Quatorze ans après leur dernier passage sur nos terres, les Jeux des Iles de l’Océan Indien sont revenus à Maurice, bousculant le quotidien, mettant à l’honneur des compétiteurs dont on ne parle peut-être pas assez le reste du temps et réveillant, jusque chez les plus tièdes, l’ardeur patriotique. 

Alors que la présente édition de votre magazine favori est sur le point de partir à l’imprimerie, les 10èmes Jeux des Iles sont loin d’être terminés. Nous ne sommes donc pas en mesure de dresser un bilan de cette édition. Nous rappellerons ici, simplement, quelques temps forts de ces premières journées.

Et, il faut bien le reconnaître, cet important rendez-vous sportif regional ne démarrait pas sous les meilleurs auspices… Les retards importants accumulés lors de la construction du complexe sportif de Côte d’Or pouvaient même laisser présager quelques difficultés majeures. Alors quand, à quelques jours de l’ouverture officielle des Jeux, on a appris que la flamme des Jeux n’avait pas été prise en charge par Air Mauritius pour rejoindre Rodrigues…il paraissait clair que des maléfices puissants avaient été dirigés contre cette manifestation sportive de grande ampleur.

Mais le propre des grands événements, c’est, justement, de s’imposer au-dessus des contingences. Pour ces 10èmes Jeux des Iles de l’Océan Indien, la cérémonie d’ouverture, au spectacle particulièrement réussi, aura sans doute permis de dépasser les craintes et les réserves émises jusque-là. Les Jeux étaient enfin lancés…et bien lancés!

Sous les nuages d’un ciel changeant, le premier rayon de soleil est sorti des bassins olympiques, avec la première médaille d’or mauricienne, décrochée au 50m nage libre, par Vincent Bradley, grâce à un chrono exceptionnel, qui devient le nouveau record des Jeux: 22,57 secondes! Notre meilleur nageur ne devait d’ailleurs pas s’arrêter là, puisqu’il devait, au cours des toutes premières journées, ramener trois médailles d’or à notre île!

Une autre compétitrice mauricienne devait aussi, dès l’entame de la compétition, marquer les esprits par sa détermination et sa rage de vaincre: Ranaivosoa Roilya a survolé le concours féminin d’altérophilie (49kg) et en faisant, elle aussi, sa moisson dorée. Sollicitée par tous les médias pour commenter sa magnifique prestation, la championne s’en est tenue à une unique déclaration, qui en dit long sur l’état d’esprit conquérant avec lequel elle abordait la compétition: “C’est pour que tous les autres athlètes mauriciens donnent tout, eux aussi. C’est maintenant qu’il faut tout donner”.

Sans doute son exemple aura-t-il galvanisé les troupes: sans préjuger des épreuves à venir, mais à la surprise générale, Maurice est, à l’heure où nous mettons sous presse, en tête du tableau des médailles! Et, parce qu’en sport, rien n’est jamais acquis, Madagascar devance La Réunion, en s’adjugeant la deuxième place….

Après le parcours impressionnant des Bareas en Coupe d’Afrique des Nations, les footballeurs malgaches faisaient d’ailleurs figure d’épouvantail… Ils n’ont malheureusement pas pu confirmer, à Maurice, leurs excellentes prestations réalisées au Caire.

L’équipe mauricienne de golf (ici en compagnie du ministre du Tourisme, Anil Gayan) a tout raflé à Anahita

Maurice s’impose sur le green

Sur le magnifique parcours d’Anahita, les golfeurs mauriciens se sont très nettement imposés. En équipe, les hommes ont dû batailler jusqu’au 4ème et dernier tour pour s’imposer devant les Réunionnais. Mais chez les dames, pas de suspense: les Mauriciennes ont dominé de bout en bout.

En individuel, Nathalie Serret et Pierre Pellegrin ont largement dominé la compétition. Au total, Maurice remporte donc les quatre médailles d’or mises en jeu pour le golf!

Simon Desvaux de Marigny

Simon Desvaux de Marigny pour la troisième fois!

Couru le 7 juillet  dernier, entre Le Morne et Tamarin/Rivière Noire, le Dodo Trail 2019 a permis à Simon Desvaux de Marigny  de remporter un troisième sacre et de s’affirmer comme le roi incontesté de cette épreuve. Boulant les 50km “extrêmes” en 5h42mn28sec, il relaie son poursuivant immediat à presque vingt minutes d’écart! Côté féminines, c’est la vétéran Gilberte Libel qui l’a emporté, en 7h22mn41sec..

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Moka Rangers Sports Club à la recherche de jeunes talents du ballon rond

C’était une belle journée pour les jeunes passionnés