Légalisée en France au début des années 2000, la chiropractie qui prend ses sources aux Etats-Unis au milieu du XIXème sècle, est la seule profession santé standardisée au niveau mondial. Au nombre de neuf praticiens dans l’île, ce nombre est amené à progresser compte tenu de la sédentarisation des Mauriciens, source de bien de maux. 

Rattrapée par la modernité et ses pendants négatif, Maurice se bouge de moins en moins! Et la sédentarité est le facteur de troubles le plus important de l’appareil locomoteur selon le Dr Cyril Fischhoff DC, chiropracteur et président de l’Ordre des professions paramédicales. Entendre par le terme locomoteur, l’ensemble des muscles, tendons, nerfs et articulations qui permettent à l’être humain de bouger. “De ce fait, les problèmes de dos et de sciatiques, cas les plus classiques rencontrés par les chiropracteurs, ainsi que les problèmes de tendon ou d’articulations périphériques se multiplient. Car si trop bouger peut atteindre le tendon par surcharge, ne pas bouger du tout peut conduire au même résultat, ce qu’ignore la majorité des gens”, appuie t-il. On peut se poser la question de la pertinence d’un rendez-vous avec un chiropracteur, dont les attributions couvrent tant le diagnostic, le traitement et la prévention des troubles de l’appareil locomoteur. “Après les études générales de 6 ans , il existe de nombreuses spécialités de 2 à 3 ans” poursuit-il. Si la sienne porte sur l’échographie de l’appareil locomoteur,  deux de ses consoeurs se sont spécialisées dans la chiropractie pédiatrique et prennent en charge des troubles tels que la scoliose, le torticolis congénital, ou encore la plagiocéphalie – traitement du crâne plat du bébé. La chiropractie s’applique aussi dans des domaines aussi peu attendus que la médecine légale – en cas de conflit sur la cause du décès -, la neurologie fonctionnelle – travail sur la plasticité neuronale en recréant des connexions interrompues après un accident vasculaire cérébral – ou encore la chiropractie vétérinaire, en vogue aux Etats-Unis. Très conservatrice par son approche bio-mécanique, la profession qui est auto-prescriptrice fait peu de recours aux traitements médicamenteux. “Nos prescriptions concernent surtout la “réhabilitation” qui passe par des exercices, nous utilisons toutes sortes d’approches non-chirurgicales dont des techniques de manipulations. Dans certains cas nous pouvons avoir recours à une combinaison d’approches disciplinaires. Par exemple, dans certains cas spécifiques de sciatique d’origine discale, à Wellkin nous avons un protocole qui consiste à combiner une infiltration à un type particulier de manipulation ”. La profession regroupée en association nationale, la Mauritian chiropractic association*, a voilà 10 ans été à la base d’une demande auprès de l’autorité de tutelle mauricienne: celle de l’enregistrement et de la régulation des 18 professions de santé répertoriées dans l’île. Ce travail majeur est en cours depuis le promulgation du AHPC (Allied Health Professionnal Council) ACT de 2017.  * http://chiromauritius.org

La table de flexion-distraction discale, l’outil de traitement incontournabe de Cyril Fischhoff

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Les nombreux bienfaits de la méditation

Rien que le mot peut faire peur et