Pour cette rapide sélection de livres-cadeaux, à offir pour Noël, nous avons choisi les magnifiques imagiers pour enfants du peintre Henry Koombes (publiés chez Vizavi) et, pour les adultes, quatre titres aussi divers que précieux…  Un livre de photographies célébrant la nature exubérante de notre île, une “Histoire du train à l’île Maurice”, de circonstance, avec l’arrivée du métro léger; un recueil des plus beaux poèmes d’Edouard J. Maunick et un roman historique captivant, d’une auteure réunionnaise, Lisiane Bernadette Thomas.

Une femme du XVIIIème siècle

Ayant déjà publié six autres titres, Lisiane Bernadette Thomas signe, avec Jeanne il était une femme (Editions Livres sans frontières) un roman passionnant et dense. Deux personnages historiques y tiennent la vedette: le naturaliste Philibert Commerson et Jeanne Barret, que l’on peut considérer comme une pionnière de l’émancipation feminine au siècle des Lumières. Audacieuse, intelligente et sensuelle, Jeanne ne recule devant aucune aventure, dans l’océan Indien ou en Amérique du Sud. Sacrifiant tout à son oeuvre scientifique, Commerson trouve en elle une égale. Le dialogue continu de ces deux êtres d’exception, bien au-dessus du conformisme de leur époque, irrigue ce roman historique, accessible et prenant.

Voilà le train

Le livre de Breejan Burrun, Le train renaît de ses cendres au pays du dodo, sous-titré L’histoire du train à l’île Maurice (1864-2019), publié par les Editions de l’Océan Indien, tombe à point nommé. A quelques semaines de la mise en circulation du métro léger, il retrace un pan de l’histoire mauricienne porteuse d’une certaine nostalgie. Celle de ces convois ferroviaires dans lesquels les familles s’entassaient, le week-end, pour “descendre” sur le littoral, dans le panache de fumée d’une poussive locomotive à vapeur… Véritable étude historique et documentaire du chemin de fer mauricien, ce livre aborde tous les aspects, brossant le portrait de quelques personnalités emblématiques ou détaillant les différents accidents qui ont endeuillé l’histoire ferroviaire de l’île… avant de revenir, en détail, sur toutes les phases préalables au lancement du métro léger.

Une anthologie d’Edouard Maunick

Manière de dire non à la mort (Immedia) est une anthologie des plus puissants poèmes d’Edouard Maunick. Ce recueil des textes les plus célèbres du poète mauricien, démontre clairement que son oeuvre n’a pas perdu sa pertinence, son souffle… son urgence. Une excellente porte d’entrée dans une oeuvre riche, foisonnante, toujours au bord du précipice.

Naturel…et graphique

Nature, de Patrick Laverdant (Vizavi), est un livre de photographies dédié à la nature de notre île. Tiges ligneuses de ravenalas, en macro, furie des vagues un jour de tempête, cocos barbus… simples comme les objets qu’ils offrent à voir, les clichés de Patrick Laverdant semblent s’affranchir de toute mise en scène. Mais l’artiste nous initie, au fil des pages, à un étrange ordonnancement graphique de cette “Nature”, recomposée par son regard.

Cinq imagiers magnifiquement illustrés

Henry Koombes est un peintre reconnu, à Maurice comme à l’étranger. Mais il est aussi l’illustrateur des albums relatant les aventures de Tikoulou. Il vient de publier, chez Vizavi (éditeur de Tikoulou), cinq remarquables imagiers trilingues (français, anglais, créole). Les quatre premiers, en petit format, au cartonnage renforcé et à bouts ronds, sont particulièrement destinés aux élèves des classes maternelles (et à leurs enseignants). Ils traitent des couleurs, des sensations, de la localisation dans l’espace et des sentiments. Superbements illustrés, ils sont autant d’aides à l’expression et de tremplins vers la lecture. Le dernier, est plus spécialement destiné aux lecteurs des aventures de Tikoulou, qui y retrouveront une bonne partie des objets (et des créatures) croisés dans les albums.

H. Koombes et Vizavi éditent également les “Carnets de Maurice”, d’élégants petits carnets vierges, dont la couverture est ornée d’un dessin du peintre, évoquant notre île. Des compagnons d’expédition bien pratiques pour noter, sur le vif, les émotions ressenties lors d’une balade en pirogue, d’une marche dans les Gorges de Rivière Noire, etc..

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

« Le chant des lucioles » de Naziha Mestaoui

Il y a des créations qui forgent des