Le co-branding devient rapidement ces dernières années un moyen de lutter contre les cycles de vie des produits et des services. Le mariage entre une ou plusieurs marques permet de rassembler des compétences, identités et savoir-faire engagés initialement dans des marchés plus ou moins différents et ainsi se démarquer de la concurrence.

Le co-branding s’inscrit dans des partenariats à travers lesquels les marques acceptent de partager leurs connaissances dans une stratégie de « gagnant-gagnant » et ainsi créer le buzz. Chez Roche Bobois, le co-branding qui existe depuis très longtemps, remonte à son engagement dans des opérations avec de fameuses marques d’instruments de musique, pour progressivement s’étendre à d’autres domaines en s’associant avec des marques de grands noms comme les bateaux Riva.

Parmi les différents types de co-branding, le fonctionnel signifie que la marque invitée introduit un savoir-faire dans la conception d’un produit. Notre pièce iconique Le Mah Jong chez Roche Bobois a été habillé à de nombreuses reprises par de grands couturiers tels que Jean-Paul Gaultier ou encore pour notre dernière collection, par la maison japonaise, Kenzo.

Quant au co-branding symbolique, il vise essentiellement à transférer l’image de la marque invitée sur la marque accueil. Chaque année, Roche Bobois organise des évènements haut de gamme co-brandés dans nos différents showrooms. Le dernier qui a eu lieu à l’île Maurice regroupait plusieurs grandes marques et artistes mauriciens. Nous offrons donc un service supplémentaire à nos clients en leur proposant des marques susceptibles de les intéresser. Pour notre dernière édition, des voiture prestigieuses Ferrari, Bentley et Aston Martin de chez The Car Connexion ont cohabité avec des bijoux Adamas ou encore des vins français de Seaboxx. Dans une perspective de diversification de notre communication et de nos outils marketing, nous sommes toujours à la recherche de nouveautés.

A Cape Town, en Afrique du Sud, où notre marque est implantée depuis deux ans, nous commençons nos activités de co-branding tout azimut: private banking, lotissement de luxe et couturiers haut de gamme… Récemment, nous avons habillé/meublé la scène de l’African Odyssey où de grandes personnalités telles que Carole Bouwer et l’Américaine June Ambrose étaient présentes. Nous croyons plus aux micro évènements plutôt qu’à la publicité pure, surtout dans un marché de niche tel que le nôtre. Ces évènements permettent un partage de clientèle à double sens. Peut-être que cette tendance relève de la mode, en tout cas le phénoméne s’accélère nettement et pas seulement chez Roche Bobois. Mercedes s’associe avec Swarovski pour proposer des clés ornées de cristaux ou encore le Relais Château « Le Couvent des Minimes » propose un service unique et supplémentaire en choisissant d’intégrer un spa l’Occitane au sein de son prestigieux hôtel. On peut retrouver le co-branding à un autre niveau du masstige, (association entre distribution de masse et prestige) qui permet de rendre les produits de luxe plus accessibles. Le succès de Balmain chez H&M est un très bon exemple. Finalement, le co-branding permet de créer une expérience unique chez le client avec un service inoubliable, éphémère, désirable et qui sort de la banalité.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Euphoria cible la tendance adaptée à l’art de vivre mauricien

Le tout n’est pas d’être dans l’actualité de