Cyril Bouthors est un père atypique. Depuis huit ans, ce Lyonnais, autodidacte et passionné par les technologies, élève seul ses deux fils, Antony et Artur. Le rythme de vie de ce papa solo et de ses enfants a connu une réadaptation totale, suite au décès de son épouse. 

Une situation hors norme qui a demandé une vraie organisation. « Tout y passait : le budget, le véhicule, le logement, les horaires, le repos, les sorties, le travail, les lieux dans lesquels ils pouvaient aller, les fréquentations, », raconte Cyril Bouthors qui a posé ses valises à l’île Maurice en compagnie de ses fils.

Heureusement, Anthony et Artur se sont s’adaptés à l’environnement dans lequel ils devaient évoluer. « Ils s’adaptent très facilement la plupart du temps, bien plus que les adultes, car ils partent de zéro: ils n’ont pas d’habitudes », poursuit notre interlocuteur, qui est le fondateur et CEO de son entreprise depuis 13 années.

Une compréhension totale entre eux

Ce papa partage absolument tout avec ses fils. « Nous partageons bien évidemment notre foyer de vie. J’ai presque tendance à dire que j’habite chez eux, tellement tout est orienté autour d’eux, mais aussi de leur amis et toutes les activités. » Entre eux, il existe non seulement une complicité joyeuse, mais surtout une compréhension totale.

Malgré le décès de son épouse, le lien qui l’unissait déjà avec ses enfants est resté intact. « Le plus difficile est de réussir à tenir l’équilibre entre ma vie de papa, ma vie de chef d’entreprise et ma vie personnelle. Ce n’est pas toujours facile. J’ai mis ma vie professionnelle en danger par le passé et  au niveau personnel j’avais pris 30 kg. Maintenant, j’y arrive mieux,  parce qu’ils ont 6 et 8 ans. Et, j’ai donc  8 ans d’expérience.  »

Faire face aux clichés misogynes

Selon Cyril, le regard de la société à ce sujet est encore pesant. Même si les défis quotidiens sont parfois nombreux, le plus difficile reste par dessus tout « la pression sociale à laquelle je dois faire face en tant que père célibataire et notamment faire face aux clichés misogynes: ‘mais qui fait à manger, les courses et le ménage ?’ ».

Avec son expérience de papa solo, il a su développer une expertise concernant la gestion du temps, « pour que chaque chose prenne le moins de temps possible et passer ainsi le plus de temps à être avec les gens qui comptent pour moi et faire les choses importantes ». Même s’il avoue que les premières années étaient très dures, il a retrouvé, aujourd’hui, un meilleur épanouissement.

Cyril Bouthors, papa monoparental : "Être papa, que du bonheur!"

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le visage du voyage en 2019

Les miilléniaux, appelés génération Y ou internet, nés