Ce projet de recyclage a vu le jour il y a sept ans à l’initiative du groupe Rogers. À l’époque, ce projet communautaire visant à créer de l’emploi et à valoriser l’environnement, tout en permettant aux hôtels de Bel Ombre de se débarrasser de leurs déchets en verre, est aujourd’hui géré par la coopérative Plankton Recycling. 

Le chiffre peut paraître totalement astronomique : 1 tonne de verre est récupérée chaque jour pour être broyée et recyclée. Essentiellement issues des hôtels du sud et de l’ouest de l’île, les bouteilles sont, aussi, volontiers déposées directement sur le site de Plankton Recycling, à Bel Ombre, par des particuliers. Président de la petite structure dès la première année où elle a adopté le statut de coopérative en 2014, Cédric Descombes qui en est aussi le directeur général explique que son challenge consistait à rendre Plankton Recycling bénéficiaire. « Il fallait, d’un côté, optimiser l’organisation et la gestion de la coopérative et, de l’autre, trouver des débouchés pour nos produits en créant des besoins ».

Aménagement d’un coin jardin avec des pots

Créer une allée, embellir un coin de jardin

Outre la poudre de verre utilisée pour polir sous pression, un mur, une surface quelconque, le matériau transformé se présente sous forme de cinq granulométries différentes, les trois diamètres les plus fins se destinant au filtrage des eaux de piscine et les deux plus grossiers étant utilisés à des fins décoratives. On peut en faire des allées monochromes, le verre étant broyé par couleur (le turquoise du gin Bombay Sapphire, le vert de la bière Heineken… etc), créer un coin déco extérieur en parsemant les graviers à même la terre, « sachant que l’on peut marcher pieds nus sur le gravier de verre qui n’est absolument pas blessant», recouvrir une ligne de Leds placée à l’horizontale dans le jardin pour un effet visuel des plus réussis, ou en disposer dans les bacs à fleurs pour décourager les escargots. Le verre broyé peut aussi faire l’objet d’inclusions dans la résine des plateaux de cuisine et entrer dans la composition des sols pour un petit effet lumineux des plus esthétiques. Commercialisé par sac de 15 kg (entre Rs 350 et Rs 400) dans les magasins Espace Maison, dans sa forme filtrant d’eaux de piscine et dans sa version déco, le gravier de verre peut, aussi, être directement commandé auprès de la coopérative dans la couleur désirée.

Cédric Descombes, président et directeur général de Plankton Recycling

Des visites à visée pédagogique

Dans la veine de son objet premier visant la préservation de l’environnement, la coopérative accueille régulièrement des classes. « Car certains professeurs intéressés par l’aspect pédagogique de notre activité invitent leurs élèves à visiter la coopérative. Pour Rs 175, nous leur faisons remplir une petite bouteille de graviers à ramener chez eux en guise de souvenir. Il n’est pas rare, par la suite, que les parents prenant connaissance de notre activité, nous contactent pour passer une commande», sourit le président de Plankton Recycling. Preuve est faite que la sociologie, étudiée par ce dernier, mène à tout, dont la création d’une série de débouchés pour le verre recyclé.

La journée de la biodiversité fixée au 27 février

A l’approche du Congrès mondial de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en juin de cette année à Marseille, en France, et de la COP 15 pour la biodiversité, en octobre à Beijing, l’Agence Française pour le Développement de Maurice organise pour la première fois une journée biodiversité. Films et échanges seront organisés autour de trois tables rondes tenues sur les sujets suivants : quelles sont les stratégies adaptées, quels sont les financements mis en place et comment mieux coordonner et pérenniser les actions en faveur de la protection, de la conservation et de la restauration de la biodiversité ?

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Une journée pour la biodiversité

Le 27 février dernier, l’hôtel Labourdonnais, au Caudan,