A l’Intercontinental de Balaclava du 5 au 7 juillet, près de 200 participants se sont réunis pour délibérer des politiques à adopter et s’entendre sur un plan commun visant à lutter contre la piraterie.

Issus de vingt pays, organisations internationales et régionales (Union africaine, Union européenne, agences de l’ONU…), ainsi que d’associations d’opérateurs maritimes et d’ONG, les débats ont porté sur le rétablissement, la sécurité et la sûreté maritime dans l’océan Indien occidental. Car après une longue période d’accalmie, des actes de pirateries ont été recensés au large des côtes somaliennes ces derniers mois. Co-organisée par la Commission de l’océan Indien, la réunion plénière du CGPCS, qui réunit l’ensemble des parties prenantes nationales, régionales et internationales présentes ou ayant des intérêts dans la région a été l’occasion de revenir sur la résurgence de ces actes et de définir des plans d’actions, notamment en Somalie, pour sécuriser durablement cet espace maritime d’importance. On estime en effet que 30% du commerce maritime marchand international traverse l’océan Indien occidental. Des consultations ont été conduites au sein de réunions des différents groupes de travail.

 * Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

IBL lance la carte Wiiw

Pour récompenser ses clients les plus fidèles, le