26.1 C
Île Maurice
lundi, avril 22, 2024

Amélia, ou les bienfaits de la création

Amélia Fitzgerald œuvre dans le développement de l’enfant par l’art depuis plus de dix ans. Très jeune, elle trouve dans le milieu associatif, avec Quartiers de lumière et la Ruche, ce que le monde scolaire n’a pas réussi à lui procurer : la confiance en soi, la joie de transmettre et de créer. Elle vient d’ouvrir Créa’terre, un atelier de poterie, lieu de bien-être où elle reçoit enfants ou adultes depuis le 1er mars. Dominique Bellier

« J’adore voir comment un enfant comprend les choses, ce qu’il ressent, lorsqu’on lui transmet un geste, une connaissance. Il n’y a pas une seule manière d’apprendre. C’est illimité, en fait… » Amélia Fitzgerald sait de quoi elle parle, car elle a vécu dans sa chair la cruauté d’un système scolaire excluant, trop normatif pour se mettre véritablement à la portée de l’enfant, notamment de ceux qui sont en difficulté. Si elle n’avait pas relevé la tête à 18 ans, elle serait restée à jamais parmi les sacrifiés du système.

L’adulte en devenir observe soudain chez des enfants dont elle s’occupait à La Ruche des comportements semblables aux siens quand elle avait leur âge. Elle décide de passer des tests chez une orthophoniste, dont les résultats sont sans équivoques : elle souffre de dyslexie. Dès lors, elle reprend confiance, commence à comprendre son intelligence des choses, à faire la part des émotions, elle se découvre une grande mémoire visuelle et des aptitudes à l’assimilation par l’image et le son, notamment, qu’elle n’aurait sinon jamais soupçonnées.
Elle n’est plus la figure de l’échec qu’on lui a renvoyé pendant toutes ses années de scolarité, à force de bulletins décevants, de harcèlement et de cruelles moqueries… Plus rien ne l’arrête, elle rattrape le temps perdu, ne cesse d’apprendre par elle-même, de découvrir et transmettre aux enfants dont elle s’occupe.

Amélia se spécialise dans le développement de l’enfant par l’art en suivant les formations Facilit’art de l’ONG TIPA (Terrain for interactive pedagogy through arts), pour renforcer ses capacités d’éducatrice. « C’est là que je comprends la puissance de la création. Les formatrices de TIPA ont changé ma vie et m’ont fait prendre conscience de ma valeur. »
Multipliant ses interventions dans des ONG et écoles privées, elle rencontre parfois 1000 enfants par semaine, leur enseignant des connaissances par le jeu, le dessin, la peinture, la mosaïque et même le jardinage. Elle leur apprend à apprendre.
En 2020, elle se forme à la poterie, s’équipe et mène ses propres expérimentations, avant d’introduire cette activité auprès de ses protégés. Le succès est bluffant. Dans son atelier tout neuf de Roches Brunes, la jeune trentenaire mesure en souriant le chemin parcouru. À Créa’terre, les soucis restent derrière la porte ; on s’offre 2h30 de bien-être, à modeler des formes d’argile, tester des glaçures et s’émerveiller des surprises que réserve la cuisson.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

20,998FansJ'aime
468SuiveursSuivre
420SuiveursSuivre
186AbonnésS'abonner

PUB

- Advertisement -spot_img

DERNIERS ARTICLES