A l’invitation d’Analysis, à Ebène, le cabinet de marketing global Kantar a organisé une journée de conférences et d’ateliers, le 25 juin dernier. L’objectif était aussi simple qu’ambitieux: faire découvrir, aux conseillers marketing locaux et aux entrepreneurs mauriciens, les potentiels d’une Afrique en pleine mutation.  

Parce que nous avons trop souvent tendance à voir le continent noir comme un tout uniforme et sans espoir de développement, les consultants de Kantar ont, par leurs exemples documentés, chiffrés et commentés, créé un véritable électro-choc parmi les participants à ce séminaire. En effet, ils ont su, en quelques heures, mettre en évidence les mutations les plus radicales qui sont aujourd’hui en cours dans bon nombre de pays africains…

Parmi ces changements sociétaux, porteurs de modifications de comportements, figurent une urbanisation galopante et une croissance rapide de la classe moyenne.

Un désir de consommer en constante progression

Ces modifications structurelles ont des implications directes sur les modes de consommation: les jeunes sont ouverts aux nouvelles technologies et la classe moyenne aspire à consommer des produits de qualité, présentés dans des emballages attractifs, disposés dans les rayons de supermarchés attrayants, situés dans des centres commerciaux agréables. Cette classe sociale intermédiaire espère également avoir accès à des services de santé plus performants et souhaite voyager.

Les secteurs de la construction (pour faire face à l’urbanisation), mais aussi celui de l’imprimerie (pour le packaging), de la para-pharmacie et de la santé et les agences de voyage et l’hôtellerie connaissent donc une croissance ultra-rapide dans de nombreux pays africains. Ces secteurs constituent donc autant de pistes d’investissement intéressantes.

De même, et alors que notre île se perçoit comme très impliquée dans les nouvelles technologies, la Sénégalaise Mme Ndeye Diagne, responsable de l’Afrique occidentale francophone pour Kantar, devait mettre en avant les progrès rapides effectués, en Afrique. “En zone rurale, au Rwanda, a-t-elle rappelé, les médicaments sont livrés par drônes. Au Niger, les éleveurs vont au marché à bestiaux sans argent liquide: ils effectuent leurs transactions grâce à un portefeuille électronique, ce qui limite les risques de se faire dévaliser…” A Nairobi, au Kenya, les paiements en espèce sont presque devenus exceptionnels, tant la carte pré-payée s’est imposée dans toutes les couches de la population…

Dynamique et ouverte, madame Ndeye Diagne a su étonner son auditoire, en révélant “une autre Afrique”.

Achats en ligne et produits de luxe

De la même façon, l’achat en ligne ne cesse de progresser. “Dans les grandes mégalopoles africaines, toujours embouteillées, où les déplacements sont toujours difficiles et longs, devait expliquer la conférencière, acheter en ligne et se faire livrer à domicile permet de gagner énormément de temps! Alors il se monte sans cesse de nouveaux services et les gens commandent de plus en plus en ligne… pour tout et n’importe quoi. Pour des vêtements, mais aussi pour les courses de tous les jours ou pour le déjeuner…” Glovo, une start-up espagnole qui s’est d’abord implantée au Caire et à Casablanca, a pris pied au Ghana et devrait bientôt s’installer aussi au Nigéria. Il s’agit d’un service de coursiers à moto pouvant transporter à peu près n’importe quoi en se faufilant dans le trafic…

Enfin, ont expliqué les intervenants, le secteur du luxe connaît, en Afrique, ses marges de croissance les plus importantes!

Ainsi, loin de l’image misérabiliste trop souvent véhiculée par les médias, l’Afrique se transforme. L’image qu’en ont les chefs d’entreprise mauriciens doit, également, se transformer pour y voir un continent d’opportunités…

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Après la pandémie, la MCCI plaide pour une réorganisation des secteurs clés

En cette année 2021, les défis économiques seront