Le projet Metro Express a été officiellement lancé le vendredi 10 mars 2017, à l’ancienne gare de Caudan à Port-Louis, avec le dévoilement d’une plaque commémorative par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Le projet coûtera environ 17 milliards de roupies et les travaux préparatifs ont démarré le 13 mars dernier.

Dans son discours de lancement, Pravind Jugnauth a souligné que le Metro Express n’est pas seulement un autre investissement dans l’infrastructure, mais qu’il « change la donne » dans une perspective de développement plus large. selon lui, l’île Maurice atteignait de loin ses limites en matière d’adaptation aux nouveaux réseaux routiers. « On estime que la congestion routière coûte 4 milliards de roupies par an au pays et que ce coût annuel devrait, plus que doubler pour atteindre quelque 10 milliards de roupies d’ici 2030 », a-t-il déclaré. C’est la raison pour laquelle, le gouvernement a mis en place Metro Express Limited pour mettre en œuvre le projet. « Avec le Metro Express, nous sommes en train d’apporter une transformation visible dans la façon dont les gens vont se déplacer d’un endroit à l’autre et nous redéfinissons et modernisons considérablement notre système de transport public ».

Le projet Metro Express aura une ligne principale de 26 km de long, reliant Curepipe à Port-Louis et comprend 19 stations, dont quatre échangeurs.Chaque station sera un groupe d’activité économique. Pravind Jugnauth a ajouté que le projet Metro Express devrait générer une création nette d’emplois dans le secteur des transports lui-même et rejeter toute appréhension au sujet des pertes d’emplois chez les employés d’autobus. Ainsi il est estimé que, dans sa phase de construction, le projet Metro Express créera environ 7 000 emplois à temps plein et contribuera à hauteur de 13 milliards de roupies à la production nationale.

Le projet coûtera environ 17 milliards de roupies, dont 9,9 milliards de roupies proviendront de la subvention accordée par le gouvernement indien pour le projet Metro Express. Pour le reste, diverses options existent. L’une d’elles est l’utilisation d’une ligne de crédit de 500 millions USD que le gouvernement indien met à disposition de Maurice.

La somme pourrait également être levée sur le marché local. En conformité avec les clauses de l’accord de subvention avec l’Inde, suite à un exercice d’appel d’offres, le contrat de construction sera alloué à une firme indienne. Le Metro Express sera cependant géré par Metro Express Ltd, une compagnie privée incorporée par l’Etat.

En ce qui concerne le délai de livraison, deux options sont actuellement à l’étude. La première est que la totalité du projet soit livrée en 2021. La seconde verrait la livraison d’une première partie en 2019, ce qui permettrait au Metro Express d’entrer en opération sur un segment du tracé à cette date. Le reste des travaux s’achevant en 2021.

Dans le futur, il est également question d’étendre le réseau ferré vers d’autres régions de l’île, soit vers l’Ouest et le Nord. Affaire à suivre.

Metro Express :

  • Distance : 26 km de rails entre Curepipe et Port-Louis.
  • Stations : 19, dont 4 Échangeurs.
  • Vitesse : 80 km/h maximum.
  • Temps du trajet : 40 a 42 minutes.
  • Nombre de trains sur les rails : 30
  • Temps d’attente entre chaque départ : 3 minutes.
  • Dépôt et centre de contrôle : sur un terrain de 10 arpents a Richelieu.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le flamboyant, le symbole de Noël pour les Mauriciens

À l’île Maurice, quand les flamboyants commencent à