Si la musique adoucit les mœurs, le massage a ce pouvoir de créer un moment de partage privilégié entre celui qui donne et celui qui reçoit. Une opportunité de complicité d’autant plus forte lorsqu’elle se produit entre un parent et son enfant. Sonia Gazagne, formée à l’AFMB* initie les jeunes parents à cette pratique porteuse de bienfaits infinis. 

Disons-le même si la formule est un peu facile, Sonia Gazagne a le physique de l’emploi. Porteur de valeurs telles que don, partage, empathie, le massage envisagé et proposé comme tel va comme un gant à cette jeune femme à la blondeur lumineuse et dont l’éclat du regard révèle une douceur certaine. La lecture de son parcours professionnel ne laisse pas de place au doute: elle se soucie bel et bien de l’autre et de son bien-être. Formée à la psychologie clinicienne, détentrice d’un Brevet d’Etat éducatrice jeunes enfants, elle a exercé en crèche hospitalière où elle s’est aussitôt investie dans le soutien à la parentalité. C’est en devenant maman que son intérêt pour le massage des jeunes enfants s’est manifesté. La jeune femme intègre alors l’AFMB, l’émanation française de l’américaine IAIM – International Association of Infant Massage -. «Même s’il est naturel pour des parents de caresser et de toucher avec douceur leur bébé, il l’est moins lorsqu’il s’agit de le masser régulièrement» introduit Sonia Gazagne.

Les frères et les soeurs aussi

Mais pour quelles raisons masser bébé, peut être réceptionné comme une interrogation légitime. Le massage régulier, outre stimuler les systèmes digestif, circulatoire, respiratoire, immunitaire et nerveux, soulage aussi de nombreux maux – gaz, coliques, poussées dentaires, tensions musculaires… Il apporte une relaxation profonde en permettant au cerveau de secréter l’hormone du plaisir qui par effet balance, fait chuter celle produite par le stress, et crée enfin et surtout une interaction avec les parents qui renforce le lien d’attachement.

Toute la famille retire les bénéfices de cette approche car « nous avons suffisamment de recul pour affirmer qu’un enfant massé régulièrement est plus calme, plus empathique car il aura tendance à se soucier d’autrui», poursuit Sonia Gazagne.

Techniques de massage indien et suédois, principes de réflexologie et de yoga, ainsi que des mouvements doux croisés latéraux forment le protocole de massage des bébés établi par l’IAIM et observé par ceux et celles formés par l’association. Les enfants peuvent être massés dès la naissance, quotidiennement, une fois par semaine, l’essentiel est que le parent ait envie de consacrer du temps à son enfant et, très important, que ce dernier lui ait donné son autorisation. Un papa cherchant à légitimer sa place auprès d’un nouveau-né, un grand frère ou une grande sœur ayant plus ou moins mal vécu l’arrivée d’un(e) autre peuvent à travers le massage de bébé faciliter et pacifier le relationnel. Car si cela va de soi pour les parents, les membres de la fratrie peuvent aussi masser les bébés. Pour la pratique, Sonia Gazagne se sert et recommande une huile alimentaire de colza ou de tournesol – au caractère olfactif neutre – en procédant par de légères pressions sur les jambes et les bras, la poitrine, le ventre, le dos et le visage de bébé, associées à des mouvements doux croisés latéraux. Si les bienfaits physiologiques du massage ne peuvent être niés, son but ultime vise à le placer comme pont entre parents et enfants pour favoriser l’échange et renforcer l’attachement reconnaît-elle.   

L’art de transformer une expérience de vie

L’International Association of Infant Massage est née de la volonté d’une femme Vimala Mc Clure qui s’est émerveillée de l’immense pouvoir du massage dans la construction affective de la relation filiale. Il lui aura fallu passer par tout un cheminement et une série d’expériences avant de donner naissance à son association. Cette native américaine s’est d’abord aperçue en travaillant bénévolement dans un orphelinat indien du bienfait des massages quotidiens opérés sur les bébés, que leur donnaient des jeunes filles. Elle-même se fera masser nuit et jour pour faire tomber la fièvre causée par une mauvaise malaria, dans ce même orphelinat, pour qu’elle s’empare alors de cette pratique ancestrale à des fins personnelles. Rentrée aux Etats-Unis, elle s’est mise à masser son enfant pour le soulager des coliques et se fait remarquer de ses amis qui sollicitent ses connaissances. Vimala Mc Clure devient progressivement une figure incontournable dans l’art de masser les bébés. Une notoriété qui atteint son apogée en 1977 avec son livre Infant massage, handbook for saving parents traduit en français sous le titre, Le massage des bébés, bien-être et harmonie dans la relation parents-enfants. L’IAIM qui a une envergure internationale forme avec son émanation française, la AFMB, sur la base d’un même protocole.

* Association Française de Massage pour Bébé

Installée à Maurice tout récemment, la Française Sonia Gazagne, elle-même maman, partage généreusement son savoir de façon bénévole sur la base d’un cycle de 5 séances – 1 fois par semaine – d’1h30 environ la séance, par groupe pouvant contenir jusqu’à 5 familles.

Tél: 57526772 ou sonia.gazagne@gmail.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

SIDA: où en est-on à Maurice?

Le 20 mai se tient le Aids candelight