Le début de la saison culturelle 2019 aura été marquée, sur notre île, par la concrétisation d’un projet qui pouvait sembler déraisonnable: une exposition Picasso à Maurice! Or, non seulement l’exposition a bien eu lieu, mais elle a remporté un réel succès, avec plus de 15 000 entrées!

Cet ambitieux projet trouverait son origine dans la rencontre de deux passionnés d’art, aux parcours inverses… Emmanuel Richon, né en France, mais établi à Maurice, est le très actif conservateur du Blue Penny Museum, au Caudan. Steve Sowamy a quitté Maurice alors qu’il était encore enfant, et gère une galerie d’art à Paris. « C’est ensemble, se souvient Emmanuel Richon, que nous avons conçu ce projet. Ce que je n’avais pas complètement réalisé, sur le moment, c’est que Steve est l’un des plus importants galeristes de Paris… » Cependant, et malgré l’enthousiasme des deux compères, l’entreprise n’était pas évidente. « Les procédures mises en place dans les grands musées français sont si lourdes, déplore Emmanuel Richon, que nous n’avions que peu de chances de nous voir prêter des oeuvres des collections publiques. » Les formalités d’assurance risquaient également de poser problème. « Localement, reconnaît le conservateur du Blue Penny Museum, la Swan et City Brokers ont réalisé un montage efficace. Mais c’est l’implication de la Lloyd’s, comme réassureur, qui a été déterminant. » La réputation de cette compagnie d’assurances a effectivement permis de crédibiliser ce projet d’exposition auprès des collectionneurs, galeristes et conservateurs, qui ont alors accepté de prêter les oeuvres en leur possession. « Cela représentait tout de même une assurance pour une valeur de deux cents millions de roupies… »

Rendre justice à Ambroise Vollard

Au final, c’est prêt d’une centaine d’oeuvres du maître espagnol qui ont pu être exposées au Caudan. Des toiles, bien sûr, mais aussi de nombreux dessins, des poteries et des sculptures, montrant l’étendue et la diversité du talent de Pablo Picasso. « Je tenais, explique Emmanuel Richon, à rendre justice à Ambroise Vollard. Et je suis fier que l’on ai pu exposer plusieurs séries de portraits que Picasso a réalisées de ce natif de l’océan Indien.” Né à La Réunion, Ambroise Vollard a effectivement été un incroyable découvreur de talents et l’organisateur de la toute première exposition des toiles de Picasso, en 1901! Pour rester dans l’Océan Indien, le musée Léon Dierx, de Saint-Denis de La Réunion, a prêté trois de ses oeuvres au Blue Penny Museum.

Et puisque le musée du Caudan est surtout connu pour abriter le Blue Penny, le timbre-poste le plus rare, l’exposition présentait aussi des planches de timbres consacrés à Picasso.

« Je me suis rendu compte, déclare le conservateur, que Picasso est la personnalité la plus représentée sur les timbres. De nombreux pays ont édité des timbres ou des séries de timbres qui lui étaient consacrés. A titre personnel, explique Emmanuel Richon, la première leçon que je tire de tout cela, c’est que c’est possible! On a tellement entendu d’avis contraires, de gens qui nous disaient que ce n’était pas possible… Or, non seulement Maurice a accueilli sa première exposition Picasso, mais en douze ans d’existence du musée, c’est l’évènement qui a attiré le plus de visiteurs, avec plus de quinze mille entrées! Et puisque c’est possible, je peux déjà annoncer que nous travaillons à la préparation d’une autre exposition, consacrée à Magritte! »

Au bonheur des collectionneurs

La première exposition consacrée à Picasso et jamais organisée à Maurice n’a pas séduit que les badauds… Sans en révéler l’identité, le conservateur du Blue Penny Museum a reconnu qu’au moins cinq oeuvres avaient été vendues. Quelques heureux collectionneurs privés ou institutionnels ont ainsi permis que celles-ci restent à Maurice.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

«Joyeuses Pâques» dès le 15 mai au Théâtre du Caudan

Après le jeu basé sur le burlesque visuel