Qui dit représentations, dit répétitions et formation des musiciens et des chanteurs. Bien que le partage avec les professionnels étrangers, chefs d’orchestre, solistes, etc…, invités ici dans le cadre des opéras soit bénéfique au progrès des artistes mauriciens, il s’agit de mettre en oeuvre les actions nécessaires pour donner les moyens aux talents locaux de s’exprimer à leur tour. 

Depuis 2007, Opera Mauritus Academy (qui n’opérait pas encore sous ce nom) a mis en place des actions de formation continue, dans le domaine du chant, pour préparer l’opérette Le Pays du Sourire, reconduites en 2009 avec Les Pêcheurs de Perles et ainsi de suite pour la préparation de chaque spectacle. Puis, depuis fin 2015, la soprano Véronique Zuël assure un programme de formation pour les jeunes solistes qui ont un potentiel, admis après audition. De même que Katrin Caine, soprano allemande basée à Maurice, fait un travail important pour la préparation des chœurs, qui entrent dans la composition de chaque opéra. Le Conservatoire François Mitterrand de Quatre Bornes, placé sous la tutelle du ministère des Arts, de la Culture et du Patrimoine, outre ses actions de promotion musicale et de conservation de patrimoine musical a, pour vocation première, de former les jeunes à la musique. Sa directrice, Claudie Ricaud, aux commandes de la structure depuis 1993, fait état d’un constat : de plus en plus de jeunes s’inscrivent dans les filières classique, jazz et chant, les trois départements les plus demandés.

Accueillis dès 6 ans, les enfants sont pendant les deux premières années soumis à de l’initiation musicale (incluant le chant) et passent ensuite à l’apprentissage d’un instrument sur la base de 3 cycles d’apprentissage ( 3 ans pour le premier et 4 ans pour les deux derniers).  Ces « apprentis » musiciens donnent, eux aussi, pendant leur formation, des concerts, en général une quinzaine dans l’année, soit à l’auditorium du Conservatoire, dans les églises quand il s’agit de musique sacrée, ou sur les scènes dédiées, telles que celles du Caudan Art Centre ou du J&J Auditorium de Phoenix. Donner des cours aux musiciens déjà en activité, dont le talent peut égaler leur méconnaissance du solfège fait aussi partie des missions du conservatoire. Ces professionnels ont ainsi la possibilité de faire valider, progressivement, leur niveau par un représentant du London School College qui vient auditionner élèves, professeurs et professionnels, chaque année. Car effectivement, la remise de certificats qui sanctionnent le passage d’un musicien à un niveau supérieur se fait par un examinateur venu de l’extérieur, personne à Maurice ne pouvant (pour l’instant) tenir ce rôle.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Des bijoux, des accessoires, de la marqueterie…

Parallèlement à une tradition joaillière bien ancrée dans