Le 28 juillet dernier, à Beau-Bassin, un petit groupe de passionnés de voitures radio-commandées s’affrontait pour l’avant-dernière manche du championnat national.

Il peut paraître étrange de parler de modélisme dans une rubrique consacrée aux sports… Pourtant, à regarder les pilotes du RC Models Lovers Club qui s’étaient réunis, sur un circuit provisoire, installé derrière l’école Philippe Rivaland, il était évident que l’on avait dépassé le stade du simple loisir. La douzaine de pilotes venus concourrir, dans les catégories 1/10ème (modèle réduit à 1/10ème du modèle original) et 1/8ème ne se faisaient pas de cadeaux et tentaient d’audacieuses manoeuvres de dépassement, à des vitesses inattendues!

Au cours des dernières années, les motorisations électriques (les seules autorisées ce jour-là, compte-tenu du volume sonore élevé des moteurs thermiques) ont progressé de façon spectaculaire, permettant aux petits bolides d’atteindre, sur la piste, des vitesses presque équivalentes à celles des modèles à pétrole.  Secrétaire du club, Jovani Appasamy, confirme le caractère exigeant de cette discipline. “Il faut pratiquer souvent pour piloter efficacement, mais on peut arriver rapidement à de très bons résultats. D’ailleurs, vous pouvez voir aujourd’hui deux de nos plus jeunes pilotes participer à la compétition.  En effet, à 10 ans, Vansh alignait sa voiture sur le départ d’une course reservée aux modèles 1/8ème, face à des pilotes bien plus âgés. Un peu plus tard, c’est Akheale qui, du haut de ses 11 ans, tentait de défendre sa troisième place au championnat…

Requérant une grande capacité de concentration et des réflexes très affûtés, le pilotage des ces voitures de course radiocommandées reste encore une discipline coûteuse. “Pour démarrer dans de bonnes conditions,  explique M. Appasamy, il faut investir 25 à Rs 35 000. Et même si nous avons, sur l’île un excellent revendeur de matériel, avec le magasin Vin RC Hobbies, certaines pieces doivent être commandées à l’étranger”. “Nous ne sommes pas assez nombreux pour créer une fédération nationale, regrette Mosheen Casseem, président du club, alors nous nous sommes affiliés à la fédération française. Cela nous permet d’organiser des compétitions avec les pilotes réunionnais, comme la Coupe de Maurice, dont la prochaine édition aura lieu en octobre.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Maurice au sommet de l’océan Indien aux JIOI

Puisque notre dernière édition était sous presse avant