La Villebague fait partie de ces maisons coloniales qui ont conservé le charme et l’authenticité de l’époque, malgré le passage de nombreux propriétaires au fil des siècles. Au cours d’une visite historique, nous plongerons à l’époque de Mahé de Labourdonnais et des débuts de l’industrie sucrière de l’île.

En pénétrant dans le domaine, nous voilà transportés il y a plus de 270 ans en arrière. Une allée bordée de palmiers royaux nous guide jusqu’à un beau jardin à la française, au milieu duquel trône un grand cerf en bronze massif. Nous arrivons ensuite sous une imposante varangue à colonnades, dont le sol, en pierres de basalte, est typique de ces maisons coloniales. Cette bâtisse de deux étages témoigne de l’art de vivre et des conditions climatiques de l’époque. “Elle est entièrement construite en bois, et chacune de ses ouvertures permettent une bonne ventilation des pièces« , explique Sandrine M. d’Unienville, qui sera notre guide tout au long de cette visite. Au rez-de-chaussée, mobilier et objets d’art font écho à un art de vivre prestigieux, comme l’escalier en bois d’origine, le parquet ciré, ou encore des vases en porcelaine de Chine ainsi qu’une belle collection de verres en cristal disposés sur un mobilier d’époque. Dans la salle de séjour, des tableaux attirent notre regard : il s’agit d’œuvres du célèbre peintre franco-mauricien Gaëtan de Rosnay, qui vécut dans la maison de Villebague avant et après la seconde guerre mondiale.

A l’étage, on retrouve des chambres en enfilade, sans vestibule, ce qui permet une bonne circulation de l’air, indispensable pour garder la fraîcheur en saison chaude. Les salles de bains avec leur lavabo en marbre respirent le bien-être d’autrefois.

Sous les combles, une charpente d’époque en bois abrite un auditorium qui a été aménagé dans le but de proposer une salle de séminaires pour les entreprises.

A l’extérieur, Sandrine nous fait remarquer la couleur de certaines boiseries, dont les volets, peints en bleu-gris. Cette couleur, appelée le bleu Wedgwood, en dehors de son atout esthétique, est utilisée pour protéger le bois des termites. Elle est obtenue en mélangeant du permanganate et de la chaux.

Balade pittoresque dans les jardins du gouverneur

Aujourd’hui, c’est le groupe Terra qui est propriétaire du domaine. Des travaux de rénovation ont été faits afin d’entretenir et de conserver ce patrimoine culturel et historique de l’île. Dans ce lieu chargé d’histoire, des évènements privés sont organisés : mariages, réceptions, déjeuners ou dîners, séminaires… Il est vrai que le domaine se prête à merveille à toutes sortes d’occasions, que ce soit en intérieur, ou en extérieur, à l’ombre des palmiers, au cœur d’un joli écrin de verdure.

Le jardin justement, parlons-en, car il vaut le détour. Un manguier centenaire veille sur la demeure et une multitude d’espèces endémiques dont le bois bœuf, l’ébénier, le bois de ronde, le café marron ou encore le bois à makak. On retrouve aussi une grande variété d’arbres fruitiers : letchi, avocatier, pamplemoussier, bananier…

L’Aventure du Sucre propose d’ailleurs depuis peu aux visiteurs une balade pittoresque dans les pas de l’ancien gouverneur Mahé de Labourdonnais. Au programme, accueil sous la varangue avec thé à la mauricienne et mignardises, puis visite guidée de la maison et balade dans le jardin.

A l’issue de cette matinée, les visiteurs auront même l’occasion de planter un arbre endémique pour laisser une trace dans ce jardin chargé d’histoire.

Un peu d’histoire

En 1743, La Bourdonnais établit la première sucrerie à Pamplemousses avec son cousin Athanase Ribretière, qui portait le titre de Sieur de la Villebague, et Jacques Latour. Le terrain s’étend jusqu’aux montagnes de la Nicolière ; c’est le domaine de La Villebague, berceau de la culture de la canne et de la fabrication de sucre à Maurice.

Le saviez-vous ?

En 1973, Arnaud de Rosnay, le fils de Gaëtan de Rosnay, invite ses amis parisiens jetsetters à Maurice pour promouvoir le tourisme vers l’île ; parmi les convives, Brigitte Bardot, qui pose à l’époque devant la maison pour la couverture du magazine Jours de France.

Infos & Réservations : +230 243 7900  |  marketing@aventuredusucre.com  |  www.aventuredusucre.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Cap sur Bel Ombre

Un ciel bleu infini, un soleil resplendissant, une