Les Français ne le savent pas, mais les Mauriciens se souviennent de la file d’attente occasionnée par l’ouverture du premier supermarché de l’île, le Prisunic de Curepipe – désormais Monoprix – en 1975. Un événement historique qui marque les débuts de la grande distribution dans l’île.

L’enseigne sera en situation de monopole avant de se voir rejointe d’abord par l’hypermarché Continent à Phoenix en 1994 – devenu Jumbo – et plus tard par Super U avec son premier magasin de Grand Baie en 2000 pour répondre aux changements d’habitude des Mauriciens et des touristes. Porté par la société Udis Ltée, Super U avec un second magasin lancé en 2012 à Belle Rose dans le centre de l’île et un troisième en 2015, dans l’Est à Flacq est l’aboutissement d’un siècle d’histoire, commencée en 1911 avec l’arrivée, de la province chinoise du Guangdong, d’Antoine Tsia Lip Khen, fondateur du célèbre Grand Bay Store.

Que de chemin parcouru jusqu’au « Grand Bay Coeur de Ville », le centre commercial qui abrite le Super U, symbole d’un pari pris sur l’avenir pour le groupe dirigé par Pascal Tsin Sa Ah-Vi, petit fils d’Antoine Tsia Lip Khen.

« Alors que nous cherchions une centrale d’achat avec laquelle collaborer, Super U cherchait justement à se développer à l’international. Le Super U de Grand Baie a été le premier à se situer hors du territoire français ».

Preuve de l’intérêt des enseignes françaises pour Maurice, Intermart lancé en septembre 2011 porte depuis le 21 juin le nom de Partenaire Intermarché, revendiquant ainsi pleinement son partenariat stratégique avec Intermarché, le géant de la grande distribution en France.

 

A Maurice voir aussi la possibilité d’acheter en ligne sur un supermarché sur internet

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Nos 10 coups de coeur shopping

1 – Le marché de Flacq : on