Il fallait s’y attendre, la Chine a réussi le pari de s’ancrer en tant que concurrent de poids dans l’univers de la téléphonie mobile. Maurice représente un marché particulièrement friand de technologie chinoise, le plan parfait pour Huawei notamment.

Pour soutenir sa croissance économique insolente, Maurice veut faire des télécommunications un pilier, grâce notamment à une infrastructure entièrement numérique. Pour illustrer cette ambition, le pays s’est transformé en pionnier de la grande région africaine : en 1989, il est le premier à lancer des réseaux de télécommunication mobiles, en 2004, à fournir un service 3G, en 2005, à développer un réseau national à large bande sans fil WiMAX, en 2006, il est également le premier à lancer des services IPTV. Aujourd’hui, les services LTE et la fibre optique sont disponibles au niveau national, en attendant la création d’un réseau national Wi-Fi, en cours de réflexion.

Avec trois opérateurs, Maurice Télécom (en partenariat avec le groupe Orange), Emtel (exploitée par le groupe Currimjee Jeewanjee et Bharti Enterprises) et Mahanagar (une filiale de MTNL), le marché mobile mauricien prévoit une pénétration de 143 % à la fin de 2018. Autant le dire, du pain béni pour les fabricants, dont le Chinois Huawei, qui connaît un succès indiscutable auprès des Mauriciens.

Huawei, le fabricant qui murmure à l’oreille des Mauriciens

Selon les chiffres, Huawei représente 12,66 % des téléphones mobiles achetés à Maurice en novembre 2018, plaçant le fabricant chinois parmi les trois premiers du marché. Cette position enviable résulte sans doute des nombreuses opérations mises en place par la firme, par exemple, à l’occasion du lancement d’un nouveau modèle à Maurice. Citons également le programme CSR (Corporate Social Responsibility) « Huawei seeds for the future », qui a permis en juin dernier à dix étudiants de l’UoM de s’envoler pour la Chine afin de recevoir une formation à la Beijing Language & Culture University, pour ensuite se rendre sur le campus de Huawei à Shenzhen, où ils ont pu parfaire leur compréhension du numérique. Dernièrement, Huawei a frappé fort en présentant Sophia, le robot humanoïde et, surtout illustration des ambitions du fabricant en matière d’intelligence artificielle.

Des petits prix et de la puissance: le duo gagnant

Les Mauriciens aiment la technologie, la nouvelle génération n’hésitant pas à dépenser des sommes rondelettes pour s’équiper. Devant un tel engouement, les fabricants chinois ont réussi le tour de force de proposer des appareils puissants et à petit prix, séduisant naturellement les consommateurs locaux. En leur donnant ce qu’ils souhaitent, mais surtout en interagissant avec ces derniers à travers des évènements, des programmes spécifiques, etc., les fabricants chinois s’installent doucement, mais solidement sur le marché mauricien. Qu’il s’agisse de Huawei, d’Honor, sa sous-marque, de Xiaomi – qui a fait, et réussi, le pari d’offrir un téléphone ressemblant à l’iPhone X, à un prix défiant toute concurrence -, de HTC ou encore de Lenovo, cette capacité extraordinaire à fournir des produits de qualité à des prix bien plus accessibles détourne tranquillement les consommateurs des concurrents étrangers. Les grandes marques occidentales ont-elles du souci à se faire ? Quelle que soit la réponse, les consommateurs ne peuvent qu’apprécier cette course à la technologie à petit prix!

Page réalisée : par ICT.io le magazine en ligne régional spécialiste des TIC – www.ict.io

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le top d’applications dédiées au monde du cheval

Avec près d’une dizaine de clubs d’équitation en