Fondé en 2007 par Darmen Appadoo, SOS Papa est une association qui milite en faveur des droits des pères divorcés et séparés pour que, comme les mamans, ils aient un droit égal sur la garde de leur enfant.  

SOS Papa regroupe une centaine de papas divorcés qui ont besoin d’aide pour les nombreuses démarches judiciaires. « Notre objectif est de sensibiliser l’opinion publique et de faire entendre la voix de ces papas. Les papas divorcés vivent, parfois, une situation difficile : ils ont du mal à voir grandir leurs enfants et se sentent parfois lésés dans leur droit parental », souligne son président. Darmen Appadoo estime que la difficulté d’obtenir la garde d’un enfant quand on est papa est très courante. Les problèmes liés au droit de visite et à la pension alimentaire surviennent fréquemment.

Selon lui, la Protection against Domestic Violence Act est à revoir. « La loi est censé protéger femme et homme également, mais elle est discriminatoire à l’égard des hommes. » Il estime que les femmes utiliseraient parfois les dispositions de la loi pour empêcher les pères de voir leurs enfants. « Le gouvernement devrait insister sur l’égalité des chances entre hommes et femmes. Il ne devrait pas y avoir deux poids, deux mesures. Nous avons le sentiment que la femme a un droit supérieur à l’homme. Un père divorcé mérite d’avoir la même place que la maman dans la vie de ses enfants. »

Et quid de la violence domestique à l’égard des hommes ? Le problème existe bel et bien, mais c’est souvent une réalité sous-estimée. « Ces hommes victimes sont, majoritairement, rongés par la honte et préfèrent garder le silence », soutient Darmen. Pour le président de SOS Papa, tout le problème réside dans le manque de sensibilisation. « Il est bien plus facile pour une femme d’obtenir une protection order qu’un homme ! » Un sujet tabou, car « la société colporte encore des valeurs profondément ancrées sur la force de l’homme, son autorité et virilité », explique le psychologue Laurent Baucheron de Boissoudy. Même si cette tendance s’est beaucoup atténuée, «l’idée qu’ils soient battus ou dominés par leurs femmes reste choquante ».

En chiffres

SOS Papa : Pour la défense des droits des pères

Selon les dernies chiffres de Statistics Mauritius, en 2015, sur 1 626 cas de violence conjugale signalés au ministère de l’Egalité des genres, du développement de l’enfant et du bien-être de la famille, près de 11 % étaient contre les hommes. Au cours des cinq dernières années, la violence domestique contre les hommes et les femmes a diminué légèrement. Les cas signalés par des hommes se rapportent principalement à l’agression physique par conjoint ou partenaire (17%), l’agression physique par d’autres personnes vivant sous le même toit (17%) et l’agression verbale par conjoint ou partenaire (12%).

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Escapades en famille à travers l’île

A Balaclava, dans le Nord, le Maritim Resort