux tournois. « En accueillant cet événement, nous avons à cœur de contribuer au développement du sport et du tennis à Maurice, que nous avons engagé il y a maintenant 8 ans. Les membres du club de Riverland GBLC ont été séduits l’an dernier par le niveau de ces jeunes joueuses. Pour les 1 000 jeunes joueurs de l’école de tennis et de l’académie qui s’entrainent chaque semaine dans nos cinq clubs, c’est l’occasion de regarder et vivre des matchs de tennis professionnels comme à Roland Garros », indique Fabrice Péroux, directeur de Ace Tennis. Florian Manson, manager d’Ace Tennis observe que « le rayonnement s’est propagé à l’international, puisque nous accueillons maintenant, au sein de notre académie, des joueurs venus de l’étranger pour des stages personnalisés de haut niveau. Nous avons signé, il y a quelques jours avec une jeune malgache en tennis-étude pour 2016-2017». L’équipe de Riverland GBLC constituée de coachs tennis et physique s’étoffe l’an prochain face à la demande. « Un coach de renommée internationale ayant entrainé dans les 10 premiers mondiaux nous rejoint en septembre… » Ainsi, l’aventure Ace Tennis à Maurice continue de manière exponentielle pour le plaisir de tous les sportifs.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

LES PROMESSES DU FESTIVAL LA ISLA 2068

Repoussée, confinement oblige, la troisième édition du festival