Classé 1874 au niveau mondial, le golfeur Ludovic Bax, est un des rares golfeurs mauriciens à évoluer dans la cour des grands. A 24 ans, Ludovic Bax est le premier golfeur mauricien professionnel à avoir participé à l’AfrAsia Bank Mauritius Open de 2016.

Depuis quand pratiquez-vous le golf ?

Ludovic Bax J’ai commencé à jouer au golf à l’âge de 9 ans avec mon père et mon frère. Un passe-temps qui s’est rapidement développé en passion. Après mon Baccalauréat, je suis parti étudier à la Professional Golfers Association (PGA), une académie de formation basée en Afrique du Sud. C’est à ce moment-là que j’ai commencé sérieusement à m’entraîner. C’était le début d’un entraînement acharné qui a porté ses fruits, puisqu’en 2016, je suis passé du statut amateur à professionnel.

En tant que joueur professionnel, quelles sont vos attentes pour 2017 ?

C’est une grande fierté et un réel tremplin pour moi de porter les couleurs de Maurice sur le plan international. Mon but est d’aller encore plus haut. Malheureusement, suite à une blessure en avril 2016, j’ai été contrait de rentrer à Maurice. J’espère que cette remise en forme m’aidera à revenir dans la compétition et être encore plus performant dans les grands tournois de cette année.

Votre regard sur le golf mauricien.

Le golf mauricien est en bonne évolution grâce aux initiatives de la fédération pour promouvoir ce sport à Maurice. Les tournois et les stages sont un excellent moyen pour permettre aux jeunes talents de s’améliorer et se faire remarquer.

Outre le climat favorable, les parcours de golf sont ouverts toute l’année et offre un accès direct à la mer. L’île a tous les atouts pour briller sur la carte golfique internationale.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Les Britanniques toujours devant les Français

N’en déplaise à certaines croyances, la nationalité qui