Noël, joyeux Noël, agapes et bonne humeur, plaisir d’offrir et de recevoir… Loin de se targuer d’être exhaustive dans la présentation des marques et produits qui suivent, La Gazette a néanmoins suivi le fil d’Ariane la menant vers ceux qui lui semblent symboliser l’originalité, la créativité et le luxe. Lequel est à prendre, non dans le sens de pécunier, mais dans celui de se rendre acquéreur d’une pièce unique pas comme les autres. A s’offrir, pour offrir. 

Du 100% cachemire pour se protéger en douceur

Un article pas du tout adapté à nos climats, certes, mais pouvant faire l’objet d’un présent à envoyer par la poste à une amie habitant dans la partie continentale du monde ou à  s’offrir pour se protéger des frimas avant un départ pour un séjour hivernal. De la collection 100% cachemire proposée par l’enseigne Riverwalk, parmi les écharpes, pulls et gilets, deux modèles de poncho, au toucher incroyablement doux, justifient le détour. Le premier, disponible en orange, noisette ou « Golden eye » est un modèle ouvert et se distingue par un très joli travail de liseré, courant le long des bordures du vêtement. Le second modèle, fermé, peut être ajusté de multiples façons… avec son échancrure placée sur la poitrine, dans le dos, à moins de le valoriser davantage en le plaçant de façon à dégager légèrement une épaule. En blanc, gris ou corail, un cadeau intemporel et, tant fonctionnel que de grand esthétisme. Riverwalk, route côtière, Pointe aux Canonniers

La fine créativité de Mavros

La signature Patrick Mavros est perpétuée par Forbes, un de ses fils qui perpétue le savoir-faire familial dans le superbe atelier Patrick Mavros implanté au Creative Park de Beau Plan. Un goût prononcé pour l’Afrique où il a grandi, ses animaux et son art, une expertise dans la finesse du détail…! C’est la signature Mavros ! Mention spéciale pour la collection de bijoux argent et or sertis de pierres semi-précieuses ou agrémentés de perles, déclinée sur une thématique marine: boucles d’oreilles hippocampe, bagues et bracelets oursin, pendentifs étoile de mer… d’un ciselage exceptionnel ! Les hommes ne sont pas oubliés, Mavros leur ayant dédié une gamme de boutons de manchettes en or et argent, incrustés de pierres comme la turquoise, ou en forme d’animaux sauvages – éléphants, lions, singes, buffles-, donnant de fait un coup de peps à cet accessoire à l’esprit très « Monsieur ». Outre les bijoux, l’atelier Patrick Mavros abrite une série d’objets déco à la ligne tout à fait inédite : des chandeliers arbres en argent dont la finesse de trait force l’admiration, des services de petites cuillères à café et à cocktail, des sculptures d’animaux en action, entre autres choses, pour n’énumérer que ces objets précieux de toute beauté… Outre ces pièces signées Mavros, une collection de sculptures en céramique ayant fait l’objet d’une exposition spéciale courant novembre, sous le nom de « Magnificent Dodo & Magical creatures from the Indian Ocean » sera encore visible dans l’atelier, du moins à travers les pièces qui n’auront pas encore trouvé preneur. Créées spécialement pour l’évènement, sa créatrice la Sud-Africaine Fée Halsted a puisé son inspiration de la nature mauricienne. Il en a résulté une série d’objets décoratifs renvoyant aux végétaux et aux animaux terrestres et marins de notre île. Atelier Patrick Mavros, Creative Park de Beau Plan, www.patrick ,mavros.com

Du Koray imprimé en 3D et travaillé à la main

Une collection de bijoux au trait résolument moderne ayant fait appel à une technique avant-gardiste, une première à Maurice… La valorisation de l’identité locale est devenue la signature du bijoutier Ravior. Forte d’une empreinte créative égale à son savoir-faire, le joailler joue avec les éléments symboliques du patrimoine mauricien en rendant hommage aux coraux à travers sa nouvelle collection KORAY.

Composées de sculptures digitale imprimées en 3D mais sublimées par les mains expertes de son atelier, les pièces de la collection KORAY relèvent le défi d’un ma-
riage de deux mondes. Présentés sous forme de bagues, pendentifs, colliers articulés, boucles d’oreilles ou broches, ces bijoux sont aussi un métissage de matières, puisque les pièces sont déclinées en argent, qu’il soit poli, mat et oxydé et en or. Une collection qui a également été taillée dans plusieurs textures pour élargir la palette des futurs acquéreurs avec, au choix, une matière granulée, arrondie, pixélisée, ou même, avec des parties oxydées. Des bijoux qui peuvent être customisés via un large choix de gemmes pour leur donner encore plus de caractère… Boutiques Ravior de Quatre Bornes, Ruisseau Créole de Rivière Noire et à l’aéroport de Plaisance. www.ravior.com

Une bouteille en or !

Son apparence est trompeuse… On ne se doute pas que ce lingot d’or est une bouteille de whisky. Américain et produit en petite quantité, car les bouteilles sont fabriquées de façon artisanale. Produit dans la baie de San Francisco, à Treasure Island, (ça ne s’invente pas !) dans un ancien bâtiment de la Navy reconverti en distillerie, Gold Bar revêt la forme d’un lingot pour rappeler la grande épopée de la ruée vers l’or en Californie. Sur la bouteille, une pièce, détachable et, à récupérer si l’on veut qu’elle rapporte la bonne fortune… Enfin, c’est ce qui se dit car créée par un Américain dont le patronyme est fortement marqué par le sceau de l’argent : Steven Noble, créateur de la carte American Express et du billet américain de 1 dollar. Exclusivement importé à Maurice par Seaboxx, le 889 Blend Gold Bar créé à partir d’un assemblage, dont plus de 88% de maïs, est un whisky assez facile et doux à boire. Tout comme son prix, plutôt abordable, de l’ordre de Rs 2750 les 750ml et Rs 540 les 50ml, le package de cette mini bouteille faisant penser à un flacon de parfum. Une information qui vaut son pesant d’or pour ceux qui se laisseraient tenter par le 889 Blend, ce dernier a récolté de nombreux prix l’année même de son lancement en 2016, tels que la médaille d’or du Spirits Festival de San Diego et la double médaille d’or du San Francisco World Spirits Competition. Ce produit 100% américain est, pour l’heure, distribué de façon assez confidentielle en Europe, en ne touchant que l’Angleterre. Maurice est l’un des premiers pays à le distribuer. Seaboxx, route royale, complexe Ventura, Grand Baie

Les couleurs chatoyantes de Sharon Thompson

Le moins que l’on puisse dire est que l’atelier qui niche ses créations se mérite, car plutôt loin des axes de passage. La céramiste sud-africaine se distingue par un goût des couleurs non dissimulé et une inspiration le plus souvent venue de la mer, étant adepte de la plongée. A vocation plus fonctionnelle que décorative, ses plats, bols, vases et plateaux représentent dans un joyeux festival de coloris, les êtres vivants marins : étoiles de mer, algues, oursins et autre, avec pour les fêtes une collection de tasses noires et blanches qui versent davantage dans l’esprit savane sauvage au rendu tout à fait saisissant. Route côtière, Roches Noires, entre les hôtels Radisson et la Maison d’Eté.

Chaque élément fabriqué à la main

Référence incontournable dans le cercle très fermé des créateurs de bijoux de haute fantaisie, Dominique Denaive acquiert ce rayonnement international en se spécialisant dans la résine, matériau dont il maîtrise les codes depuis de nombreuses années. Agrémentée de poudre d’or, de nacre ou d’effets de transparence, sa matière fétiche prend des allures de minéraux précieux qu’il modèle en bijoux uniques.

Accompagné de sa femme Léna, Dominique Denaive s’inscrit dès ses débuts dans une démarche ultra-créative marquée par l’originalité anticonformiste de ses bijoux et s’impose comme le créateur parisien de bijoux fantaisie phare de sa génération. Très vite, les grandes maisons du luxe font appel à son talent d’expert pour réaliser leurs pièces en résine qu’il dessine en exclusivité pour elles.

Fort de ses valeurs d’excellence et d’authenticité, Dominique Denaive s’attache à retranscrire cet attachement de qualité en maitrisant sa production, garante d’un label d’exception. Celle-ci est, depuis 2007, installée dans son atelier d’Arsenal où, avec son fils Tom, son équipe d’artisans mauriciens, formés par ses soins aux techniques particulières du travail de la résine, coule, parfait, polit et assemble à la main chaque pièce avec un soin méticuleux. Cette attention garantie à chaque élément constituant le bijou son caractère unique et assure aux bijoux ce supplément d’âme qui fait toute la différence. La délicatesse des créations Dominique Denaive résulte de ce processus où l’humain façonne l’objet dans le respect d’un savoir-faire artisanal.

Sa dernière collection inspirée par les beautés naturelles de l’île Maurice est incarnée par sa fille Emma qui y vit également. Elle met en avant l’élégance de boucles d’oreilles et colliers aux cristaux réinterprétés en résine artisanale reflétant la lumière de façon spectaculaire.  Cette lueur vibrante de la résine filtrée par des pigments de couleur pastel se diffuse également à travers des modèles acidulés entièrement composés de fleurs.

On ne se privera pas de venir les découvrir très vite dans l’une des trois boutiques de la marque à Sunset Boulevard de Grand Baie, Caudan Waterfront et Ruisseau Créole de Rivière Noire.

Du verre soufflé et des bijoux filés

L’une des deux souffleuses de verre dans l’île a aussi une autre corde à son arc, celui d’être l’unique fileuse de bijoux de Maurice. Dans l’atelier de Pointe aux Piments de Francesca, une collection de pièces uniques s’offrent au regard: un assortiment d’objets associés à l’art de la table, en verre soufflé, regroupant des coffrets de pailles, des mélangeurs de cocktail, des glaçons permanents pour bouteilles de vin ou carafes (de longues tiges emprisonnant de l’eau à congeler pour rafraîchir le breuvage lorsqu’on le sert à table) ou encore des bouchons pour les bouteilles de vin, qui peuvent aussi faire office de glaçons pour les verres… La jeune femme qui a été formée à Paris par le maître-verrier Jean-Pierre Baquere et, qui a lancé “L’art du verre” en 2012, propose aussi une collection intéressante de bijoux, faits à partir de baguettes de verre de Murano (qu’elle va chercher en Italie) et qui du fait d’être créés à la main, sont tous édités en modèle unique : des ras de cou en grosses mailles de verre, des sautoirs avec chaînes en argent et pendentifs en verre finement travaillés…

Des créations qui s’enrichissent cette année de petits articles et de bijoux aux couleurs de Noël, idéaux pour les petites trouvailles à offrir: sur les couleurs phares des fêtes que sont le rouge et le vert, “L’Art du Verre” a lancé une collection de jolis marque pages, des pendentifs bonhomme de Noël, en forme de gouttes en verre soufflé emprisonnant une eau rouge ou verte et des cœurs en verre rouge recouverts de feuilles d’or 24 carats, assortis aux boucles d’oreille. Une mine de trouvailles futées, fines et de bon goût et à prix doux…

Francesca n’est visible que dans son atelier, sur sa page FB ou alors dans le cadre d’expo-ventes organisées dans certains hôtels du nord et sur les marchés de produits faits main.
Gardez l’œil ouvert.

Commentaires Facebook

Donnez votre Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez lire aussi

Retraités étrangers : il est aujourd’hui plus facile de venir passer sa retraite au soleil

Même si Maurice n’est pas Marrakech, de plus