Suzuki a ressuscité la Baleno. Toutefois, la nouvelle mouture est bien différente de la compacte de 1995. Lorsque nous avons appris son arrivée chez Axess en décembre, nous n’avons pas pu résister à l’invitation pour un essai.

La Baleno nouvelle génération, l’éclair de Suzuki, est une citadine cinq portes. Une concurrente directe des Renault Clio, Peugeot 208 et Volkswagen Polo. A Maurice, elle est disponible en quatre déclinaisons, GL et GLX en boites manuelles et automatiques, toutes équipées d’un moteur à essence de 1,4 litre. Nous optons pour la GLX automatique.

Comme sa petite sœur, la Celerio, cette citadine offre une ergonomie soignée et une finition correcte. Le plastique plus soignée que dans la Dacia Sandero, proche d’une Clio.

SUZUKI BALENOUne vocation pour la famille, l’espace à bord est très surprenant pour une citadine. Trois adultes peuvent confortablement s’y installer grâce à une largeur aux coudes rare et étendre leurs jambes, mieux que dans toute autre citadine. Idem pour le coffre, sa capacité est de 355 litres et 1 085 litres avec les sièges rabattus

Au niveau équipement, cette Japonaise fabriquée en Inde présente un pack plutôt généreux. Notre GLX est équipé de six airbags, l’aide au stationnement, téléphonie Bluetooth, système d’accès (ouverture) et de démarrage mains libres, feux de jour LED, régulateur de vitesse, miroirs du côté conducteur et passager… Autant d’options qui séduiront aussi la clientèle féminine.

Malgré vendu pour son caractère silencieux, les nuisances aérodynamiques sont font entendre dès 110 km/h. Néanmoins, cette Suzuki n’est pas un mauvais cheval. La direction directe, le châssis est bien équilibré et le moteur est vif et volontaire. Nous notons également une certaine légèreté de l’ensemble, grandement due à sa plate-forme nouvelle génération légère mais rigide. Pour abréger, il y a mieux dans le segment, mais il existe bien pire également. Disons que la Baleno se situe dans la moyenne.

Finalement, la Baleno est hyper économique. Selon le Brand Manager, Frédérick Wiehe, « l’association de cette nouvelle carrosserie et de la nouvelle plateforme ultra légère, permet de faire des économies de carburant intéressantes ».

Notre GLX affiche le prix de Rs 840,000, sur route excluant l’assurance et la GL en boite manuelle est à Rs 715 000. Comme pour le reste de la gamme Suzuki, une garantie de sept ans ou 100 000 km est offert. Une bonne affaire que nous vous recommandons.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le secteur automobile touché de plein fouet

Comme l’ensemble des secteurs d’activité, l’industrie automobile est