Une passion pour le verre, de l’amour pour la beauté des choses, des idées créatives. C’est tout ce qui anime le couple d’artisans verriers, Barbara et Jean Claude Desvaux de Marigny. Leur art, c’est sous le nom du Studio 44 et le label Made in Moris qu’ils le présentent fièrement au monde. 

Studio 44, une verrerie d’artistes, a été incorporée en 2005. Cependant, son histoire remonte très loin dans le passé, quand Jean Claude Desvaux de Marigny était encore un jeune garçon : « Quand j’étais enfant, j’adorais le dessin et la peinture. Au fil des années, j’ai étudié les beaux-arts et j’ai travaillé différentes techniques de dessin, au fusain, crayon, pastel, acrylique et à l’huile », dit le directeur de Studio 44. Après ses étude d’ingénierie en structures, il prend du métier dans le domaine du bâtiment en Afrique-du-Sud dans les années 60. Toutefois, son amour des beaux-arts n’est pas mis de côté et s’accroit avec le temps.
En 1986, il rentre à Maurice et se consacre à sa carrière de professionnel de construction. Barbara, son épouse, le suit. Tout comme Jean Claude, sa passion pour les beaux-arts et l’artisanat remonte à son enfance. Des toiles, elle passe à la peinture sur verre. Néanmoins, elle n’en fait pas son métier et prend du travail dans l’offshore. Ainsi, les deux artistes amateurs poursuivent leurs carrières et réservent leur passion comme activité principale pour occuper leur temps libre.
Lors d’un voyage professionnel en France, Jean Claude découvre le célèbre verre de Murano, réputé dans le monde entier pour sa coloration et son élaboration particulière, faisant la notoriété des verreries de Venise. « C’est lors d’une exposition à Paris que j’ai découvert que le travail du verre ne se résumait pas uniquement aux vitraux des églises. Les Italiens ont réalisé de magnifiques choses avec le verre. Cela m’a tout de suite attiré. » L’artiste s’intéresse à cette technique développée par les artisans et maîtres-verriers de l’île de Murano, au nord de Venise en Italie.
En 1994, lors d’un voyage en Australie, ils découvrent un artisan proposant des cours sur le travail de verre. Le problème : ce dernier était en vacance. Avec un peu d’insistance, l’artisan-verrier accepte de leur donner un cours intensif de trois jours. « Les couleurs étaient magnifiques. C’était un très grand atelier avec du verre partout. C’était la première fois que nous voyions une chose pareil », relate Barbara Desvaux de Marigny, qui tombe également amoureuse du verre. En rentrant au pays, le couple ramène dans leurs bagages ce qu’il faut pour exercer cet art.

 

C’est en travaillant le verre qu’on devient verrier…

Une année plus tard, le couple repart vivre en Afrique-du-Sud. Sur place, le couple s’inscrit à des cours de stained glass ou vitraux. S’ensuit, différentes participations à des ateliers de verrerie, stage chez des maîtres-verriers, cours du soir et de longues années de pratique.
En 2003, Barbara et Jean Claude décident de s’installer à Maurice définitivement. En tête, ils ont l’idée de préparer leur retraite et finalement vivre pleinement leur passion. Le premier obstacle : le manque de matières premières. Ils ne se découragent pas pour autant. Jean Claude commence à travailler avec des morceaux de verre qu’il avait ramené d’Afrique-du-Sud. Toutefois, les créations demeurent basiques, par manque de matériaux : « C’est tellement compliqué et cher d’importer du verre, que j’ai investi dans un four afin de faire fondre mon propre verre. » Ainsi, en autodidacte, il commence à se documenter pour faire fondre du verre et conceptualiser ses créations uniques. « Le verre est une matière très difficile à travailler. S’il refroidit trop vite, il se casse. De plus, le coefficient de dilatation ou d’expansion diffère d’un type de verre à un autre. Si je mélange deux types de verres, il cassera dès le refroidissement. C’est la raison pour laquelle, je ne peux faire du recyclage de verre. Nous n’avons pas assez d’informations sur le verre», explique le directeur de Studio 44.

La découverte du verre de MuranoLa découverte du verre de Murano

Avide de nouvelles connaissances, le couple rencontre une artiste qui réalise des assiettes en verre. Nous sommes en 2006, lors d’un nouveau voyage en Afrique-du-Sud. Cette dernière accepte de former le couple et à réaliser leur rêve d’apprendre comment intégrer des couleurs dans leurs créations. Jusque là, ils pouvaient uniquement créer certaines formes et peindre sur du verre. Durant le même voyage, Barbara découvre une autre artiste qui se spécialise dans le lampworking, soit le travail de perles de verre de Murano au chalumeau. Le couple s’inscrit, encore une fois, à un cours intensif de trois jours. Au retour, ils importent les équipements et le verre italien afin de commencer le travail. Au fur et à mesure, ils ont continué à pratiquer leur art et ont pris leurs retraites respectives afin de se consacrer entièrement à Studio 44.

Nous ne reproduisons jamais la même décoration.
Chaque pièce est unique et tout est fait-main !

L’apprenti est devenu maître

Aujourd’hui, les produits de Barbara et Jean Claude sont uniques et de grande qualité. Avec presque 10 ans de pratique, le couple fabrique des objets raffinés, comparables aux artisans-verriers de formation. Lorsque Barbara fait une démonstration de création de perles de verre, nul ne pourrait deviner qu’elle n’a bénéficié que de trois jours de formation. Son travail est d’une telle précision que l’on pourrait facilement croire qu’elle a fait ça toute sa vie. « La pratique fait toute la différence », nous dit le couple à l’unisson.

Jean Claude a également fait évoluer ses techniques, dont le moulage et les superpositions de couleurs applicables au verre. Du couteau à poisson orné de perles aux assiettes à desserts, l’artisan propose des services à dîner fait-main. Des vitraux, bijoux, objets de décoration, presse-papiers… tout types d’objets à base de verre sont réalisables et disponibles chez Studio 44.

Le couple Desvaux de Marigny à participé à plusieurs salons et expositions d’artisanat locaux et internationaux. Cependant, le marché est très compliqué. « L’artisanat est un domaine très difficile. Les matières premières coûtent cher, la fabrication prend du temps. On y met notre âme ! Toutefois, notre travail n’est pas toujours reconnu à sa juste valeur. » La notoriété de Studio 44 s’est fait de bouche à oreille, mais le marché reste très restreint. Ce sont principalement des touristes et quelques rares Mauriciens qui s’intéressent à leurs produits.

D’où la motivation de la société de s’associer à la marque Made In Moris. « Le label Made in Moris est très important. Il permet aux Mauriciens, comme aux étrangers, de savoir qu’il existe des produits de qualité à l’île Maurice. Aussi, l’union fait la force. La marque est très bien gérée et je suis certain que l’association va m’aider à faire reconnaître mes produits. Pour cela, nous devons continuer à fabriquer des produits de grande qualité », déclare Jean Claude Desvaux de Marigny. « Pouvoir vivre de sa passion c’est merveilleux. Nous souhaitons partager notre amour du verre avec les autres et leur montrer que la qualité existe chez les artisans Mauriciens. »

D’ailleurs, nous apprenons que Barbara reçoit régulièrement des commandes d’une créatrice de bijoux du Kenya et que Jean Claude est en négociation pour exporter ses produits vers d’autres pays.

Studio 44
44 Coastal Road, Roches-Noires
Tél: 59 36 86 60 – 57 22 09 80
www.studio44mauritius.com

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

L’éclairage extérieur en 5 points clés avec Espace Maison

Vous faites partie des personnes qui aiment passer