Quel plus grand bonheur que celui d’aller ramasser de bons oeufs frais accompagné d’un joyeux caquètement matinal ? L’heure du retour à la nature et aux choses simples semble avoir sonné. Le confinement en a poussé plus d’un à créer son potager, à s’initier au jardinage, à fabriquer son pain et même à s’équiper d’un poulailler et de quelques poules pour un début d’autosuffisance alimentaire. Catherine Mir, créatrice de Tipoule House, propose des poulaillers adaptés aux familles qui souhaitent franchir le cap. 

Catherine Mir a pris conscience de l’importance de l’autonomie alimentaire pendant le confinement, comme beaucoup d’entre nous. Ses souvenirs d’enfance avec les poules de son grand-père lui ont donné l’envie de renouer avec ces drôles de bêtes avec qui elle avait tant passé de temps à l’époque. C’est alors qu’a germé l’idée du projet Tipoule House, et proposer des poulaillers de différentes tailles, adaptés aux jardins des particuliers, même les plus petits. “L’idée est que les poules vivent heureuses avant tout, donc avec ce type de poulailler, elles sont principalement en liberté la journée et rentrent dans le poulailler pour passer la nuit, explique Catherine. Nous voulions proposer des modèles pratiques et faciles à nettoyer”, ajoute-t-elle. Tipoule House est un concept qui se veut accessible à tous, et même aux débutants. Pas de panique si vous n’y connaissez rien en gallinacées. Catherine ne vous lâchera pas dans la nature avec vos poules et votre poulailler. Elle prend le temps, avec chaque client, de réfléchir à l’endroit idéal pour installer le poulailler, de donner des explications complètes sur l’entretien, sur les soins quotidiens à donner aux poules, leur alimentation etc… Passionnée et comblée par son nouveau projet, Catherine rappelle “l’importance de faire prendre conscience aux gens que l’autonomie alimentaire chez soi c’est possible, et facile”. La poule étant un animal très social, le poulailler peut aussi s’intégrer dans un projet éducatif et pédagogique avec ses enfants. Ils peuvent découvrir et apprendre de nombreuses choses autour de la vie d’une poule, aller chercher des oeufs dans le poulailler pour préparer le repas, s’occuper des poules et de l’entretien du poulailler par exemple.

Un projet 100% Made in Maurice et responsable

Inutile de préciser que le projet est local de A à Z : la production est faite par un menuisier à Maurice, les poules sont originaires de Maurice et de Rodrigues, et sont élevées à l’air libre et quasi bios. Catherine insiste aussi sur la dimension sociale de son projet. En temps de crise, elle souhaite, à travers Tipoule House, valoriser l’artisanat local et aider ceux qui ont été le plus impactés par la crise, en favorisant une économie circulaire et responsable.Catherine, pleine d’énergie et de passion, ne manque évidemment pas d’idées, et aimerait travailler en parallèle avec des écoles et des ONGs ou associations afin de transmettre les valeurs de Tipoule House auprès de ceux qui en ont besoin.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Bis Lamer, le projet d’éducation mobile de Reef Conservation sensibilise à la protection du monde marin

Le naufrage du Wakashio et les conséquences qui