Après la remise à plat de ses programmes d’assurance, afin de mieux correspondre à la situation particulière de chaque assuré, la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) annonce un partenariat avec un opérateur privé visant à faciliter la prise en charge des hospitalisations.

Directeur d’AssurExpat et représentant de la CFE à Maurice, Xavier Dubourg explique cette association par le fait que la CFE est bien souvent débordée. “Les dossiers gérés par la CFE sont si nombreux qu’il lui est souvent difficile de répondre efficacement dans un délai convenable. La Caisse a donc cherché un partenaire qui puisse la décharger d’une partie de son activité. Le choix s’est porté sur MSH, un opérateur privé important et fiable, déjà très tourné vers l’assurance des expatriés.

Concepteur de produits d’assurance-santé, MSH propose effectivement depuis longtemps une assurance complémentaire à la CFE et dispose de centres d’appels couvrant toutes les grandes zones géographiques. De plus, rattaché au groupe Edmond Rothschild et adossé à de solides actionnaires, MSH est un acteur solide et reconnu. La moitié des entreprises du CAC 40 (panel boursier français) fait d’ailleurs appel à ses services.

Madagascar et Maurice

Ce partenariat, récent, entre la CFE et MSH se met en place par étapes. La première expérimentation a eu lieu en Asie. Pour l’Afrique, Maurice et Madagascar ont été choisis pour être le deux premiers pays à en bénéficier.

Mais concrètement, que prend en charge MSH? “Dans cet accord, MSH se voit attribuer le volet de la prise en charge hospitalière et les éventuelles évacuations sanitaires”, explique X. Dubourg. Pour l’assuré hospitalisé dans une clinique agréée par la CFE, pas de changement majeur. Seuls sa carte et le numéro de téléphone qu’il devra composer pour avertir son assureur changent.

La carte de l’assuré comporte un numéro de téléphone accessible 24h24, qui est, pour Maurice, celui du centre d’appel de MSH à Dubaï, qui couvre notre région. Attention, précise X. Dubourg, il est possible que l’opérateur téléphonique parle anglais. Mais il y a toujours des francophones sur le plateau, il suffit donc de se faire reconnaître comme Français pour obtenir un interlocuteur qui parle notre langue.

Donc, si la clinique choisie est déjà agréée par la CFE, rien ne change et MSH assure la prise en charge directe (l’assuré, s’il ne dispose pas d’une complémentaire, devant régler la différence entre le prix réclamé par la clinique et le montant versé par la CFE). Si l’établissement choisi n’est pas pris en compte par la CFE, l’assuré devra, au préalable, demander l’accord de MSH. Mais, comme le précise notre interlocuteur, la liste des cliniques agréées est évolutive et ne cesse de s’allonger, offrant un choix de plus en plus large d’établissements.

Le seul inconvénient de ce partenariat réside dans le fait d’avoir, désormais, deux interlocuteurs au lieu d’un seul. MSH pour tout ce qui concerne l’hospitalisation (minimum une nuit) et l’évacuation, la CFE pour les autres services. Un désagrément vite compensé par une efficacité accrue…

Une carte Vitale pour les soins en France

Autre innovation, pour les expatriés se faisant soigner sur le territoire français (y compris La Réunion), la distribution d’une carte Vitale. Cette nouvelle facilité donnée par la CFE, permet d’éviter bien des complications. “Il n’est pas rare, explique Xavier Dubourg, que le personnel administratif des établissements de santé, en France, soit peu familiarisés avec les procédures de la CFE. Cette carte Vitale fait donc entrer l’expatrié dans le cadre général et facilite grandement les choses…” Bien évidemment, pour être effective, cette carte devra être validée par l’assuré. “Une opération trés simple, explique X. Dubourg. Des guichets automatiques sont accessibles dans les cliniques ou même les pharmacies et permettent de valider la carte très simplement, grâce à un code personnel…

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Le Covid-19: la pandémie qui nous rappelle à davantage d’humilité

Inconnu il y a encore quelques mois, un