Le regard toujours mobile, un éternel sourire aux lèvres, le visage du Group Property Manager de la Compagnie de Beau Vallon Ltée (CBVL) dégage une étonnante impression de jeunesse. Mais le gris cendré de sa crinière léonine vient rappeler que Christophe Curé n’est plus tout à fait un jeune homme. Accaparé par ses importantes responsabilités professionnelles, il n’a pas, pour autant, renoncé au sport. 

Certains se souviennent peut-être d’avoir vu Christophe Curé défendre les couleurs nationales, lors de tournois de tennis… Mais c’est bien sur les pistes d’athlétisme qu’il donnait sa pleine mesure. “Je faisais mes études d’ingénieur en génie civile à Atlanta, se souvient-il, lorsque les Jeux Olympiques s’y sont déroulés. Je courais le 800 mètres. J’ai donc eu la chance de me préparer pour les sélections…” Cela situe, d’emblée, le niveau atteint…

Mais les USA seront aussi la terre de ses pre-mières expériences professionnelles. « J’ai travaillé là-bas pendant deux ans. C’était très formateur, reconnaît C. Curé, mais j’ai toujours su que je reviendrais à Maurice. J’étais parti pour me former, pas pour émigrer. » De retour sur l’île, il participera à la construction du barrage de Midlands, au sein de la société Bouygues TP.

Ce sera ensuite quatre années dans une cimenterie, avant d’accepter, en 2007, un premier poste dans le domaine foncier, pour, finalement, rejoindre la CBVL en 2016.

L’île Maurice comme destination immobilière

Cette activité couvre un éventail très large de domaines d’intervention,comme l’architecture, la construction, l’ingénierie, mais aussi le domaine légal et le commercial… c’est passionnant, explique notre interlocuteur. Et peut-être encore davantage dans une région comme le Sud-Est de l’île, restée à l’écart du développement. Il y a tout à faire ici. Notre premier challenge, c’est d’ailleurs de faire prendre conscience, à nos clients potentiels, et surtout aux étrangers, des atouts de cette région. L’aéroport est tout proche. C’est quelque chose à quoi ils sont sensibles… Ils n’ont pas deux heures de route à faire pour rejoindre leur villa… Et puis, il y a les attraits naturels, avec ce superbe lagon. Il permet d’envisager toutes les activités nautiques, du kite-surf à la pêche, en passant par le ski nautique ou la voile…

Pour autant, dans cet environnement rural, les promoteurs doivent proposer des services de première nécessité… “Dans notre programme Pointe d’Esny Le Village, confirme M. Curé, nous avons intégré une école, un centre sportif, des espaces commerciaux et de restauration… Nous prévoyons aussi l’ouverture d’un centre de soins et de bien-être à proximité, même si, en fait, les cliniques des Plaines Wilhems ne sont qu’à une demi-heure de route.”

Mais au-delà de ses réalisations au sein de la CBVL, Christophe Curé porte sa réflexion sur l’ensemble de son secteur d’activité.

Sur l’ensemble du secteur de la construction et de l’immobilier, nous avons beaucoup progressé, admet-il, mais nous avons encore des efforts à faire au niveau de la rigueur, de la qualité finale et des méthodes de travail. Ces améliorations doivent être faites pour crédibiliser la réputation de l’île Maurice comme destination ‘immobilière’. Aujourd’hui, quand un Européen envisage d’acheter un bien immobilier à l’étranger, il pense d’abord au Portugal, à l’Espagne ou au Maroc. La réputation de Maurice, dans ce domaine, n’est pas encore assurée. Je pense qu’un organisme œuvrant pour l’ensemble de la profession, à l’image de ce qui a été fait dans le tourisme, pourrait être largement profitable !

La passion du golf

Petit neveu d’une figure historique de la scène politique mauricienne, Christophe Curé a hérité d’une foi inébranlable dans le “mauricianisme”. Mais il a aussi hérité de sa passion pour le golf. “Mon père était membre du Gymkhana et j’y ai joué très tôt. En fait, j’ai toujours joué au golf…” Au point de devenir le président de la fédération nationale, et d’entamer un second mandat. “Le golf local a un avenir prometteur et la fédération a un rôle important à jouer dans plusieurs domaines, nous confie-t-il. Par exemple, cette année, nous allons implanter le World Handicap System (WHS) sur les différents parcours. C’est un système de calcul de handicap unique, mis en place par la fédération internationale, et qui sera opérationnel partout dans le monde à partir de 2020. Ceci permettra à des joueurs du monde entier de valider plus simplement les performances réalisées à Maurice. De plus, le golf devrait faire partie des disciplines en démonstration lors des prochains Jeux des Iles, et nous accueillerons aussi les Championnats d’Afrique en octobre 2019.

Plus discret sur sa vie privée, Christophe Curé est marié à Karine et père de trois filles: Maéva, Clémence et Romane.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Une vie d’utopies partagées

Homme de culture, Robert Furlong est surtout connu