« Gourmandises d’Anne », c’est l’histoire d’une femme et de son amour pour la pâtisserie : Anne Leclezio. Cela fait plus de 25 ans que cette passionnée de sucreries propose des pâtisseries fines aux Mauriciens. Aujourd’hui, ses créations sont connues dans toute l’île et elle les fait découvrir aux australiens, dans une nouvelle boutique récemment lancée à Perth, en Australie. 

Anne Leclezio a réussi ! Elle a pu faire de son amour pour le sucré son métier. Cependant, Anne n’était pas forcément destinée à cette carrière. Dans les années 80, elle se prépare pour intégrer une école d’art en France, lorsqu’elle se découvre une passion pour les sucreries. Ainsi, elle décide de se tourner vers la pâtisserie et intègre l’école Jean FERRANDI. Pendant une année, Anne s’initie à la pâtisserie fine auprès des grands maîtres.
En 1986 elle rentre au pays avec toutes ses connaissances et une envie de partager son amour pour le sucré.
« J’ai commencé en travaillant de bouche-à-oreille. Je prenais des commandes que je préparais dans la petite cuisine indépendante dans la cour familiale, où nous sommes actuellement. J’avais une seule employée pour m’aider et ce n’était pas simple. »

Une grande aventure

Gourmandises d'Anne à Maurice : la pâtisserie pour passion
©Gourmandises d’Anne

La rencontre avec son mari, Philippe, en 1987, va tout changer. Ce dernier, ingénieur mécanique, voulait se tourner vers la restauration. Anne lui fait découvrir son univers et il devient passionné. Ainsi, c’est le début d’une grande aventure. Le couple se perfectionne à travers des stages réguliers à l’école professionnelle de Gaston Lenôtre en France.
« Nous avons continué le travail de bouche-à-oreille. Mon mari faisait les viennoiseries. Sans chambre de pousse, il se mettait au travail à 2h30 pour que les croissants soient prêts à 6h du matin. C’était dur, mais les clients étaient très satisfaits et ce sont eux qui nous ont poussé à créer un point de vente ».  En 1992, le couple installe sa première roulotte de pâtisserie à la Happy World House dans la capitale. Les pâtisseries fines d’Anne sont tellement bien accueillies que les gens faisaient la queue sur le trottoir pour acheter ses produits.
S’ensuit une croissance sans pareil. Avec cette notoriété, la société recrute d’autres pâtissiers et étend son offre.
« La petite roulotte en bois était très jolie, mais c’était également un challenge car ce n’était pas réfrigéré. Toutefois, ça marchait tellement bien que nous avons investi dans une vitrine et l’avons installée au rez-de-chaussée du bâtiment. » Peu après, un espace se libère et le couple ouvre leur première pâtisserie au Happy World House à Port-Louis.
Gourmandises d’Anne s’installe également au Caudan Waterfront où les pâtisseries se vendent comme des petits pains. Ensuite, le couple Leclezio reprend la gestion du restaurant La Flore Mauricienne. En parallèle, la société poursuit son expansion et recrute des pâtissiers et du personnel qu’ils forment. « Avant toute chose, il faut être passionné par la pâtisserie. C’est la première question que je pose à tout nouvel employé. Sinon, ça ne vaut pas la peine. Nous accueillons deux stagiaires de l’école hôtelière de Maurice tous les ans. L’important c’est d’aimer ce qu’on fait. »
Ainsi, ils réussissent à développer leur concept et ouvrent un café-pâtisserie à Medine Mews, Port-Louis. Depuis, l’équipe ne cesse de grandir. Aujourd’hui, la société compte cinq boutiques dans l’île et emploie une cinquantaine d’employés.

La qualité avant tout

«Aujourd’hui, nous avons beaucoup plus de concurrents qu’à nos débuts. Pas mal d’étrangers sont venus ouvrir des pâtisseries à Maurice. Toute cette concurrence nous pousse à rester vigilants et à toujours garder une très bonne qualité, mais malheuresement on ne peut pas tout voir. Nous faisons attention à choisir les meilleurs produits pour la confection de nos pâtisseries. Toujours le choisir le meilleur chocolat, la bonne farine, le bon beurre, des produits frais »
La créativité est également un facteur clé. Anne se remémore la période où les gens venaient découvrir des pâtisseries qu’ils n’avaient jamais mangées auparavant, devant leur petite roulotte à Port-Louis. Ainsi, chaque recette est élaborée par le couple Leclezio.  « Mon mari et moi mettons les recettes au point, que ce soit des petits fours, ou des desserts, etc. Je prends une recette, je la goûte, j’innove… j’aime bien y ajouter ma petite touche ». Elle concède également que les choses sont plus faciles de nos jours. « Avant, si le fournisseur était en rupture de stock vous ne pouvez plus rien faire. Aujourd’hui, nous avons une grande palette de produits disponibles, que ce soit des produits locaux ou importés. »

La relève

Récemment, Alexis Leclezio, le fils ainé du couple a lancé son café-pâtisserie à Perth. Il y récréé les recettes des Gourmandises d’Anne, sous l’enseigne « Frères ». « Nos enfants se sont intéressés très tardivement à notre métier. Mon mari voulait toujours exporter nos produits et cela semblait très difficile. C’est très motivant de voir que nous exportons notre savoir-faire en Australie. C’est tout nouveau et les retours sont déjà très positifs. Nous utilisons les mêmes bases et les mêmes recettes. Je fais le va et vient et c’est très passionant. »

Pour plus d’informations, rendez-vous sur leur page Facebook : Gourmandises d’Anne

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le Caudan Waterfront se prépare pour les fêtes !

Pour marquer la fin de l’année 2019, le