À l’Union, là-bas dans les hauteurs à 3 km de Port Mathurin, non loin du Tombeau Maragon, au beau milieu de la nature verdoyante dans un cadre enchanteur, calme et paisible, se dresse une structure aux effigies humaines en spectacle de danse et de musique. C’est le monument du Sega Tambour évoquant l’identité et la fierté de Rodrigues et de son peuple. Amanoola Khayrattee

Accessible par un sentier accidenté, balisé de rochers, ce monument nous convie au voyage sur l’origine et le parcours du Sega Tambour. Comme pour rendre hommage aux ancêtres à la base de ce Sega, tout en mettant en valeur l’essence de la culture rodriguaise, sa tradition et sa musique.

L’histoire du Sega Tambour remonte au 18ème siècle ; et c’est à priori l’histoire des esclaves qui se réunissaient autour des chansons, des danses et des musiques rythmiques, une façon à eux d’exprimer leur résistance et leur défiance à la domination et à l’assujettissement. L’on dit aussi qu’il sert à résoudre les conflits et à resserrer les liens dans la communauté. Ainsi, il représente un divertissement incontournable dans le paysage rodriguais.

Le Sega Tambour est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis le 7 décembre 2017. Le monument illustre une performance de la pratique du Sega Tambour rodriguais. Les instruments principaux comprennent le tambour, instrument circulaire à base de peau de chèvre, le triangle fait de barre de fer, et la boite et la mailloche. Le chanteur, appelé le mareshal, compose des paroles sur le champ. Ensuite il y a les trambouryés, ceux qui frappent le tambour énergiquement pour le faire résonner alors qu’un couple danse nu-pieds avec des costumes et chapeaux traditionnels. Les autres reprennent les refrains en chœurs en tapant dans les mains.

Les connaissances, la fabrication et les savoir-faire liés à sa pratique sont légués de génération en génération par les ainés, des groupes et des écoles de formation aidant. C’est de cette façon que l’on perpétue cet art ancestral. La particularité de ce Sega c’est que les paroles sont l’expression de la vérité sur leur vécu, une manière de renouer avec leur passé, de raviver et de revaloriser leur culture.

Le tambour est réalisé à partir d’objets rudimentaires qui, tout en répondant au souci écologique, sont disponibles facilement. Ce qui cadre avec l’objectif de la préservation des traditions et du développement durable qu’est celui de l’Unesco selon la convention de 2003.

C’est donc un retour aux sources qui aide à garder le repère tout en promouvant le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Plus qu’un symbole, le Sega Tambour c’est l’âme même de Rodrigues.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Domaine de la Villebague: de l’usine sucrière aux soirées mondaines, un lieu chargé d’histoire

La Villebague fait partie de ces maisons coloniales