Comme pour appuyer la reconnaissance par l’Organisation Mondiale de la Santé des médecines traditionnelles dans les systèmes de santé nationaux, sujet d’un précédent article de La Gazette, le Dr indien Madhu Kartheesh est venu donner des conférences sur l’alimentation curative, – notamment à l’Ecole Mauricienne de Bien-Être – prônée par la médecine siddha*.

Que l’on adhère, peu ou pas aux vertus de cette médecine multiséculaire, les témoignages de ceux qui ont consulté laissent pensifs. Parents d’enfants malades, personnes désormais sorties d’affaire ont témoigné à visage découvert de leur immense satisfaction et reconnaissance. « Je suis allée jusqu’en France pour savoir comment guérir ma fille mais rien n’y a fait pendant deux ans, jusqu’au Dr Kartheesh”, relate une mère de famille. “Je lui dois beaucoup car cela faisait 15 ans que je trainais ce problème”, déclare un autre. Issu d’une ascendance de médecins depuis 25 générations, Madhu Kartheesh, natif de Chennai a su pour ces personnes pointer les maux et trouvé les solutions, là où la médecine moderne a visiblement échoué.

Prise en compte des influences planétaires sur la santé

Premier précepte de la médecine siddha, l’alimentation doit être végétarienne et exclure tout produit chimique. Les produits laitiers sont tout bonnement à proscrire car néfastes pour l’appareil digestif. Second précepte, le corps humain est composé des cinq éléments qui font l’univers –  feu, eau, terre, air et l’espace ou akasha – et comme lui, est soumis aux mêmes lois cycliques. Troisième précepte, trois énergies vitales ou doshas – vata, pitta, kapha – combinant ces cinq éléments déterminent l’état de santé d’une personne. Une combinaison déséquilibrée est considérée comme la cause des maladies. D’où l’importance de connaître son dosha  ou le type de ses énergies vitales afin de rééquilibrer carences et excès par des aliments adaptés et classés en six catégories selon leur goût – amer, acide, piquant, sucré, salé et astringent. C’est ainsi que le type vata sera plus enclin au salé, acide et sucré, le pitta préfèrera le goût sucré, amer et astringent et kapha en plus de ces deux derniers, le piquant. Venant juxtaposer ces combinaisons, les êtres humains comme les plantes, puisque faisant partie de la grande famille des êtres vivants sont gouvernés par les planètes de notre galaxie selon le Dr Kartheesh. L’Astro Healthy Food, le concept curatif qu’il promeut est un système ultra complexe de croisements entre influences de chaque planète non seulement sur chaque personne en fonction de son signe astrologique, de son dosha, mais également sur les plantes.

Traitement de 21 ou 48 jours

Le diagnostic siddha s’effectue à travers la lecture du poul, accompagné si nécessaire avec l’examen de la langue, des yeux, de la peau, de la voix, des urines et des selles… Si elle peut engendrer scepticisme, car aux antipodes des réflexes curatifs modernes, il n’est pas vain de rappeler que l’Etat indien reconnaît la médecine siddha, enseignée à l’Université, dans quelques établissements privés reconnus par les autorités, sans parler de la transmission orale du savoir, tout aussi essentielle. Après une série de conférences assorties de consultations en décembre dernier, le Dr Madhu Kartheesh sera de nouveau dans l’île entre le 1er et 11 février.

Mougam Pareatumbee, le référent du Dr Madhu Kartheesh à Maurice

«Il est temps que cela se sache»

C’est à Mougam Pareatumbee que les Mauriciens doivent leur rencontre avec le Dr Madhu Kartheesh. Ex restaurateur, celui qui se fait affectueusement appeler chef Mougam l’a rencontré lors d’une conférence tenue à New Delhi en septembre dernier, réunissant chefs et médecins ayurvédiques. On s’en doute, la thématique visait ce jour là, à débattre du mieux manger pour s’acheminer vers le bien-être… Que de chemin parcouru depuis 1997, où Mougam Pareatumbee faisait son entrée dans les cuisines du Saint Géran… Il s’envole ensuite au Kénya pour entrer à l’école hôtelière de Nairobi et parfaire ses acquis, voyage ensuite au grès des propositions de contrats professionnels, revient à Maurice où il ouvre son Palais des Saveurs à Curepipe, une adresse recommandée par le Guide du Routard et le ferme quatre années plus tard pour se consacrer à ses recherches. « Je me suis demandé pour quelle raison autant de personnes se plaignaient de leur santé… », souligne celui qui a développé un concept de cuisine spirituelle valorisant les 3H que sont Happyness, Harmony et Healthy. « Je me suis dit que pour atteindre l’état de superconscience permettant d’être en paix soi-même, je ne peux manger la peur et le ressentiment des animaux tués». Cette démarche qu’il qualifie de tout à fait personnelle l’a fait naître ou re-naître végétarien depuis 1980. Mais à chacun de trouver la voie pour toucher les 3H suggère t-il. Faire venir dans l’île pour la première fois  ses propres frais le Dr Madhu Kartheesh en décembre dernier fait partie selon lui de sa contribution à l’entraide collective. “J’ai envie d’aider, tout simplement”. Dirigeant une entreprise de formation et de consultation culinaire, ses nombreuses activités liées entre autres à ses fonctions de disciple d’Escoffier, vice-président de l’association des chefs en Afrique, membre honoraire des de l’association de chefs sud-africains pour ne citer que celles-là, lui laissent encore le temps de porter la bonne parole au devant de parterres de personnes en quête d’une nouvelle façon de se soigner. La Réunion devrait être la prochaine étape du chef et du médecin siddha.

Contact: 6745071

* Siddha qui vient du mot tamoul “ siddhi “ signifiant perfection est une autre forme de médecine ancienne, plus répandue dans le sud de l’Inde, notamment dans le Tamil Nadu. Ceux qui ont atteint ce niveau d’excellence sont appelés Siddhars. De même que l’Ayurveda, la médecine siddha considère que l’être humain est une partie de l’univers et applique donc la théorie des cinq éléments.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Semaine mondiale de l’allaitement : maman, bébé et planète en meilleure santé

Chaque année, l’allaitement est mis à l’honneur durant