20.7 C
Île Maurice
samedi, mars 2, 2024

Le cheval médecin, selon Stéphanie

« Je monte tous les jours. Je ne suis jamais malade, parce que je suis heureuse quand je suis à cheval », raconte Stéphanie Jauffret, la copropriétaire et cofondatrice de Cavalia. Elle présente ici les vertus de l’équitation, pour le management, l’épanouissement des enfants et les soins des troubles physiques ou mentaux. 

« Les premières qualités du cheval sont la gentillesse et la patience. Un cheval ne sait pas mentir, il ne juge pas son cavalier et lui donne toujours une seconde chance… La raison majeure pour laquelle nous sommes attirés par eux réside dans notre besoin de nature. Avec la vie moderne, on oublie trop souvent de sentir l’air que l’on respire dans ses poumons… Le cheval vit dans le présent et nous aide à le réinvestir : monter, c’est être vivant ici et maintenant. Le cheval nous soigne de la frénésie humaine et de tout mal-être que l’on se fabrique au quotidien. »

Si le cheval n’a pas d’intelligence analytique comme les humains, il a en revanche une intelligence émotionnelle bien plus développée… Ses réactions répondent aux agissements et à l’état d’esprit de son partenaire humain. Comme d’autres animaux, il sent par exemple les montées d’adrénaline du cavalier anxieux ou trop excité… « Quand on est avec un cheval, il finit par nous réconcilier avec nous-même en nous renvoyant à ce que nous sommes et à ce que nous faisons avec lui. Nous proposons des séances d’équi-management pour les formations au leadership. Le cheval va par exemple montrer au « petit chef » qu’il a une mauvaise attitude ou que ça ne sert à rien de cravacher sans arrêt. Dans ces séances où les participants ne montent pas forcément, le cheval est un vecteur qui présente un miroir à la personne qui est à ses côtés. Celle-ci apprend pas à pas les sept étapes qui permettront ou non d’établir une relation de confiance avec lui. Après un exposé théorique, on passe au manège, où je traduis et explique les réactions de l’animal, je décrypte son langage, son comportement physique. »

La magie de cette relation homme-cheval réside aussi dans le fait que face à ce bel animal si imposant et majestueux, le petit bipède va finir par porter un autre regard sur lui-même… Il n’est pas obligé d’aimer les chevaux dans cette formation, mais il va apprendre des règles de comportement qui l’aideront dans la vie sociale. « Un cheval sait tout de suite si vous êtes calme ou en colère au moment où vous arrivez. Il vous lit. La relation qu’on arrive à établir avec lui aide à se reconnecter à soi-même, mieux encore : à nous connecter au meilleur de nous-même ! »
L’équitation est un relaxant extraordinaire pour le corps. Pratiqué correctement, elle résout bien des problèmes de dos, grâce aux mouvements hélicoïdaux du bassin et des lombaires, au pas, qui assouplissent les articulations. L’équitation renforce les abdominaux, y compris profonds, ainsi que les muscles dorsaux. Globalement, la maîtrise du corps à cheval renforce l’équilibre physique. On ne guide pas le cheval seulement avec les rênes et la cravache, car on communique avec lui avec l’ensemble du corps : le poids du corps, chaque jambe, chaque main, la voix… La communication avec l’animal exige aussi une part de lâcher-prise et suppose que l’on accepte de lui donner sa confiance.

« Le cheval est un éducateur formidable ! Lorsqu’on confie un poney ou un cheval à un enfant, on lui donne une responsabilité. Il passe la première demi-heure à l’écurie, à prendre soin de lui. Selon son niveau d’apprentissage, il le brosse, lui nettoie les sabots, le sangle, installe la selle… Les leçons de monte enseignent le respect des règles de base, la sécurité, la discipline, le respect des animaux, etc. Dans cette relation, on apprend à être juste et mesuré. Un enfant introverti, qui apprend à « prendre les rênes » avec son poney, va développer sa confiance et son estime de soi. J’ai souvent des parents qui me disent que leur enfant est plus épanoui, moins timide. Je vous laisse imaginer ce qui se passe à l’inverse pour le petit tyran qui donne des leçons à tout le monde et qui est trop content d’avoir une cravache… Le poney est un professeur extraordinaire et la relation qu’il instaure avec l’enfant est une aventure merveilleuse. »

On écouterait Stéphanie pendant des heures. Elle nous parle aussi des séances d’équithérapie qu’elle a développées avec Lisette Mohit, psychologue et cavalière. « L’équithérapie est une aide précieuse pour les gens qui souffrent d’un handicap physique. Quelqu’un qui se déplace en fauteuil roulant devient un centaure quand il est à cheval ! Il retrouve non pas deux mais quatre jambes. Pour les handicaps mentaux, il faut comprendre que le cheval accueille chacun tel qu’il est, à cœur ouvert. J’ai réalisé ça à mes débuts en France, le jour où j’ai écouté derrière la porte d’un box et entendu les premières paroles d’un enfant autiste, dont on ne connaissait pas encore la voix… Il s’était senti en confiance avec le poney et il lui a parlé à sa façon… »  

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,998FansJ'aime
468SuiveursSuivre
420SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES