Le 21 septembre dernier, la nouvelle équipe de l’Institut Français de Maurice (IFM) prenait ses fonctions. A sa tête, Muriel Piquet-Viaux, au poste de conseiller de coopération et d’action culturelle, et directrice de l’Institut Français de Maurice. Nous avons appris à connaître cette nouvelle personnalité de la diplomatie française à Maurice, autour d’un échange fort instructif. Nous avons parlé de son parcours professionnel, de sa vision, des engagements et des projets de l’IFM. 

Le réseau français à l’étranger, Muriel Piquet-Viaux le connaît depuis son enfance. Avec des parents expatriés en Grèce, elle a elle-même passé son baccalauréat dans l’un des plus vieux lycées français du réseau. Après des études à la Sorbonne, elle commence une carrière dans l’enseignement à New York, où elle restera huit ans. Mais c’est l’entreprenariat qui va finalement l’attirer, la poussant à créer une société de conseil en ingénierie éducative en France, l’une des pionnières à l’époque. En 2003, alors jeune maman, Muriel Piquet-Viaux décide de candidater auprès du Ministère des affaires étrangères et obtient un poste dans son pays de cœur, la Grèce, à Thessalonique. Elle y dirige l’Institut Français, l’un des plus emblématiques du réseau, pendant cinq ans, puis elle obtient un poste à Miami comme déléguée des Alliances françaises. En 2016, son pays d’attache, la Grèce, la rappelle pour un poste à Athènes où elle est nommée comme attachée culturelle, pour quatre années de travail intense autour de la structuration d’un réseau. S’ensuit aujourd’hui un poste à Maurice en tant que conseiller de coopération et d’action culturelle auprès de l’Ambassade de France, et directrice de l’Institut Français de Maurice, où elle travaille avec une équipe nouvelle également, “très expérimentée et déterminée à faire bouger les choses et à innover”.

Et ce n’est pas la crise sanitaire internationale qui va empêcher l’équipe de l’IFM et ses agents de se projeter dans le futur. Au contraire, nous explique la directrice, “c’est pour nous l’occasion d’inventer de nouvelles alliances et de repenser nos actions pour les trois prochaines années”.

Un lieu de fête, de créativité et de partage

Pas question de se reposer sur ce qui a déjà été fait par l’Institut, l’heure est donc au changement et à l’innovation. “Notre souhait est que cet Institut Français devienne un espace de découverte pour comprendre notre époque. Nous voulons en faire un lieu de fête, de créativité et de partage en s’adressant à toutes les générations”, confie Muriel Piquet-Viaux. Et c’est très certainement le prochain évènement phare de l’Institut qui va ouvrir la voie vers ce changement et lancer la nouvelle saison de l’IFM. Le 27 janvier prochain aura en effet lieu la Nuit des idées, un événement artistique nocturne qui sera consacré cette année à nos voisins. “Cet événement va privilégier l’expérimentation, l’immersion, l’expérience collective, l’engagement avec une présence active sur le territoire et une volonté de proximité avec nos voisins directs, en l’occurrence le quartier de Rose-Hill” explique Muriel Piquet-Viaux.

Du changement aussi du côté des différents espaces pour faire de l’IFM un véritable lieu de vie ouvert à tous, et à tout moment de la journée. Un nouveau lieu de restauration va voir le jour avec “une volonté d’encourager une alimentation saine, locale et durable” confie la directrice de l’Institut. La nouvelle équipe de l’Institut planche par ailleurs sur une charte éco-responsable afin de s’engager dans une démarche durable

Une nouvelle équipe expérimentée

Aux côtés de Muriel Piquet-Viaux, Patrick Parrot, attaché de coopération coopérative, Nicolas Bréand, chargé de mission culturelle, et Charles Le Friec, secrétaire général, œuvrent ensemble afin d’assurer les objectifs et engagements de la coopération entre la France et Maurice.

Patrick Parrot, attaché de coopération éducative

Patrick Parrot connaît bien l’Océan Indien, en effet, il exerçait des fonctions similaires à La Réunion, au Centre local de France Education international (Ex CIEP), sur le campus sud de l’Université de La Réunion, où il pilotait des projets de coopération éducative régionale avec les Comores, Madagascar, la Tanzanie, le Kenya et Maurice.

A l’Institut Français de Maurice, il suit tous les dossiers relevant de l’enseignement scolaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche, s’agissant des établissements mauriciens, publics et privés, du réseau des cinq établissements d’enseignement français relevant de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) et des antennes des établissements d’enseignement supérieur français présents à Maurice.

Nicolas Bréand, chargé de mission culturelle

Après avoir travaillé au sein du service de la coopération internationale au ministère de la Culture à Paris, Nicolas Bréand occupe depuis septembre 2021 le poste de chargé de mission culturelle. Il a la responsabilité de favoriser les projets de coopération culturelle en établissant des ponts entre artistes mauriciens et français dans une perspective structurante et pluridisciplinaire afin d’accompagner la professionnalisation de l’écosystème culturel.

Charles Le Friec, secrétaire général

Après un poste en tant que secrétaire général de l’Institut Français du Sénégal, Charles Le Friec occupe aujourd’hui ce poste à l’Institut Français de Maurice.  Il garantit le bon fonctionnement de l’IFM en assurant notamment la gestion financière et logistique, ainsi que la gestion des ressources humaines. Il propose et assure le suivi de la politique de modernisation de l’établissement, en mettant en œuvre notamment un programme d’investissements et un plan de formation du personnel.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Florence Caussé-Tissier, Ambassadrice de france à maurice :“Il ne faut pas considérer que les femmes sont là par effraction”

17 ans après sa première affectation, Florence Caussé