En quelques années seulement, ce sport « nature et découverte » connaît un engouement grandissant à Maurice comme à Rodrigues, avec au moins une grande course mensuelle inscrite à la ligue nationale. Passion pour la nature, plateforme écologique ou économique, outil marketing, le trail attire des passionnés de tous bords. Le sentier est balisé pour les années à venir, mais la destination reste encore loin au sommet.

Ils n’étaient pas loin de 3 500 à participer aux courses principales de la Ligue de Trail de Maurice en 2014. Il faut également y ajouter le millier d’étrangers (hors ligue) et quelques 6 000 autres participants aux parcours « fun » des trails populaires de la ligue 2014. Cette année, les organisateurs s’attendant à avoir encore plus de participants, ont tout prévu pour les accueillir.

« Nous sommes très loin des débuts », avance Philippe La Hausse de la Louvière, un des pionniers de ce sport à l’île Maurice. En 2004, passionné par cette activité en pleine nature, il se lance dans l’organisation bénévole de trails avec le soutien d’un ami. Deux ans plus tard, les deux hommes font appel à l’expertise réunionnaise et créent le premier Royal Raid, avec 350 participants sur les deux parcours de 35 et 90 kilomètres (km). Nous sommes en avril 2006. « Nous sommes deux Mauriciens et deux Réunionnais à avoir participé à toutes les éditions du Royal Raid, qui en est à sa dixième édition cette année », confie le passionné.

C’est le début d’une grande aventure, qui se concrétise avec la création de l’association Rando Trail et Nature en 2010. « Nous avons regroupé les autres organisateurs au sein de l’association et avons créé la Ligue de Trail officielle. Nous avions commencé avec trois courses annuelles, avant de passer à six courses puis 12 courses, soit une course par mois. Bien sûr, il y a plusieurs autres courses qui sont organisées. Cependant, elles ne comptent pas pour la ligue. Il y a un engouement croissant pour le trail à Maurice. »

Pourquoi un tel engouement ?

Les raisons sont multiples. Il faut savoir que le trail fait de plus en plus d’adeptes à travers le monde. Ils seraient au nombre de huit millions rien qu’en Europe et environ six millions aux Etats-Unis. Ces chiffres évoluent de jour en jour. Par conséquent, la vente de matériel et équipement spécialisés pour le trail connaît un réel succès à Maurice. Par exemple, Raidlight – équipementier sportif français dans l’univers du trail, la course à pied et la randonnée légère – exporte ses produits jusqu’à chez nous et sponsorise l’UTRB pour la deuxième année consécutive.

Donc, le trail serait également un outil de branding ? « Oui, effectivement. Si le théâtre était à la mode, les entreprises auraient sponsorisé les pièces de théâtre », avance Philippe la Hausse de Lalouvière. En effet, plusieurs entreprises se sont associées au trail depuis ces cinq à dix dernières années et donnent accès à leurs terres pour des courses. Le Moka Trail, organisé par ENL Property, sert, entre autres à continuer le développement de la marque « Moka, le cœur de l’île ».

Si le théâtre était à la mode, les entreprises auraient sponsorisé les pièces de théâtre

Trail à Maurice

Philippe la Hausse de Lalouvière

’autre part, les grands groupes hôteliers mauriciens voient le trail comme une plateforme de communication suite au succès grandissant de cette discipline auprès des touristes. Ainsi, le Ferney Trail met en avant la marque Ferney et le groupe CIEL. Tandis que Beachcomber Hotels s’associe à L’UTRB et le groupe Veranda Leisure & Hospitality (VLH) apporte son soutien au Dodo Trail. Ces événements sont des outils de marketing pour ces hôtels, proposant des tarifs préférentiels aux participants aux trails et à leurs accompagnateurs. Des partenariats existent également avec la compagnie aérienne Air Mauritius et la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), qui y voit une initiative pour le « tourisme vert ».

Cet engouement ne vient pas uniquement de là. L’aspect nature, écologie et humain sont également des moteurs très puissants. Le travail en équipe et l’esprit de franche camaraderie brisent toutes les barrières sociales, politiques ou religieuses. L’égalité homme/femme se fait encore plus sentir sur les sentiers. « Tout ceci fait que le trail devient tellement populaire. »

Toutes ces initiatives aident au développement de la discipline dans l’île. Les organisateurs se disent ravis de l’intérêt grandissant des étrangers pour les parcours mauriciens. Ainsi, le trail trace sa route, mais il reste un long chemin à faire pour se comparer à l’île de La Réunion. La géographie de l’île sœur, avec ses montagnes, ravines et forêts est facilement accessible au grand public. Philippe la Hausse de Lalouvière est conscient de l’énorme potentiel pour Maurice. Pour cela, les mentalités doivent évoluer et avoir plus d’accès aux terres, afin d’espérer se comparer, un jour, au Grand Raid réunionnais dont environ la moitié des 5 000 participants sont des étrangers. Selon lui, l’île Rodrigues, de par sa géographie et ses terres accessibles, serait idéale pour le développement du trail. A bon entendeur…

De la course à pied au trail

L’homme court depuis toujours. Que ce soit pour relayer des informations, pour se lancer des défis, comme activité lors de fêtes ou tout simplement pour faire du sport. La course à pied existe depuis des siècles déjà. Cependant, elle n’est populaire qu’auprès des athlètes et autres amateurs de sports d’endurance.

Ce n’est que dans les années 1960 que la course à pied, sous le nom de jogging, va connaître un boom planétaire. Cela, suite à une prise de conscience des bénéfices d’une activité physique régulière sur la santé. Le jogging se pratique jusque là en groupe – des athlètes se retrouvent pour le conditionnement physique et pour socialiser – ou en individuel, comme un complément à l’entraînement quotidien. Les amateurs de fitness s’y mettent également et cette pratique perdure à ce jour. S’ensuit, l’organisation de marathons dans les grandes villes toujours aussi populaires, notamment le marathon de Paris et le Marathon de New York.

Depuis les années 1990, la course hors piste et hors stade, soit en pleine nature devient de plus en plus répandu. Le principe d’un corps sain dans un environnement sain prend de l’ampleur et on pratique le jogging dans les montagnes, les bois et le long de la plage.

En 1995, la Fédération britannique d’athlétisme qualifie de trail running : « toute course sur des sentiers pédestres ou des chemins ouverts au public, mais interdits aux véhicules motorisés ». L’American Trail Running Association (ATRA) voit le jour une année plus tard et la démocratisation du trail se fera les années suivantes, avec la création de parcours à distances alternatives lors des grandes épreuves courant des années 2 000. L’engouement grandissant pour les sports de pleine nature fait du trail un succès planétaire immédiat.

 

Les grands trails à travers le monde

Les grands trail à travers le monde

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Environnement: le golf est-il “durable”?

Cela a longtemps constitué une critique majeure formulée