La saison de pêche au gros, l’un des plus célèbre rendez-vous maritime de l’île Maurice,  vient de démarrer au large de nos côtes. Elle dure entre le mois d’octobre à avril de l’année suivante. Les passionnés de cette activité ‘sportive’ sont prêts pour faire, non seulement la plus belle prise, mais également la plus grosse. 

’île Maurice détient une faune marine incroyablement riche où l’on peut observer un grand nombre de poissons : des plus petits au plus gros, du plus commun au plus exotique et de formes les plus originales. La pêche dans nos eaux est devenue une véritable activité touristique et sportive, très appréciée et prolifique pour le pays. En famille ou entres amis, la pêche offre des moments de détente, ou encore des moments de visites culturelles dans nos eaux.
Avant le développement de l’île Maurice vers une économie basée sur la canne à sucre et le tourisme, notre petit coin de paradis trouvait la majorité de ses ressources alimentaires dans les richesses de la mer qui l’entoure. Tous les grands villages côtiers comme Grand-Baie, Mont-Choisy, Trou-aux-Biches ou Trou-d’Eau-Douce qui, maintenant abritent des hôtels et villas de luxe, étaient autrefois des petits villages de pêcheurs. Avec des conditions météorologiques généralement favorables tout au long de l’année, la pêche en haute mer est pratiquée par les habitants de l’île, comme partie intégrante de leur vie et de leur culture. Ces connaissances sont transmises de génération en génération par les familles de pêcheurs.

Pêche au gros à Maurice Pêche au gros à Maurice

Sport nautique

Au fil du temps, la pêche devient plus qu’un simple passe-temps ou gagne-pain. Elle s’est vite transformée en un sport d’endurance pour les amateurs, s’aventurant régulièrement dans les lagons turquoises de l’île à la recherche de la meilleure prise ou du nouveau record à battre. Que vous soyez pêcheurs expérimentés ou débutants, la possibilité de combattre le géant marlin bleu, le marlin noir, le requin mako, le thon et autres gros poissons d’exceptions est à la portée de tous.  « L’activité de pêche au gros a débuté peu avant les années 50 à Maurice. Seul un petit nombre de passionnés s’y prêtaient à l’époque. Toutefois,  vers la fin des années 50, l’activité prend de l’ampleur  grâce  à l’engouement des touristes », relate Jean Paul d’Unienville, directeur de Sportfisher à Grand-Baie. « À l’époque, Pierre Clostermann, qui a écrit beaucoup de livres sur la pêche dans le monde, est venu à Maurice et écrit un livre sur la pêche au gros à Maurice. Cela a aidé à lancer l’activité chez nous. Les étrangers ont commencé à venir pêcher dans nos eaux et dans les années 80 ce secteur a connu un grand essor. Maurice est devenu une destination renommée mondialement pour la pêche au gros, suite à des belles prises, dont plusieurs records du monde. »
Le vrai défi pour certains adeptes de la pêche au gros, est de battre les précédents records du monde. Des bateaux privatisés adaptés à la pêche au gros, pouvant atteindre jusqu’à 50 pieds, peuvent être loués pour l’occasion. La navigation est assurée par des professionnels de la navigation marine et des experts de la mer. Le poisson le plus convoité, demeure le marlin. « Le trophée pour un pêcheur passionné, c’est de prendre un poisson de 500 kilos ou plus. C’est la barre mythique. Il y a très peu de personnes qui ont la chance de sortir un poisson de cette taille au moins une fois dans leur vie. Ce n’est pas forcément le record du monde qui les intéresse, mais le trophée ultime du marlin de 500 kilos », indique le directeur de Sportfisher. Selon lui, un combat contre un poisson peut durer des heures et des heures. « Certains combats ont duré plus de 20 heures », affirme-t-il. Les pêcheurs chevronnés du monde entier rêvent d’avoir la chance d’attraper l’énorme marlin bleu de l’océan Indien. La poussée d’adrénaline et le lutte acharnée peuvent durer des heures avec, à la clef, un vainqueur ainsi qu’un vaincu.

Cet engouement a donné à la création de plusieurs compétitions de pêche au gros, organisées au large des côtes mauriciennes chaque année. Certaines sont réservées aux mauriciens et résidents, tandis que  d’autres compétitions sont ouvertes aux compétiteurs internationaux. La South Indian Ocean Billfish Competition (SIOBC) est la rencontre la plus attendue annuellement. Organisée par Le Morne Anglers Club à Rivière-Noire, cette compétition internationale attire des participants de plusieurs nationalités, notamment les Etats-Unis, l’Australie et l’Afrique-du-Sud, entre autres. La SIOBC a célébré sa 15ème édition en 2015. La prochaine édition est prévue en début de l’année prochaine et se teindra sur une semaine, soit du 14 au 20 février 2015. Les inscriptions sont ouvertes sur le site Internet de la compétition : http://www.siobc.com.

Pêche au gros à MauriceTechniques de pêche

La pêche au gros, comme son nom l’indique, est tout simplement la pêche de gros poissons.A bord d’un bateau, au large des mers de l’océan Indien, il existe différentes méthodes de pêche pour attraper sa proie.
– La grande traîne consiste à être assis sur un fauteuil pour combattre le marlin bleu ou noir et l’espadon.
– Le jigging ou la pêche à la dandinette est une méthode plus sportive, permettant de saisir d’énormes thons ou requins.
– La pêche à la bonite est une technique où l’appât est vivant, utilisée pour attirer des gros poissons (marlin ou requin)
– La pêche au vif désigne la méthode où l’appât est trainé à vitesse réduite.
– La technique de la palangrotte est une pêche de fond où la récolte est pleine de surprises.

pêche au gros à Maurice

Pêche au gros à Maurice

Règles

L’International Game Fish Association (IGFA) est la principale autorité sur les poursuites de pêche et le gardien des prises de pêche nommées dans les records du monde par catégories de poissons. Les pêcheurs sportifs prennent soin de suivre strictement les règles pour les exigences du fair-play et de la ligne, afin de recevoir l’honneur d’être répertorié dans leur publication annuelle « World Record des jeux de pêche ».
L’IGFA est aussi un ardent défenseur de la conservation de l’habitat aquatique et coopère avec les biologistes du monde entier. A Maurice, deux représentants de l’IFGA sont à disposition des pêcheurs pour l’enregistrement de leurs prises dans les records mondiaux.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Moka Rangers Sports Club à la recherche de jeunes talents du ballon rond

C’était une belle journée pour les jeunes passionnés