Il fait partie de ces artistes contemporains qui rayonne à l’île Maurice comme à l’étranger. Riche d’une solide culture artistique, l’architecte mauricien, Salim Currimjee contribue au dynamisme de la scène artistique mauricienne, grâce à la fondation ICAIO qui met en avant les artistes  contemporains de l’océan Indien.

Passionné d’art contemporain, Salim Currimjee est un artiste talentueux qui a baigné dans le monde artistique depuis son plus jeune âge. « Mon oncle était un grand collectionneur d’art en Inde et mon père faisait de la photo. J’ai grandi sous leurs influences. C’est ce qui m’a donné envie d’explorer cet univers artistique», raconte Salim. Pendant ses études d’architecture aux Etats-Unis, Salim suit aussi des cours en histoire de l’art. Lorsqu’il revient à Maurice en 1992, il décide d’ouvrir son cabinet d’architecte à Port-Louis.

Avoir  le besoin de s’exprimer à travers l’art

« J’exerce mon métier d’architecte avec beaucoup de passion, mais je ressens le besoin de m’exprimer à travers l’art. » L’art, un domaine qu’il maîtrise et qui lui permet de créer librement. Sa passion pour l’histoire de l’art le poussera ainsi à faire une première exposition en 1992. Photographe, plasticien, Salim est aussi un collectionneur d’art depuis de nombreuses années. Dans sa maison à Poste-La-Fayette, il a installé son atelier pour pouvoir laisser libre court à son imagination. L’artiste peint dès qu’il peut : très tôt le matin, le soir et le week-end. Ses sujets, il les explore à travers diverses techniques : de l’aquarelle en passant par l’acrylique. Ses œuvres sont surtout le reflet de la vie. Un trait d’union entre le monde et ses émotions.

A l’affût de nouvelles créations

Salim a, à son actif une douzaine expositions personnelles et plusieurs autres expositions collectives, dont Bordeline et Metaform en 2016. Membre de la commission d’acquisition pour l’Afrique de la Tate Modern Galery de Londres, il possède l’une des plus belles collections d’art contemporain de l’île. Salim est toujours à l’affût de nouvelles créations. Il voyage régulièrement pour assister à des expositions en Afrique et en Inde.

Se passionnant pour les œuvres de nombreux artistes américains d’après-guerre dont Ellsworth Kelly ou Jasper John, l’architecte aime voir l’évolution des artistes. « C’est dommage de voir certains artistes devenir des producteurs d’art. Il ne s’agit plus d’art, mais de produits. »

C’est dommage de voir certains artistes devenir des producteurs d’art. Il ne s’agit pas de l’art mais de produit. 

Expression artistique

Pour Salim, il est fondamental que la jeune génération trouve de nouvelles idées et des nouveaux moyens d’expression artistique. « Ce n’est pas dans les mœurs mauriciennes d’aller dans les musées ou les galeries d’art. C’est dommage de grandir sans avoir accès à l’art et à la culture. La culture façonne notre façon de penser, d’agir et d’être. L’art peut aider au développement personnel de l’enfant mauricien.»

L’artiste estime important de mettre en place toute une structure qui permettra de faire évoluer les choses et aider la scène artistique mauricienne à émaner.

« Tout le monde a un rôle vital à jouer. Artistes, comme fondations et associations doivent fédérer et travailler ensemble. Si nous voulons que l’art contemporain émerge, il faut qu’il y ait, en parallèle, des bonnes écoles, des bons professeurs, des critiques d’arts, des journaux d’art, des musées, des bonnes galeries et des marchands d’art. Le travail des artistes doit aussi être critiqué et évalué. C’est important que les artistes puissent partir à l’étranger, pas uniquement pour exposer, mais pour aller apprendre, regarder et s’inspirer de ce que font les autres. »

Salim Currimjee prépare actuellement sa prochaine exposition prévue au mois d’avril. L’exposition se tiendra à Port-Louis, une ville qui a accueillie toutes ses expositions et que l’artiste affectionne beaucoup.

Salim Currimjee, artiste incarné de l’art contemporain

Crée en mai 2015, l’Institute of Contemporary Art Indian Ocean (ICAIO), est une fondation à but non lucratif dont l’objectif est d’organiser des activités visant à faire découvrir l’art contemporain aux Mauriciens. L’institut, situé dans un bâtiment en pierre au cœur de Port-Louis, est une plate-forme dédiée à l’art. Il vise à promouvoir l’éducation artistique et à offrir un programme d’art à Maurice. Salim est conscient du pari ambitieux qu’il s’est lancé pour valoriser l’art contemporain dans la région. « J’ai voulu, en tant qu’artiste, créer un espace où les artistes contemporains de l’océan Indien peuvent exposer leurs œuvres, permettre aux jeunes publics d’avoir accès à l’art mais surtout de créer une demande visant un meilleur échange entre artiste et public. »

Depuis son ouverture, l’ICAIO accueille quatre expositions chaque année ainsi que des conférences et des ateliers de travail. L’exposition en cours, intitulée Où poser la tête ?, composée principalement de tableaux, traite de la question du portrait et de l’autoportrait. Ses œuvres questionnent les identités, l’histoire collective ou individuelle, la mémoire. L’exposition reste ouverte jusqu’au 25 mars 2017.

Notre avis: A voir et faire découvrir absolument!

Salim Currimjee, artiste incarné de l’art contemporain

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Kavinash Thomoo, un artiste toujours prolifique

Professeur d’art et de design et artiste de